SNTS – Scene II

SNTS poursuit sa série Scene avec un EP puissant et hanté

Seeksicksound - SNTS Scene II

7.9

10

Label

Genre

Par Alexandre Aelov
Publié le 14 octobre 2014 | 19:06

Disons le tout de suite, SNTS est un artiste duquel on ne sait rien. A part qu’il est allemand, et qu’il a sorti dans un anonymat quasi-total une première série de trois Eps appelés Chapter puis une seconde, Scene, sur son propre label. Il a également sorti cette année le remarqué 16ème opus d’Horizontal Ground.
Si sa musique pourrait rapidement être catégorisée sous l’étiquette « techno atmosphérique à grosses basses », l’affaire est plus complexe. On retrouve effectivement cette alliance d’un kick sourd surgonflé aux basses les plus imposantes possibles, ainsi qu’un lot de nappes et de drones somme toute assez attendus dans cette catégorie.
Pourtant, force est de constater que même si SNTS ne révolutionne pas le genre, il y a là une récidive dans la maîtrise qui, sans perdre en efficacité, ne sacrifie aucunement une réelle musicalité. Ce Scene II en est la preuve.

La plaque (car oui, on parle ici de galette, le bonhomme étant attaché à l’importance de la sortie physique, ce en quoi on le remercie grandement au passage) se décompose en un schéma assez redondant depuis leurs débuts : une track ambient, une track offbeat, deux tracks plus régulières.
Intro III pose une atmosphère plus ésotérique que mélancolique. Cet aspect plus grandiloquent est au final assez bien amené, parsemé de percussions et bruits divers. En voiture.

 

N4, qui prend donc la suite du N3 du Scene I, se base sur une locomotive filtrée dans les graves qui galope à un rythme assez soutenu pour ce genre de morceaux. On reconnaît tout de suite l’immense point fort de SNTS : les hi-hats. Cette façon d’insister jusqu’à la rupture sur tout une batterie de hi-hats tous différents et superposés confère à l’ensemble une tension assez inhabituelle.

Là où beaucoup choisissent une entrée progressive ou quasiment minimaliste de la chose, le parti pris de faire vriller la dynamique dans le spectre haut change légèrement la donne. Et c’est là que tout devient soudain très intéressant. Comparée à la méthode d’autres maîtres de la techno mentale moderne comme Claudio PRC, Ness, Deepbass et consorts, l’approche de SNTS crée de l’instabilité en surchargeant d’éléments rythmiques un background épais et contemplatif. Des nappes épaisses et fluides, bénéficiant d’une grande vélocité, créent une vie inattendue dans un espace aussi froid et tiré vers la rupture par une rythmique tendue au maximum.
C’est cette recette qu’SNTS décide ici de rendre encore plus risquée en développant une très grande finesse dans le choix des textures et dans leur mariage.

Sans risquer la comparaison technique, on pourrait aisément se rappeler les deux premiers EP de Polar Inertia dans cette saturation de l’espace par les nappes. N5 confirme cette construction. Peu de breaks, souvent un seul, et une construction exponentielle, poussée dans le mur mais d’une agilité qui donne parfois l’illusion d’une respiration entre deux salves de relances rythmiques.
N6 apporte une touche de surprise, en développant sur une base offbeat des figures rythmiques (de snares notamment) au style martial. Les ambiances tendent cette fois vers plus d’illumination, vers un aveuglement intense. Il est très difficile de faire la part des choses entre obscurité et noirceur chez SNTS, tant l’ombre qui hante généralement les morceaux se confond avec un blizzard sonore qui emplit, sature le spectre physique.

 

Outre l’excellente qualité de production, on retiendra de ce Scene II deux choses. D’une, l’équilibre entre une rythmique surpuissante et une overdose de nappes qui est poussée un cran plus loin. La recette qui avait fait mouche dans les trois Chapter trouve ici un pendant plus abouti encore.
De deux, on constate, et ce depuis l’ep sorti sur Horizontal Ground, une plus grande recherche émotionnelle, une certaine complexité dans les atmosphères, qui brouille le jeu de clair obscur souvent monolithique dans ce genre d’approche.

Classique dans sa construction globale comme dans celle de ses tracks, cet EP n’en demeure pas moins porteur de quelques nouveautés, notamment sur N6, que les previews du second EP à paraître à la fin du mois sur Horizontal Ground confirment sans le moindre doute. Une fraîcheur bienvenue dans une frange souvent trop figée de la techno moderne. A suivre de près, donc.

 

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273