Sequence Report – Secromance

Si profondeur (ou deepness) il y a dans ce recueil de huit tracks assez courts, c’est surtout dans la large gamme d’émotions qu’il parvient à nous faire ressentir.

Secromance-Electronic-Beats-940x940

7.9

10

Par Bananna Wintour
Publié le 16 janvier 2014 | 21:21

« Dis chéri(e), c’est quoi la deep house ? »
Si votre petit(e) ami(e) néophyte, intrigué(e) par ce mot sur l’étiquette d’un bac de disques en soldes, vous pose cette question, qu’allez vous lui répondre ?
“Alors, tu vois chéri(e),ce n’est ni de la house, ni de la techno, mais un peu tout ça à la fois, à moins que ce ne soit l’inverse ou peut-être que… Non attends, tu vois, c’est facile; imagine Moodymann, euh non, Kerri Chandler, ou la clique Innervisions, euh attends pense à Hot Creations, ou, euh tu vois, ce morceau là, qui passe à la radio, avec un saxo ?…”
Arrêtez là le carnage. Un conseil, faites comme le monde entier depuis plus de vingt ans : évitez la question.
C’est ce que nous ferons également dans ces colonnes, par respect pour l’excellent long format de Sequence Report. Même si la tentation est forte, nous ne le limiterons pas à l’étiquette deep house. De peur qu’il ne soit associé aux kilomètres de musique pour dancefloor, qualifiés de “deep” sous prétexte qu’ils contiennent une nappe vaguement planante et un beat à 120 BPM.

Ce Secromance, premier album du brillant Tevo Howard sous le nom Sequence Report est bien plus complexe et riche que ça. Si profondeur (ou deepness) il y a dans ce recueil de huit tracks assez courts, c’est surtout dans la large gamme d’émotions qu’il parvient à nous faire ressentir.
Des morceaux courts donc, très atmosphériques. Imaginez les membres de Aux88 qui auraient mis plus de house dans leur electro, plus de poésie dans leur propos. Sur ce Secromance, la froideur des voix robotisées tranche avec la poésie et la sensualité des paroles qu’elles susurrent. Les synthés restent eux aussi polaires, même lorsqu’ils émettent des notes au violon. Pourtant leurs mélodies parviennent toujours à faire vibrer notre corde sensible. On retrouve ici la fameuse mélancolie glaciale, chère aux producteurs Techno de Detroit. Mais transposée à l’univers de la House : la musique de Sequence Report plus lente et plus groovy, un tantinet plus élégante et sexuelle que celle de Drexciya et consorts.

Les fans des autres productions de Tevo Howard ne seront donc pas déçus par cet album. On y retrouve les principaux éléments qui l’ont fait connaître : l’utilisation exclusive de machines analogiques, des mélodies terriblement émouvantes (écoutez, vous comprendrez que le mot n’est pas usurpé), des basses acides toujours rugueuses…
Tevo Howard, natif de Chicago pousse plus loin dans sa démarche avec ce Secromance : il imagine un voix, une vie, aux circuits imprimés, et propose un vrai album, autour de cette idée : si les machines pouvaient aimer, ressentir… Au final, il efface chaque mesure un peu plus la majorité des productions jetables qui hantent nos dancefloors depuis deux ans. Sa musique est profonde, parce qu’elle vise et touche juste, ce qu’il y a de plus “deep” en nous : directement enfouie au fond du coeur.

Tracklist:

01. Emotion Number Eight
02. Tragedy
03. Possession
04. Beauty To Body Count
05. Even With All Odds (Catch 22 Mix)
06. Exotic Object
07. Been Steppin’ To Your Love
08. See Quincy Report

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273