SSS Interview : Ena (FR/ENG)

A l’occasion de sa première performance live en Europe lors de l’édition 2015 du Berlin Atonal cet été, le japonais Ena nous dévoile un pan de sa musique riche en expérimentations

ena04
Par Alexandre Aelov
Publié le 3 août 2015 | 16:45

Ena est un artiste japonais à plusieurs facettes. Profondément inspiré par la drum n bass et l’abstract hip hop, ses productions sur 7even ont rapidement posé les fondements d’une musique breakée où le sound design est au premier plan. Ayant rejoint la team Samurai Horo, sublabel de Samurai Music, son travail n’a cessé de tendre vers plus d’abstractions et de textures. Il jouera pour la toute première fois en Europe au Berlin Atonal de cet été 2015, et dans le cadre d’un partenariat avec le festival, il a bien voulu éclairer avec nous quelques pans de sa création.

_____________________________________________________

1/ Tu as récemment sorti ton troisième album solo, Divided, sur format cassette. Tu peux nous en dire plus sur sa génèse ? Pourquoi avoir choisi le format C50 ?


Il ne s’agit pas à proprement parler d’un album, même si ça en a tout l’air. Divided est à mi chemin entre un LP et un EP. Pour le créer, je me suis servi de parties de mon live que j’ai transformées en tracks. Le format C50 convenait parfaitement pour la longueur, donc je l’ai sorti sous ce format-là.

 

2) Tes sorties sur Samurai Horo marquent un tournant clair dans ta production. Le travail des textures et des artefacts devient alors central, ce qui met les paysages sonores au premier plan bien plus qu’auparavant. Dans quelle mesure ton arrivée au sein du label a-t-elle influencé ta manière de créer ?

Tout ça s’est fait très naturellement, parce qu’il y a d’excellents artistes qui gravitent autour de Samurai Horo, comme Fis, ASC, SamKDC, Akkord, et ils ont chacun un son très personnel.
Je voulais avoir mon propre son, et je n’ai pas eu à changer grand chose dans ma manière de faire pour y parvenir. J’avais déjà travaillé ce genre de son très abstrait dans mon premier album, Bilateral, et il a logiquement pris une place centrale dans ma musique.

 

3) Comment est né Binaural ? Est-ce qu’il constitué un tournant que tu voulais prendre depuis longtemps ou l’inspiration est-elle venue de Presha ?

Le son et le concept sont nés très tôt, du coup il y avait déjà une idée et une trame derrière Binaural. J’ai envoyé ma musique à Presha, j’ai fait beaucoup de morceaux, plus de 50 en tout, puis nous avons compilé Binaural.

 

4) Quels sont tes rapports avec Presha et la team Samurai Horo ?

J’ai de bonnes relation avec Presha, on partage la même vision.
Quand un label sélectionne certains de mes morceaux je ne comprends pas pourquoi ces tracks les intéressent plutôt que d’autres. En fait, je ne me rends pas compte que tel ou tel morceau est bon ou a quelque chose de spécial avant que le label le choisisse et me donne un feedback positif. Ca m’est souvent arrivé, et pas seulement chez Samurai Horo, mais aussi chez 7even Recordings. Presha et Greg de 7even m’apportent beaucoup dans ce sens, et j’apprends progressivement à prendre conscience de ça.

 

5) Tes dernières productions brisent les règles en termes de composition, et il devient assez difficile de comprendre ton processus de création, techniquement parlant. La place que tu donnes au silences, au glitch, à tous ces sons fantômatiques est intrigante. Tu peux nous en dire plus sur la manière dont tu crées ces éléments ?

Je pars essentiellement de bruits.
Le process est très simple, égalisation et filtres, des plugins simples.
Je veux garder cette manière de faire et ce son, ainsi personne ne peut copier ma musique facilement. Beaucoup de productions se basent sur des banques de samples rythmiques et des presets de vsti. En soi ça n’est pas une mauvaise chose, ces outils sont très bons, mais en même temps très lassants. N’importe qui peut faire de la musique avec cette recette, c’est pourquoi je tiens à me mettre à l’écart de ce système non créatif.

 

6) Tu as travaillé sur des bandes son de films et d’autres projets de ce genre. Tu peux nous en dire plus à ce sujet ? Est-ce que ça influence ton travail musical, d’un point de vue technique par exemple ?

Je dirais que c’est mon autre facette, mon reflet.
Presque toute la musique commerciale est une copie d’autres musiques. Il y a toujours une référence à d’autres genres qui précèdent.
Pour cette raison, j’adorerais faire de la musique sans références.

 

7) Est-ce que tu aimerais explorer des genres autres que ta ligne actuelle qu’on pourrait qualifier de bass music expérimentale ?

Pour être honnête, je ne me positionne pas par rapport à des genres précis.

 

8) Tu as collaboré avec Clarity sur une track de son album, prévois-tu de travailler avec d’autres artistes ?

Pour le moment, je n’ai pas de collaboration en projet, mais si l’occasion se présentait je serais partant.
Je vis à Tokyo donc d’ordinaire la seule option qui se présente à moi est de travailler avec la personne via internet. C’est assez frustrant et ça rend les choses assez complexes, je préfèrerais pouvoir travailler directement avec la personne.

 

9) Bien que tu sois japonais, tu as principalement sorti tes productions sur des labels européens. Quel regard portes-tu sur la scène bass au Japon ? Est-ce que tu y puises de l’inspiration ?

Une partie de la scène underground de Tokyo est intéressante. On ne peut pas vraiment qualifier cette scène de “bass music”, c’est une étiquette qui n’a pas de sens ici. Ce que je constate, c’est que la scène techno se mélange avec d’autres genres et le résultat est très intrigant. Je pense en particulier à DJ Nobu et Goth Trad qui sont des figures de l’underground ici.

 

10) Sur quoi travailles-tu en ce moment ? Quels sont tes projets à court terme ?

Mon prochain EP sortira sur Samurai Red Seal prochainement. Je travaille aussi sur un autre projet que j’annoncerai prochainement, et ce sera une grande surprise !

 

11) Ta performance au Berlin Atonal sera un live audiovisuel. Des membres de la team SSS et certains de nos lecteurs seront présents, à quoi doit-on s’attendre de ta part ?

Pour le moment, rien n’est fixé au sujet des visuels, je dois en décider bientôt. Mon set live sera un peu différent de d’habitude. J’essaie toujours de changer au moins la moitié de mon live pour chaque nouvelle performance. C’est beaucoup de travail mais j’aime garder de la nouveauté, relever ce défi. Même mon live au Atonal qui sera mon tout premier en Europe sera très différent de mes live précédents au Japon. Il me tarde vraiment de pouvoir le jouer dans ce lieu unique et immense.

Cet article a été réalisé en collaboration avec Martin Drazel

Ena is a japanese artist with many faces. Deeply inspired by drum n bass and abstract hip hop, he has quickly developped in his early productions on 7even the basis for a subtely breaked music where sound design remains central. After having joined the Samurai Horo team, his works never ceased to tend towards more abstractions and textural presence. He will play for the first time in Europe at the Berlin Atonal this summer of 2015,  and he accepted to unveil some aspects of his creation for us.

_______________________

 

1 ) You have recently released Divided, your third solo album, as a cassette. Can you tell us more about its genesis ? Why did you chose the C50 cassette format ?

This release is not an album, although it may look like one. Divided is actually somewhere between an LP and an EP. To create the release I did in fact divide sound from my live set to re-make each individual Track.
The simple reason why Divided came out on C50 cassette is because it fits.

 

2 ) Your releases on Samurai Horo mark a clear change in the building of your music. The work on textures and artefacts becomes central, resulting in more abstract soundscapes than before. How did this shift to the Samurai Horo family influenced the way you create music ?

To me it was a natural way, because there are lots of really great producers around Samurai Horo for example, Fis, ASC, SamKDC, Akkord, and they all have their own individual sound.
I wanted to have my own unique sound too, and I didn’t have to make a big change in order to achieve this. I`ve already made this kind of abstract sound in my first album ‘Bilateral’, and I understand how it has become central in my music.

 


3 ) How was born Binaural ? Was it a turn that you wanted to take since a long time or was it an inspiration from Presha ?

The concept and sound came really early, so at that point in time there was already an idea behind Binaural. I sent Presha my music, I made so many pieces, more than 50, then we compiled Binaural.

 

4 ) How is your relation with Presha and the Samurai Horo team ?

It’s quite a good relationship, we have same vision.
When a label selects some of my tunes for release sometime I dont understand why the label chose those tracks. Actually I often don’t realize that the music has some quality or specialty before the label selects it and gives me positive feedback.
It’s often happened to me, not only with Samurai Horo, but with 7even Recordings as well. Presha from Samurai and Greg from 7even remind me and I`m growing to learn these things.

 

5 ) Your last releases break the rules in terms of composition, and it’s hard to figure out how you work, technically speaking. The place given to silence, glitches, ghostly sounds is intriguing. Can you tell us more about the process creating these soundscapes ? Do you start with electrical noises, field recording, other ?

Basically from noises.
I think the process is so simple, just EQ and filters by Plugins etc.
I want to keep it so that people can not copy my music easier, because a lot of recent music is made from just good drum sample library and synth sound by vsti synths with good presets. It is not bad, modern production tools are really great, but same time really boring. Everyone can make music really easy with this formula, so I want to escape from this non-creative game.

 

6 ) You have been working on movie soundtracks and other projects of that kind. Can you tell us more about it ? Does it have an influence on your work, maybe from a technical point of view ?

I would say it is my opposite side, my reflection.
Almost all commercial music is a copy of some other style of music. There is always a reference to other previous genres or sounds.
So I would love to make my music with no reference.

 

7 ) Do you plan to explore other genres than your actual experimental bass guideline ?

I don’t want to be pigeonholed into a genre now to be honest.

 

8 ) You have been collaborating with Clarity on a track of his album, do you plan to do it again with other artists ?

I don’t have any collaborations planned for now, but if I had a chance with the right person then I would do it.
I`m living in Tokyo so usually the only option to collab is via internet. it is pain and bit hard to collaborate, I’d prefer to work together, in person in same place.

 

9 ) Although you are japanese, you have been releasing mainly on european labels. How is the bass music scene in Japan ? Does it inspire you in some way ?

Some underground scene in Tokyo is quite nice.
I`m not really sure about ‘Bass music’ it already became just a hyped word that has no real meaning here.
But now the techno scene is mixing up with other genre so its growing to be a very interesting scene.
Especially DJ Nobu and Goth-Trad they’re really representing the underground here.

 

10 ) What do you work on these days ? What are your plans for the near future ?

My next EP will be released on Samurai Red Seal soon.
I’m now working for another project which is announced soon (hopefully) and it will be a big surprise.

 

11 ) Your performance at the Berlin Atonal will be an A/V one. Members of the SSS team and some of our readers will be there, what may we expect from you in terms of sound and image ?

I`m not sure about visual yet, have to talk about it very soon.
My live set has a different concept from normal. I am always trying to change half of my set, which means writing new music for each live set. It’s really hard but I love to keep it fresh, and create a challenge.
Even my Atonal Live set is first live show in Europa, but it will be different from my past live set in Japan.
I’m really excited to showcase my material in that amazing, gigantic venue.

 

This article was made in collaboration with Martin Drazel

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273