Sly-One – Warm Red

La musique parle d’elle-même : Warm Red est une démonstration de force.

artworks-000055443831-7r57ps-t500x500

8.0

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 17 septembre 2013 | 19:21

Soyons tout à fait honnêtes : nous n’avions jamais entendu parler de Sly-One avant cet EP pour le label d’Addison Groove. Nous n’en saurons pas beaucoup plus sur le projet au terme de cette release : le dossier presse est minimal, et seules quelques informations récoltées sur Internet permett(rai)ent d’affirmer que Sly-One serait un trio provenant de Londres et Bristol. Pour le reste, c’est à la musique de parler.
 

L’écoute de Warm Red commence d’une oreille distraite : des fragments éclatés de percussions délayées nous échauffent les tympans, mettant en place un kick insistant. On se prend à se dire que l’on est en présence d’une énième redite d’une formule bien connue ces temps-ci, magnifiée notamment par l’hymnique Mercy VIP de Boddika & Joy Orbison.
Grave erreur. Trois cuts cinglants viennent nous remettre à notre place : Warm Red n’est pas une redite mais une démonstration de force. Une bassline furieusement ghetto, aussi minimaliste que terrassante s’infiltre de toutes parts, laisse exploser un groove auquel seul le qualificatif de monstrueux s’applique pleinement.
Loin d’en rester là, les trois compères enchaînent à point nommé avec des sons typés 808 venant résonner de toutes parts. La claque continue, puisqu’après plus de trois minutes, le trio se paie le luxe de nous offrir une brève section hypnotique, pour mieux vous achever, en coup de grâce et comme il se doit, du solo de cowbell que l’on n’attendait plus, confinant à la démence.

Forcément, après un tel coup, le reste semble plus anecdotique. Le maître Addison Groove lui-même se colle au remix, sans jamais toucher la grandeur de l’original. Plongeant dans un univers parallèle sous perfusion de dub et de Black Dice, le remix ne démérite pas, mais il est terriblement difficile de passer après un tel titre.
De même pour Raider, qui vient clôre la version digitale de l’EP en réarrangeant les mêmes éléments, en y ajoutant une touche dub techno mais sans retrouver le même sens de l’équilibre. Car le choc issu du morceau-titre reste, lui, bien présent.
 

Difficile donc de tenir la longueur après un tel morceau. Mais quel morceau. Finissons sur une anecdote historique : en 1518 à Strasbourg, une épidémie de danse touche plusieurs centaines de personnes ; un grand nombre, dansant jour et nuit, finira même terrassé par cette transe hystérique et incontrôlable.
Gageons que l’on tient là l’un des plus sérieux candidats pour le retour d’un tel phénomène.

 

 

Tracklist :

01. Warm Red
02. Warm Red (Addison Groove Remix)
03. Raider

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top