Sigha – Metabolism

Réalisation magistrale loin d’avoir été pleinement assimilée, Metabolism s’impose comme un édifice incontournable à l’évolution sémantique de la techno.

R-9878737-1487841698-8733.jpeg

8.8

10

Par Martin Drazel
Publié le 1 mars 2017 | 12:33

De ses débuts expérimentaux aux mixes marathons de ces dernières années, sans oublier son propre label Our Circula Sound, on ne peut targuer Sigha d’être une feignasse. Pro-actif et rattaché à une interprétation bien personnelle de la techno, le Londonien pourrait très bien rouler des mécaniques s’il n’était pas aussi modeste. Living With Ghosts, son premier album sur Hotflush avait réussi à bousculer les genres.
Il persiste et signe avec ce nouveau tome chez Token, Metabolism, dont le champ sémantique corporel risque fort de vous coller à la peau.

L’univers de James Shaw a subi pas mal d’invasions des forces du mal depuis son dernier opus. Metabolism est une œuvre sombre, inquiétante et parfois sordide. Ce n’est pas l’introduction par « Suffocate » qui démentira cette sensation d’oppression qui traverse l’album. Sigha joue avec les limites de l’audible, jonchant saturations et grincements semi-agréables dans ses productions. « Down » renoue avec une facette plus abordable de l’artiste, à savoir ce processus hypnotisant qui structure sa vision bien particulière. L’Anglais manipule son public comme personne, le perdant dans une pléiade de minuscules éléments soniques articulées autour d’un pied basique, l’ensevelissant sous des couches d’un amour retors.

De nombreux exemples de cette science de la minutie arpentent Metabolism. Des titres comme « Stabbing », « Black Massing », « Strobing » ou encore « Interior » ont en commun cette redondance d’un thème qui flirte avec l’entêtement, laissant l’auditeur comme le clubbeur dans un entre-deux étrange où personne ne sait vraiment s’il doit danser ou écouter. Sigha dévoile ainsi toute la magie de sa musique, cet espace inconnu où se jumellent voyages astraux et réalité bien concrète. Ce 70ème album chez Token lui permet d’affirmer cette touche distinctive, jalousement glanée par ses compères mais rarement égalée.

Pourtant ce sont les morceaux plus recherchés de Metabolism qui nous font dire que le royaume de Shaw est loin d’avoir été totalement parcouru. Les deux variations de « Porcelain » ainsi que l’évocateur « Positive Mutilation » dénotent d’un amour certain pour l’expérimentation, délaissant l’ambiance lourde et obscure d’un Berghain pour nous transposer au milieu de galaxies instables où viennent s’éteindre des géantes gazeuses. D’autres titres axés principalement sur l’ambiance sont plus légers, à l’image de « Coming Apart » ou le hautement magnétique « Her ». On y ressent la douce schizophrénie du Londonien, toujours tiraillé entre son goût d’une techno ensorcelante et son affection pour l’inconnu. Tous ces aspects de sa personnalité s’accouplent sans retenue sur « Morning Star », qui réussit l’exploit d’unifier la pesanteur des titres axés techno de l’album avec le large panel modulable de ces ondes énigmatiques qui personnifient l’entité Sigha.

Réalisation magistrale dont les tenants et les aboutissants sont loin d’avoir été pleinement assimilés, Metabolism s’impose comme un édifice incontournable à l’évolution sémantique de la techno. On espérait secrètement que James Shaw saurait de nouveau mettre en branle les fondations immuables de cette musique aux méthodes quasiment militaires, et c’est chose faite. L’électron libre du genre n’a pas fini son épopée dantesque. Qui sait quelle autre facette de l’humanité il voudra examiner après l’accomplissement d’ouvrages sur les troubles psychologiques et le métabolisme ?
Le champ d’étude est vaste, il en va de même pour les possibilités : vivement la prochaine thèse !

Tracklist :

01. Suffocate
02. Down
03. Stabbing
04. Porcelain
05. Strobing
06. Coming Apart
07. Black Massing
08. Interior
09. Her
10. Morning Star
11. Positive Mutilation
12. Porcelain (Ideal)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top