SSS Interview: e.m.m.a [FR/ENG]

L’une des représentantes les plus originales du « 130 movement » répond à nos questions, à quelques jours de la tenue de sa soirée Emerald City.

e.m.m.a-2 (1)
Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 2 décembre 2013 | 12:53

Auteure de l’un des titres les plus singuliers sur l’une de nos compilations préférées de l’année, This Is How We Roll de Keysound Recordings, e.m.m.a. est très vite apparue comme l’une des représentantes les plus originales du courant « dark 130″, « 130 movement » ou « 130 sound » – à votre guise – qui émerge depuis deux ans outre-Manche. Impression confirmée par un album brillant cet été, Blue Gardens, témoin d’une personnalité musicale unique, mêlant synthés cheap, « Victorian Grime » et bien d’autres au sein d’un même ensemble. Très impliquée depuis dans la scène, e.m.m.a. est d’ailleurs sur le point de lancer une soirée, Emerald City, avec d’autres artistes du courant (par exemple Etch ou Sully, auteur d’un brillant mix pour marquer l’occasion). C’est quelques jours avant la tenue de cette première soirée, le 6 décembre, dans la banlieue de Londres, que nous lui avons posé quelques questions.

__________________________________

1) Ta musique a très vite été associée au label Keysound Recordings, après un maxi seulement. Comment en es-tu venue à travailler avec eux ? Blackdown parle souvent du « cercle » (quelqu’un écoute son émission sur Rinse FM, se met à faire des morceaux, les envoie et est playlisté sur l’émission), est-ce que ça s’est passé ainsi ?

- Je n’écoutais pas l’émission sur Rinse quand Blackdown m’a signée. Je connaissais Keysound depuis quelques années, mais je faisais mes morceaux dans mon coin, et des amis ont publié mon premier vinyle, Dream Phone, sur Wavey Tones. Ils ont envoyé la promo à Blackdown, je pense que c’est comme ça qu’il a entendu ma musique pour la première fois.

 __________________________________

2) De même, tu as déjà publié un album, alors que d’autres artistes électroniques prennent des années à en faire un. Avant même la sortie de l’album, en écoutant ton morceau sur la compilation This Is How We Roll, on se disait qu’il serait intéressant d’entendre ton univers musical sur un disque plus long. Est-ce que c’est quelque chose que tu ressentais aussi, cette nécessité d’avoir un format plus long pour mettre en image cet univers complexe, ou bien est-ce que c’était plus inconscient que ça ?

- Je pense que j’ai toujours naturellement pensé les choses ensemble, avec plus d’une chanson à la fois. J’étais surprise quand Blackdown m’a dit qu’il voulait que je fasse un album, mais ça ne m’a pas intimidé, parce que vu la façon dont je travaille, mes morceaux ont tendance à aller les uns avec les autres s’ils sont produits à un même moment. C’est seulement quand j’ai fini le tout que je me suis rendue compte que j’avais créé une sorte de voyage musical, j’en étais assez fière.

 __________________________________

3) Ton travail a été associé à un nouveau mouvement d’artistes qui gravitent autour de Keysound Recordings, qui utilisent des influences similaires à des tempos semblables, même s’il y a beaucoup d’approches différentes. Au début, Blackdown parlait de « Dark 130″, tu as toi-même parlé de « 130 movement ». Comment est-ce que tu décrirais le lien entre les artistes du mouvement ? Est-ce que la connexion est strictement musicale, ou bien y a-t-il une véritable communauté d’artistes autour du son ?

- Le lien initial est qu’on travaillait tous autour de 130BPM, et beaucoup d’entre nous continuent de faire des morceaux à ce tempo. Mais au-delà de ça, je pense que ce qui nous unit est notre individualité et notre détermination à avancer plutôt qu’à simplement suivre. Sur Keysound, tout le monde a une identité unique qui vient d’un désir commun de continuer à repousser les limites des sons qu’on choisit vers des nouveaux endroits, en se fondant sur diverses influences londoniennes, comme le grime, le courant breaks ou le UK Funky.

 __________________________________

4) Les soirées de Keysound Recordings étaient jusqu’à maintenant le seul endroit à vraiment se centrer sur ce son, mais les choses sont sur le point de changer puisque tu organises une soirée avec Etch, Emerald City, le 6 décembre. Est-ce que le but principal de cette soirée était de développer le mouvement, afin de donner au son de nouveaux endroits où s’exprimer ?

- Le but de la soirée est de nous donner un nouvel espace pour tester des nouvelles choses, en sortant du contexte d’une grosse soirée en club comme à Fabric, pour construire quelque chose avec nos amis, de façon organique, quelque chose qui sera une plateforme pour la musique qui nous a inspiré et la musique que l’on n’a pas encore publié. L’idée est que les gens puissent avoir une idée du contexte dans lequel le son est apparu. J’ai travaillé avec LV et Sully et je voulais que ça soit retranscrit dans un environnement club, pour que les gens puissent aussi entendre leurs nouveaux morceaux et voir comment on marche tous ensemble.

__________________________________

5) Est-ce qu’Emerald City sera une soirée régulière, ou est-ce quelque chose qui n’aura lieu qu’une fois ? Est-ce que vous avez déjà prévu d’autres éditions ?

- Il y aura d’autres éditions, mais c’est vraiment la première fois que j’organise un événement, donc j’apprends et j’attends de voir comment les choses se déroulent, parce que ça aura une influence sur la façon dont je vais gérer les choses pour la prochaine.

 _________________________________

6) Une des choses intéressantes autour du son est que même s’il est très centré sur Londres, il s’est aussi diffusé dans beaucoup d’autres endroits : Arctic vit en Australie par exemple. Est-ce que tu prévois d’organiser ce genre d’évènements ailleurs ?

- C’est mon rêve. J’ai déjà parlé avec Rabit de faire une soirée Emerald City à Houston, ce qui serait génial. Il n’y a pas encore vraiment de scène pour ce genre de musique, mais je pense que c’est aux artistes de la mettre en avant, parce que tu ne peux pas toujours faire confiance aux promoteurs. C’est nous qui repoussons les limites musicalement, donc c’est normal que l’on s’en charge dans le fond. Faire une soirée à Paris serait vraiment génial aussi, on verra !

_________________________________

7) En dehors de la soirée, tu as récemment fait un morceau avec Etch et Parris pour montrer ce vers quoi vous voulez mener le mouvement. Est-ce qu’il y a d’autres choses que tu prévois de faire autour d’Emerald City à l’avenir (par exemple, monter un label comme Epoch l’a fait) ? Est-ce que tu penses te centrer sur le groupe actuel d’artistes, ou bien aussi essayer de mettre en avant de nouveaux artistes ?

- J’aimerais bien démarrer un label une fois que les choses seront installées plus clairement, et quand j’aurai le temps de le faire correctement. Pour le moment, on est tous nouveaux de toute façon, donc j’ai envie de voir où on peut mener les choses, mais je suis tout aussi intéressée par l’idée de soutenir des artistes inconnus si leurs morceaux sont bons.

_________________________________

8) Est-ce que tu as l’impression que ton propre son a été influencé par le mouvement ? Tu as déjà expliqué que le fait de rencontrer Sully ou Rebel MC par exemple avait joué sur ton premier album – est-ce que travailler avec Etch, par exemple, a eu des effets similaires ?

- Etch m’a vraiment fait découvrir le courant breaks depuis qu’on se connaît. J’aime bien notre collaboration, parce que ça m’a permis d’apporter mon truc plus mélodique sur ses breaks, et ça marchait vraiment bien. Je ne crois pas que je vais me mettre à faire des morceaux remplis de breaks, cela dit. J’avais envie d’en mettre sur mon album, c’est pour ça qu’il y en a à la fin d’At Sea. C’est clair que l’on s’encourage tous et qu’on met en avant la diversité de tous nos sons, mais je ne suis pas forcément influencée par les autres artistes du label pour mes propres productions.

 _________________________________

9) Est-ce que tu pourrais nous dire quelques mots sur ce qu’on peut attendre venant de toi en 2014 ? On a vraiment hâte d’entendre des nouvelles choses de ta part, tu as de nouvelles sorties prévues ?

- Pour le moment je ne peux pas vraiment faire d’annonce officielle, mais je travaille sur des projets intéressants à différents tempos, en conservant mes sons de synthés mais en y ajoutant des influences différentes qu’il n’y avait pas sur mon album.

 _________________________________

10) Pour conclure, tu parles souvent de ton Tamagotchi sur Twitter – comment va-t-il ?

- Malheureusement, il est mort. Il était programmé pour vivre la nuit, donc il dormait le jour et je ne pouvais pas m’en occuper la nuit :(

1) Your music has been associated with Keysound Recordings very early, after one release on your part. How did you come to work with them? Blackdown seems to insist on the « circle » (people listening to the Rinse FM show, then making tunes, then sending them and getting played) - did it work this way?

- I wasn’t listening to the Rinse show when Blackdown picked me up. I was aware of Keysound from a few years ago, but I had been making tunes in isolation, and my friends released my first vinyl, Dream Phone, on Wavey Tones. They sent Blackdown the promo and I think that’s the first time he heard my music.

 __

2) Likewise, you have already released an album, something which other electronic musicians take years to achieve. I must say that listening to your tune on the This is How We Roll compilation, before the album was announced, I thought it would be interesting to hear your musical universe over a long-format record. Was it something you felt yourself – the necessity of a longer format to give an image of that complex universe –, or was it more of an unconscious thing?

- I think it has always been natural to me to think in a concept of more than one song at a time, I was surprised when Blackdown wanted me to do an album, but not daunted, because of the way I work, my tunes tend to fit together if I make them all over a similar time period. It was only when it was finished that I realised I’d created what appeared to be a musical journey, which I was happy about.

 __

3) Your work has been associated with a new movement of artists around Keysound Recordings, working with a similar set of influences around a similar tempo, though many approaches can be distinguished – Blackdown initially used the term « Dark 130″, you have used the term « 130 movement ». How would you describe the link between the artists included in this movement? Is it strictly a musical connection, or is there a real community of artists around the sound?

- The initial link means that we all operated in the 130bpm space to begin with, and many of us still make tunes of that tempo. But regardless of tempo, I think what unites us is our individuality and our determination to lead rather than follow. Everyone on Keysound has a unique identity which comes from a common desire to keep pushing the boundaries with our chosen sounds in to new territories, drawing on a variety of London influences like grime, breaks and UK Funky.

  __

4) Keysound Recordings nights have so far been the only place featuring heavily this sound, but this is about to change as you are curating a night with Etch called Emerald City, on December 6th. Was the main intent of the night to foster this movement? To give the sound other expression places?

- The night is to give us a new space to try out new material, without the context of a big club event like Fabric, but to grow something organically with friends which will be a platform for the music that has inspired us as well as unreleased material, so that people can have a bit of context to where we’ve come from. I have worked with LV and Sully and I wanted that to be translated to a club environment, so people can hear their new material as well, and see how we all fit in together.

 __

5) Will the Emerald City night be a recurrent event, or is it more of a one-off thing? Do you already have further editions planned?

- It will happen again, but it’s all a learning experience for me in terms of organising an event so I want to see how this goes, as it will effect how I plan the next one!

 __

6) I thought it was interesting how this sound, though primilarily London-based, has also spread to a lot of places – Arctic lives in Australia, for instance –. Do you also plan to do such events outside of the London area?

- That is the dream. I’ve already spoken to Rabit about doing an Emerald City in Houston, which would be awesome. There isn’t much of a scene there of this type of music but I think it’s up to the producers to increase the awareness, as you can’t always rely on promoters. We’re the ones who are pushing the boundaries with the music so it makes sense really, when you think about it. Also Paris would be amazing, we’ll see!

 __

7) Besides the night, you have recently made a tune with Etch and Parris to showcase where you want to take the movement. Are there other things you plan on doing around Emerald City in the future (setting up a label like Epoch did for instance)? Will you mostly focus on the existing group of artists, or will you also try to put new artists forward?

- I would like to start a label when things are a bit more established and when I have the time to do it properly. We’re all quite new at the moment anyway, so I want to see where we can take things, and I am equally as interested in supported unknown artists if their tunes are good.

 __

8) Do you feel your own sound has been influenced by this new movement? You have mentioned how meeting Sully or Rebel MC for instance had an influence on the sounds of your first album – has working with Etch for instance had similar effects?

- Etch has definitely opened my ears to breaks more since I’ve known him. I liked our collaboration because I was able to bring my melodic vibe to his breaks and it worked really well, I don’t think I’m going to start making lots of tunes with breaks in though. I did want some breaks on my album, which is why I put them in the end of At Sea. We do definitely encourage and support the diversity of eachother’s sounds but in terms of my own productions, I’m not neccessarily influenced by other people on my label.

 __

9) Can you tell us a few things about what we could expect from yourself in 2014? We are definitely looking forward to hearing more from you, do you have new records coming out soon?

- I don’t have anything official I can announce but I’m working on a couple of interesting projects, at different tempos, still keeping my synth sound but adding different influences that I didn’t get to use on my album.

 __

10) To conclude, you mentioned your Tamagotchi quite a few times on your Twitter feed – how is it doing?

- Unfortunately it’s dead. It was programmed to live during the night, so it slept during the day, and I couldn’t look after it in the night :(

 

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273