Ryan James Ford (FR/ENG)

Le génial Ryan James Ford répond à nos questions à l’occasion de la sortie de son nouvel EP, Discipline 78-96.

RJF_FILM_1500 X 900

Label

Genre

Par Antonin Bohl
Publié le 3 octobre 2017 | 10:46

Ryan James Ford est de ces artistes dont on ne se lasse jamais. En constante réinvention, le Canadien, qui réside aujourd’hui Berlin, sort sur son label SHUT un nouvel EP, Discipline 78-96. Ryan James Ford montre une fois de plus son incroyable aisance à jongler entre breaks acidulés, kicks hypnotiques et nappes mélancoliques. On saluera particulièrement le travail sur la construction des morceaux, et cette touche si particulière qui nous glisse toujours entre les doigts… Après des sorties remarquées (dont l’excellentissime G5olk 4Rfete) sur les labels respectifs d’Answer Code Request et Marcel Dettmann, Ryan James Ford a monté son propre label SHUT. Il a répondu à quelques unes de nos questions.

Une petite introduction pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je suis Ryan James Ford et je viens de Calgary au Canada. Je suis DJ et producteur de musique. J’ai été exposé à la musique électronique dans le milieu des années 90 via une scène locale (warehouse / centre communautaire) rave (qui était géniale). A l’époque j’étais principalement en train de découvrir des sons, mixer dans ma chambre et faire la fête.
J’ai par la suite déménagé à Montréal au début des années 2000. Débutant un stage chez Ninja Tune j’ai pu voir de nombreux concerts et artistes que je n’aurai pas eu l’occasion de voir dans ma ville natale. Voir Autechre, Burnt Friedman, Fabio & Grooverider, ou Monolake etc. jouer m’a fait grosse impression et j’ai alors commencé à m’amuser un peu avec “rebirth”, “Acid”, et “fruity loops” sans trop de sérieux.
Je suis retourné à Calgary et c’est là que j’ai plongé dans la musique. J’ai commencé à explorer musicalement et produire de plus en plus. Ma copine (Martha) a alors suggéré que l’on parte à Berlin et je me suis dit que c’était l’opportunité de me focaliser sur ma musique et trouver mon son. Et nous y voilà …

Tu as joué à Paris et à Lyon. Comment ça c’est passé, les Français t’ont bien traité ?

Oui et je ressens d’ailleurs une connection particulière avec les Français et leur culture. Je trouve très spécial cette “joie de vivre”. J’ai un intérêt tout particulier pour ce pays depuis l’époque où j’ai vu Taxi et La Haine. Avoir pu jouer là bas a été un honneur et des moments forts. Et il y a apparemment des dates prévues en France bientôt ….

Tu disais dans une interview avoir un système pour titrer tes sons (que certains qualifieraient de complexe ou même d’incompréhensible). Les nouveaux titres sont plus classiques : Deer Run / Beltline / Salmo / Ken’s Defekt. C’est la fin d’une époque ?

J’ai une liste de centaines de titres de track et de noms de projets potentiels. Je les pioche sur le moment selon mon humeur, et des mots sont maintenant apparus dans ce troupeau. Ca à donc l’air nouveau mais cela reste sensé pour moi. J’aime que les choses restent fun donc je ne m’impose pas de règles. Peu importe tant que ça me va sur le coup. C’est difficile de prédire la suite, on verra bien ce qui arrive …

Tu as lancé ton label l’an dernier, SHUT. Comment ça se passe ? Comptes-tu sortir d’autres artistes ?

C’est génial ! Je peux sortir des EP avec ma musique et mes artworks ce qui est super. Je bosse également avec les gars de Hardwax (qui sont les distributeurs du label), et c’est vraiment top. C’est l’un des rares magasins de disques avec une longue histoire dans la musique électronique et il y a quelque chose de magique dans cet endroit. Concernant les sorties du label, j’ai à la base créé SHUT comme exutoire pour ma production personnelle. Cependant j’ai quelques amis proches que j’aimerais sortir, et pour cela ils doivent finir leurs sons !

On retrouve souvent dans tes productions un élément inattendu. Le résultat est toujours incroyable. Après s’être acclimaté à une sortie, j’écoute la suivante et je me dis : “ Mais comment arrive-t-il encore à me surprendre de cette manière? ”. Tu te forces à penser hors du cadre ou ça vient naturellement ?

Tout d’abord, merci ! Je bosse en cycles et j’essaie de finir mes sons assez rapidement. Je tente toujours de nouvelles choses avec les “modes”, les accords ou les techniques donc les résultats varient. Je ne me considère pas comme un producteur très technique mais je sais comment travailler pour atteindre des résultats dont je suis satisfait. Mes artistes préférés ont su exposer leur individualité dans leurs productions, et j’essaie moi-même que ma personnalité ressorte de ma musique. Sur ce point je ne suis pas certain du résultat…

Y-a-t-il des artistes que tu voudrai recommander. Qu’est-ce que tu écoutes dans ton temps libre ?

Il y en a tellement … Umfang, Answer Code Request et Pessimist sont mes producteurs favoris en ce moment. J’écoute beaucoup d’ambient et de drone, Tim Hecker est un incontournable du genre, Alessandro Cortini est très singulier aussi mais il y a tant d’artistes géniaux à citer… J’apprécie beaucoup les sorties et l’identité de Northern Electronics en tant que label. Pour les DJ’s je citerai Courtesy, Objekt, François X ou Dam Funk, etc. etc; (je pourrai continuer éternellement).

Avant ton départ à Berlin, tu avais une idée préconçue de cette ville ?

Le déménagement était originellement l’idée de ma petite amie. J’ai mis du temps à accepter mais je suis très heureux qu’on l’ait fait. J’ai toujours été attiré par des styles de musiques variés donc l’idée que Berlin comme épicentre de la musique techno n’était pas vraiment quelque chose qui m’intéressé. Je dirai que ce que je préfère est la place que possède l’individu ici, physiquement, intellectuellement et spirituellement. Tu peux être qui tu veux et faire ce que tu veux sans trop de jugement. Je n’ai jamais connu une ville si libre et tolérante.

Tu avais l’air super content d’avoir un profile Discogs il y a trois ans! Qu’est-ce qui te rend heureux aujourd’hui ?

Je suis très chanceux d’avoir pu jouer dans tant d’endroits différents et j’ai très envie de continuer à voyager et produire de la musique. C’est incroyable de pouvoir créer de la musique, voyager, rencontrer des gens continuellement. C’est bien plus que tout ce dont j’ai rêvé donc je suis très heureux :)

Une outro spéciale pour se dire au revoir ?

Ryan James Ford is one of those artists that you never get tired of. In perpetual reinvention, the Berlin based Canadian artist releases a new EP, Discipline 78-96, on his own label. Once more, he shows his incredible ease to play with acidulated breaks, hypnotic kicks and melancholy chords. We particularly admire his works on the track’s structure, and this particular touch that slips through our fingers… After remarked releases on labels such as Answer Code Request and Marcel Dettmann Records, Ryan has created his own label SHUT. He agreed to answer a few questions.

Please introduce yourself for our beloved readers that don’t know you.

I am Ryan James Ford from Calgary, Canada. I am a DJ and a music constructor. I was exposed to electronic music in the mid 90′s through a local (warehouse/community centre) rave scene (which was awesome). At the time I was primarily engaged in musical discovery, bedroom DJing, and partying.
I then moved to Montreal in the beginning of the 2000. I began an internship at the Ninja Tune office there and was able to see many acts that I didn’t have the opportunity to see in my hometown. Seeing Autechre, Burnt Friedman, Fabio & Grooverider, and Monolake etc. performing left a massive impression on me and I then started toying around with rebirth, Acid, and fruity loops but not seriously.
I moved again back to Calgary and got deeper into music. I started to explore production more and more. My girlfriend (Marta) suggested we move to Berlin and I thought it would give me the opportunity to focus and find my way musically. And now here we are…

You have played before in Paris and Lyon, how did that go, did the French treat you well?

Yes, I feel a special connection with the French people and culture. I find the ‘joie de vivre’ way of life something very special. France has always been a place of interest since the days of seeing Taxi and La Haine. Being able to play there is an honour and always a highlight. It also looks like there are some France shows on the horizon so…

In a previous interview you admitted having a system to name your tracks, one which one might find complex or incomprehensible. The new titles are: Deer Run / Beltline / Salmo / Ken’s Defekt, is this the end of an era ?

I have a list of hundreds of potential song and project names/ideas so I just pick on how I’m feeling at the moment, and words have now entered the fold, so I guess it seems new but it makes sense. I like to have keep things fun so having rules never really works. Whatever feels right is what I go with. Its quite hard to predict what comes next so who knows…


You have started your label SHUT last year. How did that go ? Do you plan to release other artists?

Yes it has been amazing! I get to release EP’s with my own music and artwork which is really nice. I also get to work with the guys at Hardwax (as they are the distributors) which is really amazing. It is one of the very few remaining record shops with a long history of electronic music and there is something magical there. As for releases, I created SHUT as an outlet for my own creative output but their are a couple very close friends that I would like to release with but they need to finish the music first!

There are always unexpected elements in your tracks. The results always amaze me. After finally getting over your last release, I listen to the next one and I’m thinking… “How can he do that again?”. Do you force yourself to think outside the box or does it come naturally?

First off, thanks! I work in cycles and try to finish songs quite fast. I am always trying new things out with modes, chords, and techniques so the results are usually different. I’m not the most technical producer but I know how to work to get results that I am satisfied with. My favourite artists were very successful in displaying their individuality within their productions, so I just try to have my personality come out in the songs. Not sure how successful I am…


Are there artists you’d like to recommend? What kind of music do you listen in your free time?

There is so much inspiring stuff… Umfang, Answer Code Request, and Pessimist are some of my favourite producers right at the moment. I listen to a lot of ambient/drone so Tim Hecker is a must… Alessandro Cortini is also very special but there is too many great artists… I also really love the output of Northern Electronics as a label and an identity. For Dj’s it would be Courtesy, Objekt, Francois X, and Dam Funk Etc… Etc… (I could go on forever I guess)

You moved to Berlin some years ago, did you have any preconception about this city?

The move to Berlin was my girlfriends idea. It took awhile for me to be onboard but Im happy we did. I have always been interested in many types of music so the idea of Berlin as a techno epi- centre was not really something that Interested me. I would say my favourite part would be the space that an individual has here, physically, intellectually, and spiritually. You can be who you want and do what you want without much judgement. I have never been to another city where you experience so much freedom and tolerance.

You seemed super happy to have a Discogs profile 3 years ago! What makes you happy today?

I am so lucky that I have been able to DJ in so many places and look forward to traveling more and creating more music. Its amazing to be able to make music, travel, and meet new people all the time. Its more than I ever expected so I am happy. :)

Do you have a special outro track to say goodbye ?

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top