SSS Interview : Black Asteroid [FR/ENG]

« Je pense qu’il est important de garder une part de mystère. » – Black Asteroid passe par la case interview.

SSS-Interview-Black-Asteroid
Par David Robert
Publié le 1 janvier 2014 | 18:33

Dans la lignée de notre série de podcasts, c’est Black Asteroid que l’on accueille aujourd’hui dans nos colonnes interviews. Un doublet donc, qui nous aura permis de mieux cerner l’univers de cet inconditionnel des lunettes de soleil et des choses qui virent au sombre, avant de le voir débarquer lui et sa techno physique au Batofar pour la soirée Classic As Fuck avec Roman Poncet le 11 janvier.

__________________________________

1) Black Asteroid est ton premier projet solo. Comment et surtout pourquoi, après de longues années à avoir eu des projets de groupe, as tu décidé de te lancer en solo ?

- Après avoir fini le dernier album de Motor, nous avions chacun différentes idées quant à l’orientation musicale du groupe. J’ai toujours écrit les morceaux les plus sombres, graves et influencés techno, quand mon partenaire avait plus de talent pour ceux plus électro ou plus « fun ». Cela s’est parfaitement combiné pour les deux premiers albums de Motor, mais je pense que nous avions tous les deux besoin d’un break, et d’aller chacun vers les horizons que nous recherchions.

__________________________________

2) Certes tes autres projets ont approché et mélangé la techno et beaucoup d’autres genres, mais là ton son est résolument orienté Techno. La techno était elle pour toi la voix la plus logique pour un projet en solo en suivant Motor ?

- La techno a toujours été mon genre favori et j’ai incorporé des éléments qui en étaient issus dans tous mes projets. C’était donc un de mes rêves que de faire de la techno à ma façon, sans la politique et les compromis inhérents à un projet de groupe.

__________________________________

 3) La scène techno est ces temps ci très proche de l’indus, du drone. Toi qui a un gros background industriel, comment vois tu aujourd’hui cette sorte de renouveau techno hybride, aux frontière de l’indus, du drone etc  ? Pour toi est ce seulement quelque chose qui est plus visible qu’auparavant sans que la scène ne soit réellement nouvelle, ou penses tu au contraire qu’il y a quelque chose de nouveau, porté par une nouvelle scène  ?

- Quand j’ai démarré sous Black Asteroid, je trouvais que la techno était devenue trop monotone et ne prenait plus de risques. C’est ce qui m’a poussé à sortir un titre massif et industriel comme « Engine 1″. C’est donc une bonne chose que de voir à nouveau et depuis quelques années un peu d’âme et d’énergie dans la techno. On peut effectivement voir ça comme une réaction envers la techno minimale qui a dominé la scène pendant pas mal de temps.

__________________________________

4) Cette techno là est de fait en partie tournée vers l’esprit par une certaine abstraction. Ton son a toi semble au contraire résolument tourné vers le corps (bien que ta sortie sur Electric Deluxe viendrait presque nous faire mentir). Pour toi, la techno est elle avant tout une musique pour danser, faite pour s’échapper physiquement afin de s’échapper ensuite mentalement ou l’inverse ?

- La techno fonctionne à différents niveaux. Danser dessus est fun sans aucun doute mais je fais de la techno qui dégage des émotions ou de l’énergie, et, je l’espère, qui raconte une histoire. Je ne suis pas intéressé par faire de la musique pour DJ. Je pense qu’il est important de trouver un équilibre entre le dancefloor et une écoute à la maison. Un bon titre doit pouvoir s’écouter dans les deux configurations.

__________________________________

5) Comment as tu rencontré Chris Liebing ?

- Il a remixé un des premiers single de Motor, « Sweatbox ». Donc au moment de finir la première démo de Black Asteroid, je lui ai directement envoyé.

__________________________________

6) Vous avez, suite à ton projet Black Asteroid, signé Motor sur CLR, au travers de CLR X. Cette signature et ton projet solo ont-ils changé le son Motor ?

- Motor est parti en tournée avec Depeche Mode pendant l’enregistrement de la dernière sortie. Je pense que ça a influencé l’album. La collaboration avec Martin Gore sur le premier single donne ainsi le ton. C’était une expérience, comme tous les autres albums de Motor.

__________________________________

7) Dans la même idée, le fait d’avoir mené un projet solo a-t-il changé quelque chose dans ta manière de travailler en groupe ? ?

- Quand je regarde ma carrière, mes side-projets sont toujours devenus mes projets principaux avec le temps. Je pense que tout ce qui est fun et qui m’inspire peut devenir central. Motor démarra ainsi comme un side project de XLOVER. Et parce que le projet était excitant et original, nous avons arrêté XLOVER et Motor est devenu conséquent. La même chose se passe aujourd’hui avec Black Asteroid.

__________________________________

8) Envisages tu, à l’image de Terence Fixmer, de travailler avec des artistes comme Mc Carthy ou Martin L Gore pour ton projet solo ?

- Oui, mais j’ai décidé de ne pas introduire d’invités qui poseraient leur voix pour Black Asteroid pour le moment. Je suis encore en train d’explorer mon son, et les vocaux ne sont pas ma priorité pour le moment.

__________________________________

9) Que ce soit avec Motor ou d’autres de tes projets, tu as beaucoup collaboré avec le batteur français Olivier Grasset. Comment l’as tu rencontré  ? En tant que batteur, que t’a-t-il apporté au niveau de l’approche et du travail sur tes rythmiques pour Black Asteroid ?

- Oui, il jouait au début de la batterie dans mon premier groupe, mais nous avons décidé très rapidement d’arrêté la batterie et les guitares pour faire de la musique électronique à 100 % en collaboration. Quoi qu’il en soit, pour Black Asteroid j’ai décidé de partir sur une pattern de batterie robotique basée sur un rythme 1/16, sans aucun sentiment humain. J’aime l’idée d’une techno conduite par les machines.

__________________________________

10) Sous tes différents projets (notamment H3llb3nt et Haloblack), tu t’es efforcé avec les autres membres du groupe de créer des ponts entre les genres, d’aller mélanger la cold wave, le trip hop, l’indus, l’EBM, le métal, l’electroclash et bien d’autres genres qui prendraient une nuit à énumérer. Un des objectifs d’un groupe ou d’un artiste est il pour toi de toujours créer quelque chose de nouveau  ? D’expérimenter, de mélanger, pour trouver des nouvelles perspectives pour faire avancer les choses ?  ? En clair  : le rôle d’un musicien est il celui de faire éclater les frontières  ?

- Pour moi il était naturel de faire de la techno industrielle, parce que j’ai grandi en produisant du rock industriel. J’ai eu une période trip-hop de quelques années puis je me suis plongé dans Aphex Twin et Autechre. Donc tout cela transpire dans ma musique. Je pense qu’expérimenter et innover continuellement est une bonne chose, mais il est aussi important de savoir se concentrer sur quelque chose de précis. C’est peut-être pourquoi Black Asteroid est aussi franchement techno : pour garder une perspective et une identité claires.

__________________________________

11) Vous gardez un son très accessible avec Motor, club-rock comme vous le définissez vous même, et avez signé sur des labels d’EDM qui sont aussi très très grands public assez récemment. Si je me trompe pas, vous avez déclaré que c’était de «  l’entertainment  » pour vous. D’un autre côté, vous avez aussi déclaré que vous ne seriez pas prêts à avoir plus de succès si vous deviez ne plus être intègres au son que vous faites. Est ce qu’il peut y avoir un certain paradoxe là dedans  ?

- Je perçois toujours la musique comme une forme d’art. L’EDM, ou qu’importe son nom, est la musique la plus éloignée de cette idée. Mais en même temps je crois qu’une performance et une identité visuelle fortes sont indispensables. Je cherche toujours à combiner la musique et les visuels sans compromis.

__________________________________

12) Quels sont tes projets à venir avec Black Asteroid ou Motor ?

- J’ai sorti un EP nommé « Grind » le mois dernier sur CLR, et mon prochain EP sortira sur Electric Deluxe début mars. Je travaille également sur mon premier album actuellement. Donc 2014 sera une année dédiée à ma tournée et à mon nouvel album en été.

__________________________________

13) Dernière question : que caches-tu derrière tes lunettes de soleil ?

- Moi-même. Je pense qu’il est important de garder une part de mystère.

1) Black Asteroid is your first solo project. How and why, after so many years with band projects, did you decide to get into a solo career?

- We had just finished the last Motor album and by now we had very different visions about where to go musically. I always wrote the darker and serious techno- influenced songs, while my partner had a talent for more electro and fun type of tracks. This worked well for the first 2 Motor albums, but I think we both needed a break and to do the music we wanted.

___

2) Even though your other projects approached and mixed techno with many other kinds of music, your sound is firmly techno-headed. Was it the most logical way for you for a solo project following Motor?

- I always considered techno my favorite Genre to work in, and I incorporated techno elements in all my projects, it was a dream of mine to pursue techno on my own terms- without the politics and compromise of a band situation.

___

3) The techno scene nowadays is very close to industrial music and drone. As you have a heavy industrial background, how do you see this sort of hybrid techno rebirth ? Do you think it is only something which is more exposed than before without renewing the scene, or do you think on the contrary that there is something new growing inside this new scene?

- When I started Black Asteroid it felt like techno was becoming too safe and monotonous. This inspired me to come out with such a big, industrial track like “Engine 1”. 
So it’s great to see some soul and energy coming back in techno again in the last couple of years. It could be the reaction against minimal techno which dominated for so long.

___

4) This kind of techno is in part turned to the mind, with some abstraction. Your sound seems much more oriented towards the body (even if your release on Electric Deluxe would almost make us lie). In your opinion, does techno exist most of all to make people dance, to escape physically in order to then escape mentally, or is it quite the opposite? 

- Techno works on different levels. Sure it’s fun to dance to, but I make techno as a release, to get out emotions or energy and hopefully to tell a story. I am not interested in making music for DJ’s. I think its important to find a balance between the dancefloor and the home stereo. A good record works in both environments.

___

5) How did you meet Chris Liebling?

- He remixed one of the early Motor singles “Sweatbox”. So when I had finished the first Black Asteroid demo, I immediately thought to send to him.

___

6) Following your Black Asteroid project, you have signed Motor on CLR, through CLR X. Did this signature and your solo project change the Motor sound?

- Motor toured with Depeche Mode during the making of the last record. I think this influenced the album. The first single featured Martin Gore, and this set the tone for the record. It was an experiment, as all Motor albums were.

___

7)  Likewise, did leading a solo project change the way you work within a group? 

- In my experience my side-projects always became my main projects over time. I think whatever is inspiring and fun will take focus eventually. Motor started as a side-project to XLOVER. Because Motor was so fresh and fun, we stopped XLOVER and Motor became a big thing. The same thing is now happening with Black Asteroid.

___

8) Like Terrence Fixmer did, would you consider working with other artists such as Mc Carthy or Martin L Gore for your solo project ?

- Yes, but I decided to not introduce guest vocals for Black Asteroid yet. I am still exploring my sound and vocals are not my priority right now.

___

9) Whether with Motor or other projects, you collaborated a lot with the French drummer Olivier Grasset. How did you meet him? As a drummer, what did he bring to your works regarding the perception and the rhythmical work for Black Asteroid?

- Yes at first he was playing drums in my first band (Haloblack) very briefly, but we decided quickly to drop the drums and guitars and make pure electronic music- as collaboration. However for Black Asteroid, I decided to start with 1/16th patterns- it’s drums from a robot, without any human feel. I like the idea of machine-driven techno.

___

10)Under different projects (like H3llb3nt and Haloblack), you tried, with the help of the other members, to build bridges between genres, to mix cold wave, trip hop, industrial, EBM, metal, electroclash and many others. Do you think that one of the goals of a group or an artist is to always create something new? To experiment, to mix in order to find new perspectives to move things forward? Is the role of a musician to make frontiers burst?

- For me it was natural to make industrial techno because I grew up making industrial rock music. I got into trip hop for a couple years and then heavily into aphex twin and autechre. So it all came out in my music. I think its good to experiment and always innovate, but also its important to have a clear focus. This is maybe why Black Asteroid is firmly in techno as a way to keep a clear vision and identity.

___

11) You maintain a very accessible sound with Motor, « club-rock » as you define it yourself, and you signed on EDM labels that are very very mainstream recently. If I am not mistaken, you declared that you saw that as entertainment. On the other hand, you also declared that you wouldn’t be ready to have more success if you had not to be upright with the sound you produce. Isn’t that paradoxical?

- I still regard music as an artform. EDM or whatever it’s called is the furthest from this idea. At the same I believe in a strong performance and visual identity for music. I am always looking to make sound + vision work together without compromise.

___

12) Could you tell us more about your upcoming releases through Black Asteroid or Motor?

- Last month I released an EP on CLR called “Grind” and my next EP will be on Electric Deluxe in early March. At the same time, I am working on my debut album now. So 2014 will be non-stop touring and a new album in the Summer.

___

13) And the last one: what are you hiding behind your sunglasses?

- Myself. I think it’s important to maintain some mystery.

 

 

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top