Raime – Quarter Turns Over a Living Line

Un album parfait en son genre, seul en son genre.

Raime-QuarterTurnsOverALivingLine-packshot-590x590

8.0

10

Par Alexandre Aelov
Publié le 18 janvier 2013 | 15:31

Ça y est, l’hiver est bien là, et on s’en serait voulu de ne pas vous parler de Raime. Ce duo britannique composé de Joe Andrews et de Tom Halstead s’était déjà fait remarquer en trois EP ces deux derniers années, productions qui laissaient présager du meilleur. Et le meilleur, le voici: un premier album sorti chez Blackest Ever Black (nom Ô combien mérité).
Il est parfois saisissant de constater la maturité d’un projet dès le premier album. Si vous aviez encore quelques doutes concernant les musiques plus noires que noires, si le mot « expérimental » vous fait peur/fuir, si la simple évocation d’ambient music vous dissuade illico de lire cette chronique, restez encore un peu, on ne vous mentira pas sur la chose, mais ça vaut peut être (voire sûrement) le coup.

Raime, c’est tout d’abord une certaine idée de l’espace sonore. Ici, vous trouverez du bruit bien sûr, des samples divers, des textures fines et nocturnes, des ambiances crépusculaires. Mais, peut être plus que tout, vous trouverez le fantôme de tout un tas d’influences. Si R.I.P, la dernière perle d‘Actress, vous dit quelque chose, alors vous comprendrez ce principe de déconstruction qui fait tout l’album.
Passed Over Trail est à cette image: un patchwork décharné de modern classical, de drones, d’industrielle, de bruitages de films presque, une sorte d’assemblage en mouvement, étalé progressivement, comme coulant, déteint. The Last Foundry est également une sorte de collage de commencements sans devenir qui s’accumulent, rythmés par un kick marteau-pilon évoquant des chûtes de métal dans des entrepôts déserts. On attend que quelque chose débute, la structure s’échafaude, un temps on pense presque que la ligne sera rejointe par une voix suave et crépusculaire (on pense fort à Camella Lobo, de Tropic of Cancer, ancienne camarade de label du duo), mais seules les teintes changent.
Cependant, elles ne changent pas de nature, mais de lumière. Noir sur noir. Matin et soir. Soil and Colts est le spectre glacé de réminiscences cold-wave et goth raclées, griffées de stridences et de notes de basse perdues. Exist in the Repeat of Practice est peut être le moins lacunaire des sept tracks, et présente un assemblage presque complet de ce qui a été déconstruit, dessinant un death-rock assez glauque (à rapprocher de GHXST par exemple, dans ce qu’il y a de plus récent).
On retrouve également cette influence très forte de rock crade hors genres sur Your Cast Will Tire, doom, death rock ou no-wave si on veut tout de même trouver des rapprochements, ce qui prouve à quel point rien n’est normé ici, tout est mouvant et indistinct. The Walker in Blast And Bottle explore sur la même base une palette de bruits emplissant sourdement l’espace sonore, dernier coucher de soleil sur le rien absolu. The Dimming of Road and Rights reprend tout ça, et soudain un apaisement inattendu survient, amer et pourtant serein, celui d’avoir fait un voyage sans retour et d’avoir entre ses mains le puzzle fini qui s’effrite.

Lorsque Pierre Soulages peint sa série Outrenoir, il ne peint pas avec de la couleur, il ne peint même pas la couleur elle-même, il offre à la matière de quoi jouer avec la lumière. Raime ne fait rien de plus que jouer avec des projecteurs dans la nuit absolue. Par ici, des beats industriels, par là des nappes ambiantes, ici des guitares échappées d’une ode crasseuse sentant la bière et la poussière qui colle, là des échos concassés de films méconnaissables, déformés, monstrueux, fous. Ici encore une déconstruction, une reconstruction, des morceaux sombres et pourtant intimistes, un puzzle à refaire et refaire encore.
Au final, un album parfait en son genre, seul en son genre. Vous voyez, pas de quoi s’enfuir. De toute façon il fait nuit. De toute façon il neige. De toute façon c’est l’hiver. Vous n’en sortirez pas tout à fait pareil.

 

 

Tracklist :

1) Passed Over Trail
2) The Last Foundry
3) Soil and Colts
4) Exist In The Repeat Of Practice
5) The Walker In Blast And Bottle
6) Your Cast Will Tire
7) The Dimming Of Road And Rights

Vous aimerez surement

    1 Comment

    1. […] fantômes post-industriels qui n’est pas sans rappeler le premier album de Raime (chroniqué ici). Clouant littéralement l’auditeur dans une hébétude contemplative autant que traumatique, […]

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top