Soosh – Colour Is Breathe

Soosh joue au marchand de sable des temps modernes.

Soosh - Colour Is Breathe (Seeksicksound Review)

7.0

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 12 mars 2013 | 20:33

Dire qu’une pochette d’un album est indissociable de la musique est aussi vain que prêcher des convertis tellement c’en est évident. C’est elle qui va donner la première impression lors de la rencontre avec son éventuel futur auditeur, elle qui devra le séduire en premier lieu et venir aguicher le premier des sens utilisés : la vue. Et cela n’est pas uniquement vrai quand on farfouille dans les bacs à vinyles.
A ce jeu là, certains s’en sortent beaucoup mieux que d’autres. Soosh par exemple, n’aurait sûrement pas pris place ici sans sa magnifique pochette. Le fait que cet iranien d’origine ait été choisi par Shlohmo pour remixer Couch il y a un an de cela n’est pas non plus anodin et nous convainc définitivement de se plonger dans l’album. Et le résultat est loin d’être décevant. On oscille dans des ambiances feutrées, légèrement lo-fi et un beat calme et serein qui nous bercent dans cet univers apaisant.

Soosh nous délivre donc ici un album coloré empreint d’une chaleur réconfortante. Les textures sont très pop, appuyées par des synthés aux vibrations propres à l’iranien. Là où Dadub, par exemple, avait fait un prodigieux tour de force sur son album You Are Eternity à travers des textures virulentes et glacées, la démonstration se fait ici dans une tout autre mesure, dans le sens où les ambiances ne sont pas là pour impressionner l’auditeur mais pour l’accompagner dans cette somnolence au pays des merveilles. Ce calme et cette sérénité dégagés par des titres comme Open Hearts ou encore Loving demandent aussi une adresse certaine du producteur. D’autant plus que la voix de Carmel Khavari ressemble beaucoup à celle d’Elizabeth Fraser, ce qui entretient de fait totalement l’univers si familier et si mystérieux de Soosh.
C’est d’ailleurs un beatmaker hors pair que l’on découvre ici. La force des morceaux provient aussi en grande partie de la diversité des rythmes travaillés, doux et entraînants à la fois. Nos têtes dodelinent lentement, entraînées par un mouvement tout en retenue et en finesse.
Mais, car il y a toujours un mais, les titres se suivent et se ressemblent. Voilà l’un des seuls points à reprocher pour cet album. En effet, si sur vingt minutes il n’y aurait rien à redire, une sorte de répétition se fait sentir à la longue. Les productions peinent ainsi à se renouveler sur la deuxième partie de l’album. Pour autant, leur qualité est loin d’être affectée, bien au contraire, puisque Just Breathe ou Touched font partie des morceaux les plus maîtrisés. L’homogénéité de cet album est quoi qu’on en dise sans faille, l’engourdissement de nos muscles faisant ainsi lentement suite à notre assoupissement cérébral.

Soporifique : voilà le terme qui pourrait le mieux caractériser cet album. Mais c’est à vous de moduler ce terme de façon méliorative ou péjorative. Soosh vient ici poser des bases plus que solides, sublimées par son univers au parfum mélancolique et à la douceur nonchalante. Marchand de sable des temps modernes, Colour Is Breathe honore et respecte le sommeil, faisant ainsi une révérence à un certain Nietzsche.

 

Tracklist :

1. For You
2. Open Hearts (feat. Carmel Khavari)
3. The Space Between
4. Loving
5. Chorus Dream
6. The Way You (feat. Carmel Khavari)
7. Our Dream
8. Colour is Breathe (feat. Carmel Khavari)
9. Just Breathe
10. Uncertain (feat. Carmel Khavari)
11. Light Shadow
12. Touched

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top