Steve Gibbs & Cyrus Reynolds – In Passing

Si les morceaux d’In Passing ne sont que les prémices de ces deux artistes aux talents prometteurs, alors attendons la suite avec impatience.

a2117443133_10

7.6

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 13 août 2013 | 15:03

La perfection. Voilà donc un mot dont le sens n’échappe à personne mais qui demeure malgré tout un concept si difficile à obtenir. La quête du son parfait a animé, anime, et animera la plupart des compositeurs, mais peut-être se fourvoient-ils tous.
Qu’est-ce qu’un son parfait ?
In Passing est un EP tout ce qu’il y a de plus ordinaire aux premiers abords, mais il a pourtant la particularité de refuser cet acharnement obsessionnel de vouloir chercher à tout prix une quelconque perfection. Tout comme un Nils Frahm sur Felt, Steve Gibbs & Cyrus Reynolds enregistrent au plus proche de l’instrument et ne suppriment pas ce que d’autres appelleraient le superflu. Le rendu est ainsi aussi fidèle que possible et qu’importe finalement que l’on entende le bruit caractéristique du marteau frappant la corde du piano.

Par sa forme, In Passing brille plus par sa spontanéité donc que par son originalité. Amateurs de néoclassique à la Olafur Arnalds, Bersarin Quartett ou encore Rudi Arapahoe, vous ne serez pas déçus. Certes la durée est relativement courte mais la qualité des textures, le lyrisme envoutant des cordes n’en démordent pas moins d’intérêt. Where Am I aurait même été digne d’un Ludovico Einaudi. Ce dernier morceau a d’ailleurs été choisi par le cinéaste français David Dang pour son court métrage intitulé lui aussi Where am I (ici).
Nul doute que ces compositions sont fortement évocatrices d’images et conviennent parfaitement à une BO. Mais au-delà de tout cela, cette musique s’écoute très bien toute seule. On ressent de la mélancolie sans doute mais aussi une certaine forme de légèreté insouciante quasi insaisissable. La gravité retombe sur le sublime After où le cliquetis du piano est contrebalancé par les coups sourds et réguliers d’un organisme dépourvu de compassion.

Cet EP est un instant fugace qui ne saurait durer assez longtemps. L’imperfection est un trait caractéristique de cette œuvre. Mais ce qui aurait pu devenir faiblesse devient force : ces défectuosités volontaires lui confèrent ainsi un caractère humain et chaleureux très appréciable à l’écoute. Si les morceaux d’In Passing ne sont que les prémices de ces deux artistes aux talents prometteurs, alors attendons la suite avec impatience.

 

Tracklist :

1. In Passing
2. With Our Heads Held High
3. Reflection
4. Where Am I
5.After

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top