Shifted – Crossed Paths

Claque.

shifted

8.8

10

Par David Robert
Publié le 26 mai 2012 | 21:39

Alors celui là, on ne l’avait pas vraiment vu venir. Pourtant, la signature de Shifted sur Mote Evolver, label du légendaire Luke Slater, et la grosse poignée d’EP bien corsés qui en ont suivi, ou encore sa présence par exemple dans quelques mixs des Black Dog et dans l’album de remixes “Liber Chaos” auraient du nous mettre la puce à l’oreille. On ne rentre pas dans la meute des chiens noirs si facilement, et encore moins dans le clan de Slater. Alors oui, on aurait du se dire qu’il y avait largement là quelque chose à suivre. Mais l’arrivée d’un tel mastodonte, on ne l’avait définitivement pas prévu. Autant dire que la claque reçue en est d’autant plus forte.

L’amorce se fait par une longue descente verticale, sombre et oppressante dans les abysses : près de sept minutes de nappes façon dark-ambient. Impossible de savoir quand la chute va s’arrêter, impossible de savoir ou se situe le fond de ce puits. Et c’est un contact intime avec le sol qui va nous apporter cette réponse. Mais ne comptez pas sur l’homme pour nous faire atterrir sur un matelas en plumes d’oie. Bien au contraire.
En guise de tapis rouge, il assène un beat émergeant des entrailles même de la terre et détenant une puissance, une intensité et une bestialité phénoménale. Ainsi, après le vertical voici venue l’horizontal sans aucune concession, celui qui vient nous plaquer contre les parois de cette antre et qui provoque instantanément la torpeur. Bienvenu chez Shifted.
La dynamique et la force avec lesquelles il nous tient en joug apparaissent ici presque démesurées par rapport à notre simple existence. Les mots en manqueraient presque pour décrire cette rythmique titanesque qui procure l’effet d’une collision avec un bulldozer lancé à plein régime.
Si elle va à l’essentiel, cette techno là n’a rien de minimaliste. Des résidus de percussions viennent s’accoler à une structure généralement carrée, lui donnant de ce fait (encore) plus de relief et de corps. Des relents industriels se font sentir tout au long de l’ouvrage, lui donnant des teintes parfois assez mécaniques et métalliques. Ces aspects là sont mis en équilibre avec les textures organiques de certaines nappes, cliquetis, ou encore les percussions tribales d’une techno housey qui apparait au deux tiers de l’album. Si d’ailleurs cette séquence peut paraitre largement dispensable à première écoute, on se rend bien vite compte qu’elle permet de reprendre son souffle à un ensemble qui ne peut pas être monolithique sous peine d’épuisement de l’auditeur. En s’exécutant de la sorte, toute la vigueur et la cohésion de l’oeuvre (oui de l’oeuvre) sont conservées jusqu’au dernier morceau. Un dernier titre qui, tirant tellement sur l’aspect dub de la techno qu’on en viendrait presque à parler de techno shoegazée, est pensé comme une véritable porte de sortie.

Cet album ne bouleverse pas les schémas. Il n’apporte pas non plus grand chose de novateur en matière de techno et de dub-techno. Mais grand dieu, quelle fessée en bonne et due forme. Si assis sur un fauteuil, on s’en dégage littéralement assommé, alors on ose difficilement imaginer l’impact de ce “Crossed Paths” dans un club digne de ce nom.

 


Tracklist :

01. Yearning
02. Out of Tune
03. Bleeding Through
04. Coax
05. Leather
06. Colour of the Fall
07. Suffocate
08. Relict
09. Lexis
10. More Static (Reduction)

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273