SSS Interview : Habits of Hate [FR/ENG]

Manni Dee et Happa reviennent sur la genèse de leur projet commun avec une certaine dose de dérision.

artworks-000072512653-z1l6ce-original
Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 17 juin 2014 | 14:18

Il y a deux mois, Electronic Explorations dévoilait le premier deux-titres de Habits of Hate, projet collaboratif inattendu de deux des artistes les plus prometteurs de la scène techno britannique, Happa et Manni Dee. Nous avons jugé bon de leur poser quelques questions au sujet du projet et de sa genèse, afin de mieux comprendre le son développé en commun.

 

1) Quand et comment avez-vous commencé à travailler ensemble ?

On a commencé à échanger de la musique l’année dernière, et on a décidé de collaborer quand on s’est rendu compte qu’on partageait beaucoup d’intérêts musicaux, à la fois sur le plan de la composition et sur celui de l’écoute.

 

2) Vous avez opté pour une approche très agressive avec cet EP. Est-ce que c’était l’idée que vous aviez en tête en commençant à faire des morceaux ensemble, ou est-ce que c’est quelque chose qui est venu naturellement ?

 

Manni Dee : C’est vraiment venu naturellement, un peu comme une fleur naissant dans un paysage de béton industriel.

Happa : Et ensuite, j’ai chié sur cette fleur.

 

3) Quel est votre méthode de composition ? Est-ce que vous improvisez ensemble pour voir la façon dont les choses évoluent, ou avez-vous d’autres techniques avec des rôles spécifiques ?

Pour le moment, on a échangé nos patterns sur Internet, sans assigner de rôle particulier. On adore tous les deux le travail solo de l’autre, donc il y a déjà un certain niveau de confiance quand il s’agit de travailler de son côté.

 

4) Qu’est-ce que le travail collaboratif apporte à vos travaux ? Est-ce que vous pensez que cette expérience pourrait avoir des effets sur votre composition en solo ?

En gros, c’est simplement la réunion de deux producteurs dans un même état d’esprit, qui utilisent leurs techniques spécifiques pour créer une unique oeuvre. Naturellement, ça produit des résultats uniques, qui varient par rapport aux compositions individuelles.

Manni Dee : Ca n’a pas vraiment changé de choses dans mes travaux, je pense. C’est vraiment un projet à part pour moi, comme ça devrait l’être. Samir ?

Happa : Je pense qu’écouter ces morceaux a plus influencé ma musique que les produire. Mais toute nouvelle expérience implique un nouvel apprentissage.

 

5) « A Rebel From The Waist Down » me rappelle presque le breakstep que des artistes comme Vex’D et Toasty produisaient autour de 2005, mais avec une approche nouvelle. Est-ce que vous aviez des points de références communs en composant ces titres, pour diriger le travail ?

Manni Dee : Tout simplement des tonnes de techerzzzzz qui tapent mec. Je n’ai jamais écouté Vex’D ou Toasty.

Happa : J’ai déjà écouté Vex’D, et ça m’a plutôt vexé hahahahaha, mais non, pas vraiment… Je n’écoutais pas vraiment de musique au moment où l’on faisait ces morceaux, parce que j’étais concentré sur la production, comme Manni. Ca sonne un peu comme si j’essayais d’avoir tous les honneurs, mais en même temps voilà, j’ai à peine 7 ans ou presque…

 

6) Les deux morceaux sont très détaillés, mais me paraîssent avoir une approche très live. Est-ce que vous avez des sets prévus ensemble ? Est-ce que l’idée d’un live pourrait vous intéresser ?

Manni Dee : Je pense qu’il faudrait d’abord qu’on se rencontre.

Happa : Nan Manni, j’ai pas spécialement envie de te rencontrer mec.

 

7) Vous avez signé avec le label Electronic Explorations de Rob Booth pour ce projet : comment avez-vous décidé de travailler avec le label ? Est-ce que cela a eu des influences sur les morceaux ?

Non, les morceaux étaient déjà composés. Rob est vraiment quelqu’un de génial, il est tellement passionné et enthousiaste. On lui a juste parlé du projet et il était intéressé.

 

8) Vous vivez dans deux villes différents, Leeds et Brighton. Est-ce que c’était un défi pour le projet ? Est-ce cela a eu un effet sur vos morceaux? 

Tout s’est produit avec Internet. A la base, on s’est rencontré sur lonelytechnolads.com.

 

9) Plus généralement, est-ce que vous avez l’impression que ces villes ont eu une influence sur la façon dont vous écrivez et percevez la musique, en solo ou ensemble ?

Manni Dee : Non, pas Brighton.

Happa : Pas vraiment non plus.

 

10) On a vraiment hâte d’en entendre plus venant de ce projet : est-ce vous avez déjà d’autres choses prévues que vous pourriez mentionner ?

Juste plein d’autres techerzzz qui tapent.

Two months ago, Electronic Explorations unveiled Habits of Hate’s – an unexpected collaboration between two of the finest talents on the UK techno scene, Happa and Manni Dee – first two-tracker. We thought we’d ask them a few questions regarding the project and its beginnings to help understand the sound they develop together.

 

1) How and when did you start working together?

We started exchanging music last year and decided to collaborate when we realised we share a lot of the same musical interests. Both in terms of composing and listening.

 

2) You went for a very aggressive style with this heavy-sounding EP. Was that the sound you had in mind when you started writing stuff together, or did it kind of grow naturally?

Manni Dee: It grew naturally, like a flower blooming out of an industrial concrete landscape.

Happa: Then I took a big shit on that flower.

 

3) What is your writing process? Do you jam together and see how things evolve out of that, or do you have any pre-conceived methods, with specific roles assigned to each of you?

Thus far we’ve swapped stems online, and no we don’t ascribe particular roles. We’re fans of each others solo material so there’s already a level of trust there when it comes to composing remotely.

 

4) What do you feel the collaborative process brings to your works? Do you think this experience may have effects on the way you write music individually?

Well essentially it’s the coalescence of two like-minded producers utilising their specific skills to form one piece of work. Naturally that produces unique results that differ from individual compositions.

Manni Dee: It hasn’t affected my work as far as I’m aware. The project is separate to me, as it should be. Samir?

Happa: I think listening to it probably influences my music more than making it did. However, every new experience presents a new learning curve.

 

5) « A Rebel From The Waist Down » almost reminds me of the breakstep stuff that artists such as Vex’D or Toasty were doing around 2005, albeit with a new approach. Were there any common reference points you guys had when writing this material, as a direction for your writing process?

Manni Dee: Just loads of pumping techerzzz m8. I’ve never listened to Vex’D or Toasty.

Happa: I’ve listened to Vex’D and it got me pretty vexed lolololol, but nah… I wasn’t listening to a lot of music around the time both of the tunes were made, as I was busy working on them. As was Manni. That sounds like I’m trying to all the credit… but come on, I’m only like, fucking, 7 years old or something…

 

6) Although the tracks are very carefully crafted, I thought they had a clear live feeling. Do you have any shows together planned? Is the idea of doing a live show something that may be of interest for this project?

Manni Dee: I think we should meet each other first.

Happa: Nah Manni m8, I don’t wanna meet you bruv.

 

7) You signed with Rob Booth’s Electronic Explorations for this project: how did you decide to work with the label? Did this have any effect on the tracks themselves?

Nah the tracks were done already. Rob’s a great guy to work with. So passionate and enthusiastic. Just told him about the project and he was interested.

 

8) You live in two different cities, Leeds and Brighton. Was this a challenge for the project? Did it affect your tracks?

It all happened through the internet. We initially met on lonelytechnolads.com

 

9) More generally, do you feel these cities had any influence on the way you write and perceive music, whether it be individually or together?

Manni Dee: Nah not Brighton for me man

Happa: Not really, no.

 

10) We are really looking forward to hearing more from this project : have you got any more things lined-up right now that you can mention?

Just loads more pumping techerzzz.

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273