The Stranger – Watching Dead Empires in Decay

Une fois de plus, James Leyland Kirby nous parle du temps qui passe.

nduSt0o

8.0

10

Par Guy-Jean Miard
Publié le 12 janvier 2014 | 19:40

Une fois de plus, James Leyland Kirby nous parle du temps qui passe. Cet Anglais hyperactif, exilé à Cracovie après un long passage à Berlin semble obsédé par la notion de mémoire et par son inexorable déclin. Déconstruction de vieux tubes d’un passé plus ou moins proche avec V/Vm, évocation nostalgique à base de samples de 78 tours et de nappes défraichies avec The Caretaker, il s’agit toujours, dans le cadre de ses différents projets, de regarder en arrière pour constater que le temps détruit tout, que ce soit de manière brutale ou avec délicatesse.
Peut-être est-ce une tentative désespérée de fixer des souvenirs autrement condamnés à se dissoudre. S’accrocher à ce point au passé n’est pas forcément très sain et il est vrai que question santé mentale il y a mieux, comme musique, à conseiller.

 

Le projet The Stranger reprend ce thème pour le décliner d’une autre manière. Son ampleur, sa construction et son sound design ambitieux en font une musique extrêmement évocatrice, visuellement. Pour le précédent album, l’inspiration venait de la lande du nord de l’Angleterre. Ici, Leyland Kirby esquisse des paysages urbains, des immeubles gris, des usines désaffectées.
Délabrement est le maître mot. La réverbération omniprésente, le souffle constant, les sons métalliques, suggèrent l’immensité vide de bâtiments en ruine, rongés par la rouille et les champignons. L’air est chargé, les parois suintent. Le travail effectué sur les textures est remarquable : difficile parfois de savoir de quelle manière ce que l’on entend a été produit. Il s’agit d’un mélange de prises de sons naturels, de sampling, de synthèse, le tout repassé dans un logiciel de traitement sonore.
Le résultat est riche, et tout en subtilité. Mais ne vous attendez pas à la pureté cristalline du dernier album de Oneohtrix Point Never : l’ensemble retient ce qu’il faut de saleté.

Cet album n’est pas la négation de la vie. Après tout, la mémoire implique un objet et un sujet, autrement dit un être humain. A l’écoute de ces neuf morceaux on perçoit sans problème quelque chose d’organique, de vivant, et même de vaguement civilisé. Watching Dead Empires in Decay ne parle pas de la fin de l’humanité, mais de ces moments d »Histoire où tout ce qui était positif semble derrière nous, ne subsistant que par bribes de souvenirs délavés.
On retrouve ainsi des sons qui nous sont familiers, évoquant ponctuellement la musique électronique des années 80 avec TR-808 et nappes de synthés analogiques, ou les rythmes de hip hop joués à la MPC 2000 des années 90. Il y a des mélodies, plutôt mélancoliques. Beaucoup de rythmes surtout, presque tout le temps, parfois à peine discernables, parfois énormes comme des tambours de guerre. Mais toutes ces choses sonnent comme si elles avaient été enterrées, puis sorties de terre des milliers d’années plus tard. L’impression d’étrangeté est constante, même dans ces quelques moments (« Where are our monsters now… ») où tout semble en place : boite à rythme, ligne de basse, nappes de synthé, mélodie à la Boards Of Canada.
On imagine des tribus néo primitives vivant dans les décombres, ignorant tout de la culture du passé, chassant, cueillant, tentant de rejouer avec des pièces détachées de voitures et des bouts de bois la musique qu’ils entendent sur d’antiques Ipod rouillés.

 

Bref. Brillante illustration de la thématique du déclin, ce disque nous rappelle que la beauté se cache partout, et qu’une nouvelle culture germe parfois au milieu des restes de la précédente, à condition qu’il subsiste un peu de vie. C’est dur, mais ça va aller.

Tracklist:

01. We Are Enemies But No Here
02. So Pale It Shone In The Night
03. Spirit Of Decline
04. We Scarcely See Sunlight
05. Providence or Fate
06. Where Are Our Monsters Now, Where Are Our Friends?
07. Grey Day Drift
08. Ill Fares The Land
09. About To Enter A Strange New Period

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top