Sherwood & Pinch – Late Night Endless

Fusionnant les apports de ses deux créateurs, Late Night Endless de Sherwood & Pinch est une expérience rare, à la croisée des genres : une belle réussite.

pinchsherwood-12.4.2014

7.8

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 9 février 2015 | 8:34

Voilà deux ans qu’Adrian Sherwood et Pinch écument les scènes prestigieuses avec leur projet collaboratif, décimant les audiences de leurs basses produites par ce qui s’apparente à un véritable studio dub placé sur scène. Cette configuration permet au duo de donner à chaque performance un aspect unique, dans une atmosphère méditative connectée au lieu et à l’instant. Inutile de dire que nous avions hâte de découvrir les résultats du projet sous forme enregistrée : au-delà de la collaboration de deux mythes – du dub pour Sherwood, du dubstep pour Pinch –, réunissant les générations, il était intéressant de voir la forme qu’allait prendre le projet une fois fixé sur disque.

Arrive donc Late Night Endless, co-publié par les labels respectifs des deux artistes, On-U Sound et Tectonic, avec ce titre correspondant parfaitement à l’atmosphère suscitée par le projet, sorte de bulle intemporelle ancrée dans ce moment instable, entre fin de la nuit et début du jour. Très vite, on retrouve ces textures travaillées à la reverb et à l’echo, ce tempo restant dans des eaux dubstep, autour de 140 BPM. Décontextualisés, des vocaux reggae issus du catalogue de Sherwood émergent du vide, sur le très beau « Music Killer (Dub) » notamment, démultipliés pour prendre, sur ces nappes de basses, des allures d’annonciation apocalyptique.

L’ensemble apparaît pourtant, dans un premier temps tout du moins, plus franc, plus direct que ce que l’on aurait pu attendre du duo, le début du disque faisant la part belle aux breakbeats touchant parfois au UK Garage. Plus percussif que méditatif, le son se pare d’une urgence imprévue. L’orage éclate finalement sur un « Bucketman » aux samples puissants et basses distordues, tout en restant malheureusement moins convaincant que le reste du disque.

Les choses se font, une fois cet éclat passé, plus aériennes : « Wild Birds Sing » nous plonge à nouveau dans cette sphère d’éther aux rythmes délayés et sons discrets, entre tonalités légères et vocaux chuchottés. On s’élève à nouveau avec le beau « Stand Strong », faisant appel à la Nigériane Temi « Queen » Odeyale. Dominant le morceau, sa voix s’étend sur un tapis de beats hypnotiques et de basses venant ponctuer de leur présence le flot sonore.

On évolue, dès lors, sur un fil tendu entre les genres, mêlant les influences conjointes de Pinch et Sherwood : « Precinct of Sound » se place en des terres plus franchement dubstep, tout en relevant son tapis de beats scindés en deux et de basses wobblées par des cascades d’echo héritées du dub ; plus loin, « Africa 138 » touche à l’excellence, mêlant dans un écrin de 3:30 samples vocaux d’une précision sans faille, percussions claquantes, brèves mélodies, autour d’une ligne centrale réussie. Il était difficile d’imaginer plus parfaite réalisation de la part du duo : « Africa 138 » donne à entendre tout ce que l’on pouvait attendre de cette collaboration.

Le final « Run Them Away », douce conclusion, ne changera pas notre constat : Late Night Endless est une expérience rare, parvenant à mélanger de façon fluide les apports de ses deux auteurs. Evoquant sous plusieurs angles la compilation Scientist Launches Dubstep Into Outer Space – déjà publiée par Tectonic –, l’album s’en démarque néanmoins par sa volonté de fusionner les deux approches dès sa création. En découle ce son unique, à la croisée des genres, porté à un degré de réussite inégalé sur « Africa 138 », mais brillant sur la totalité du disque. Une belle réussite.

Tracklist :

01. Shadowrun
02. Music Killer (Dub)
03. Gimme Some More (Tight Like That)
04. Bucketman
05. Wild Birds Sing
06. Stand Strong
07. Precinct of Sound
08. Different Eyes
09. Africa 138
10. Run Them Away

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273