SSS Interview: Moiré [FR/ENG]

Le mystérieux Moiré répond à nos questions à l’occasion de son podcast.

SeekSickSound-Moiré-Interview
Par Alexandre Aelov
Publié le 1 octobre 2013 | 22:07

Moiré est un tout jeune producteur sur la scène londonienne, mais a déjà à son actif deux EP signés sur des labels importants. Anonyme, jouant de manière confidentielle ça et là, il a su attirer notre attention par un talent certain et une capacité à créer une musique composite, remplie d’influences, étrangement déconstruite et pourtant pleine de groove. Auteur de notre 54ème podcast, petite bombe pleine d’inédits, on s’est dit qu’il fallait lui poser quelques questions au passage.

__________________________________

1) Le moiré est un effet d’optique qui résulte de la superposition de deux réseaux de lignes globalement parallèles. Est-ce que ton nom a un rapport à ta manière de créer ta musique?

- Je n’ai pas de méthode quand je compose. Je fonctionne simplement, pour moi la création est quelque chose de très libre et je tiens à ce que ça le reste. C’est pour ça que j’aime l’effet de moiré, c’est inexplicable, mystérieux, et n’apparait que dans certaines conditions.

_________________

2) Ton style se caractérise par des lignes rythmiques étrangement bancales entre elles, une sorte de broken beat très subtil. C’était très clair sur ton premier EP, puis les choses se sont complexifiées sur Rolx (chronique ici). Comment travailles-tu en studio? Quel paysage sonore essaie-tu de créer?

- Ça dépend des jours. Parfois j’utilise simplement mon ordinateur et rien d’autre, alors que d’autres fois j’incorpore des synthés, des vocaux… J’ai fini de composer les deux EP en même temps, mais je sentais qu’il serait plus cohérent de signer Rolx sur Rush Hour, du fait de son côté techno et de la complexité dont tu parles. Je voulais que mon premier EP soit en revanche plus simple, un bon départ pour mon voyage musical. C’est pour ça que celui sorti sur Werkdiscs a l’air plus minimaliste, plus “bedroom studio”, j’ai utilisé un matériau plus cru et ça se ressent.

_________________

3) Parfois, tes tracks évoquent fortement l’album Splazsh d’Actress. Ton premier EP est sorti sur son label Werkdiscs et il t’a remixé pour l’occasion. Comment en es-tu venu à travailler avec lui?

- Oui, peut-être que c’est le cas… Je ne connais pas trop cet album.
Lessons, qui a collaboré avec moi sur Lose It m’a fait écouter Hazyville quand il est venu pour la première fois, j’ai adoré. Ensuite j’ai écouté les remixes d’Actress pour Tom Trago et Various Productions, ce sont mes préférés. J’ai toujours senti que Werkdiscs serait un bon label sur lequel signer. J’aime ce côté brut.

_________________

4) Tu as déclaré que Londres était ta première source d’inspiration, étant une ville “sauvage, mais avec une âme si présente”. Est-ce que tu essaies de capturer un peu de cette âme dans ta musique?

- Londres a cette énergie incroyable qui me fait y rester et qui fait que je crée. C’est peut-être pour ça que je ne dors jamais. C’est impressionnant la quantité de bonne musique et d’événements incroyables que cette ville fait naître.

_________________

5) Londres est clairement un croisement de plein de genres musicaux, il y a un brassage qui engendre tout un tas de nouvelles identités musicales. Quel est ton univers personnel au milieu de tout ça? Tu penses que c’est ce climat londonien qui t’a apporté la liberté nécessaire, plus qu’une autre ville n’aurait pu le faire?

- Mon univers musical est fait d’étoiles, de filles, d’ordinateurs et de vin.
Je pense que Londres est une ville spéciale, mais je pourrais créer n’importe où, même si ça sonnerait différemment au final.

_________________

6) Tu sembles aussi inspiré par tout ce qui est textures, figures géométriques. En dehors de la musique, quels arts t’inspirent?

- Le cinéma et l’architecture.
Les oeuvres de Jean-Luc Godard et Frank ‘O Ghery m’inspirent énormément.

_________________

7) Tu tiens à rester anonyme. Dans l’histoire de la musique électronique, il y a tout un tas d’exemples d’artistes ne voulant pas révéler leur identité, que ce soit pour des raisons personnelles ou autres (politiques, dans le cas d’Underground Resistance). Quelles sont les tiennes?

- Des raisons poltiques mec, je dois me protéger!
Non, plus sérieusement, je n’y ai jamais réfléchi. Je ne pense pas être si anonyme que ça. J’ai quelques chapeaux mais on peut toujours voir mon visage.
Je prévois secrètement de me faire tatouer le visage, ça sera annoncé l’an prochain sur les réseaux sociaux.
Blague à part, je trouve qu’on vit dans un monde ultraconnecté et hyperactif rempli d’idoles autoproclamés et j’ai vraiment l’impression que la musique a été reléguée au second plan.
Je veux que les gens se concentrent simplement sur la musique et ce qui sort des enceintes.

_________________

8) Ton dernier EP est sorti sur Rush Hour, comment as-tu travaillé avec eux? Il y a d’autres labels avec qui tu aimerais signer, des artistes avec lesquels tu aimerais travailler?

- Ca s’est fait par des amis communs. Ensuite au sujet des artistes qui m’inspirent… il y en a beaucoup trop, Jeff Mills, C2, Flying Lotus, Goldie, Actress, etc.

_________________

9) Tu peux nous en dire plus sur tes projets à venir?

- Il y a mon premier remix qui va sortir et quelques nouvelles tracks. (Ndr: vous pouvez les écouter dans son podcast SSS).
Sinon, de nouvelles sorties en prévision, d’autres remixes, etc, j’annoncerai tout ça en temps voulu!

1) Moiré pattern consists in the superimposition of layers of parallel lines. Is your name related to the way your create music?

- I never think about methods when I compose – I just do it, for me making music is a very free and spontaneous process and I like to keep it that way.
Thats why I like Moiré effect , it’s unexplainable , mysterious and just occurs in certain conditions.

___

2) Your style is often consisting in strange unbalanced rhythmic lines, kind of broken beats. Even if it was significant in your first EP, it became more complex in Rolx. How do you work in studio ? What is the landscape you want to create through this ?

- It really depends on the day.
Sometimes I just use computer and nothing else then other time I decide to work only with some synth or vocals. Both records were finished similar time but I felt that ROLX would work conceptually better released on RH, because of its “techno vibe” and mentioned complexity.
I wanted my first record to be somehow simple like a start of my musical journey.
That’s why Werkdsics EP has more minimalistic , bedroom feel , because I used very basic raw sounds, and that was the idea.

___

3) Sometimes, your tracks evoke strongly Actress’ works from the Splazsh era. Actually, your first Ep was out on his imprint Werkdiscs and he did a remix of you. How did you decide to work with him ?

- Yeah maybe, no idea.. Don’t really know Splazsh that well.
Lessons who did collaborate with me on “Lose it” did play me “Hazyville” when it first came out , and I fucking loved it . Then I got Actress remixes of Tom Trago and Various Productions – which I think are my favourite tracks of his. I always felt that Werkdiscs would be great label to release with – the rawness.

___

4) You’ve said that London was the main inspiration for you, as a city « so raw, yet so full of soul ». Is your music an attempt to embrace its human and musical soul ?

- London has this amazing energy that makes you want to stay up and create.
Maybe that’s why I never sleep.
It’s impressive how many amazing records and musical/cultural movements came out of this city.

___

5) Indeed, London is a crossroad for a lot of musical genres, mixing everything and constantly creating new musical identities. What is your personal musical universe, that led you to create Moiré ? Do you think that London provided you the right haven of creation, better than any other city could have done ?

- My musical universe is made of Stars, Girls, Computers and Wine.
I think London is a special place, but I could create anywhere, probably it would just sound different.

___

6) You also seem inspired by textures, geometrical figures. Aside from music, what kind of arts influence you ?

- Film and Architecture.
I find works of people like J.L.Godard and Frank ‘O Ghery insanely inspiring.

___

7) You want to remain absolutely anonymous. In the history of electronic music, there have been several examples of artists not wanting to reveal their identities, whether it is for political (Underground Resistance back in the days) or personal reasons (Shifted for example, who wanted to split clearly his former and actual projects). What are yours ?

- Political reasons… I did my time man, seriously ! hahaha
To be honest never thought about it… I don’t think I’m actually that anonymous.
I have few hats but you can still see my face.
Secretly I’m planning tattoo on my face …announced next year via social media.
Jokes on side…
We live in the constant hyperactive online world filled with self-promoted idols and I feel that music has been pushed to the 2nd place.
I just want people to focus on music and what’s coming out of the speakers, rather then anything else.

___

8) Your last EP was signed on Rush Hour, how did you come to work with them ? Are there labels you would sign on, whose artists inspire you ? 

- Mutual friends. About people who inspire me… too many to mention, Jeff Mills, C2, Flying Lotus, Goldie, Actress, etc.

___

9) Can you tell us more about your upcoming projects ?

- There is my first remix coming out soon and some exclusives. (Note: you can listen to them in his SSS podcast)
More and more releases, remixes ,mixes, ep’s, gigs ,etc.. ..all to be announced when time is right!

 

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top