Stray – Chatterbox EP

Stray produit un nouveau monument avec ce Chatterbox EP absolument indispensable.

EXIT051

8.8

10

Par Martin Drazel
Publié le 30 avril 2014 | 13:15

Depuis quelques années, de nombreux jeunes talents imposent doucement leurs visions d’une drum & bass fraîche, inventive et précise. Stray est l’archétype même de ce mouvement. Son univers étrange, à la fois dansant et inquiétant, a déjà gravé dans la wax de nombreuses perles musicales, notamment chez Exit, Critical, Blu Mar Ten et Warm communications. Il est aussi l’un des membres du très prolifique groupe Ivy Lab, avec Sabre et Halogenix. Loin d’être fatigué, il revient avec ce nouvel EP pour le label de dBridge : Chatterbox.

 

« Award tour », le morceau d’introduction, est un flash-back auditif de junglist. Un stepper efficace, au pattern rythmique impeccable, se lance sur une vocale pitchée annonciatrice d’un joyeux délire. Soudainement, le morceau vous parle : « Ladys and gentlemans, welcome, I’m your DJ… ». Des vocales festives, noyées dans une reverb, se confondent aux synthés, puis jonglent avec une ligne de bass d’une simplicité entraînante. Là, réapparaît le talent de Stray : cette science des changements rythmiques et de tons transforme cette boucle pourtant basique en une spirale accrocheuse qui imprègne le corps entier. Une fois sorti de ce tourbillon, on reprend son souffle avec « Eazy boy », petite pause hip-hop. Ici, une caisse claire bien sale marque une bass très 80′s, le tout agencé de synthés aux ondulations assez dérangeantes. Apparaissent à nouveau les jeux vocaux, qui détruisent à tout va une chanteuse méconnaissable pour en faire une harmonique particulière, mais pas désagréable. Cette capacité à créer de la mélodie avec des dissonances est la preuve d’une réelle oreille musicale.

Et là, le chef d’œuvre : « Chatterbox ». Comment dire… Si votre corps, de lui-même, ne se met pas à sauter partout compulsivement, votre esprit devrait s’en charger à sa place. Entre la boucle vocale infernale qui « fuck the chit-chat », le maniement parfait d’un empilement de samples rythmiques classiques, découpés pour répondre à une base juke à l’anglaise (c’est à dire tirant vers la jungle), et le duo bass/rhodes ; c’est bien simple : il n’y a rien à enlever. Non seulement la structure mère du morceau titille la perfection, mais Stray s’amuse aussi à l’arrêter, l’intensifier, la faire évoluer à tout va. Rien ne gêne dans cette recherche de nouvelles séquences, l’artiste prenant le soin de bien doser chaque touche de couleur musicale, au millimètre. Pour conclure cette profusion d’inventivité, « Fragile » radoucit l’ambiance pour nous bercer dans une comptine du petit matin. Le pied a carrément disparu, seules persistent des caisses-claires très légères, un shaker lointain et une bass reculée, laissant en avant une cohésion entre vocales et synthés slicés d’une douceur, d’une tranquillité… La signature est là : des voix axent le rythme et les éléments musicaux, elles transportent tout le morceau, lui donnant même son groove interne. Il faut posséder un certain niveau technique pour éviter de gêner l’auditeur avec ce genre de sons, les vocalises étant souvent reléguées (dans la musique électronique comme en drum & bass) à un sample seul, voire un chanteur/une chanteuse venant s’associer à la musique. Pas chez Stray, tout est « fait maison », ce qui démontre bien l’étendue de son talent.

 

D’un morceau à l’autre, cet EP nous fait naviguer, danser, rêver, s’inquiéter, devenir fous… Quel que ce soit le matériel à sa disposition, Stray donne l’impression d’en produire toujours et systématiquement des monuments. S’il l’on pouvait sculpter la musique, ses œuvres ressembleraient sûrement à d’immenses totems indéchiffrables. Ce disque est à avoir dans sa collection, dans la case de ceux qui ne bougeront jamais.


Tracklist :

A1 – Award Tour
A2 – Eazy Boy
B1 – Chatterbox
B2 – Fragile

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273