Tangent – 1mk2

Un disque qui s’adresse à tous ceux qui apprécient les variations atmosphériques et les voyages intemporels.

cover

8,0

10

Par Franck Zaragoza
Publié le 26 juin 2013 | 13:19

Pour certaines personnes, le nom de scène « Tangent » n’évoquera rien, tout comme le label en lui même d’ailleurs. Pourtant, Mindtrick records n’est pas tout jeune et les productions pas tant anonymes que ça (pour la plupart). En effet le label rassemble quelques têtes bien connues comme Hecq, Mobthrow, Broken Note ou bien encore Bong-ra, oscillant entre plusieurs styles musicaux tels que l’electronica, le breakcore, le noise, ou bien comme ici, un dark-ambient épaulé d’une IDM très soignée. Leur devise : « Our goal is to keep you`re ears and mind open to new frequencies from around the globe… », c’est certain qu’avec de telles sorties, le label tiendra haut la main ses promesses.
Le groupe Tangent pour y revenir se compose de deux membres : Ralph van Reijendam et Robbert kok. Ils fusionnent à eux deux les instruments acoustiques et la musique électronique. Pari osé mais très réussi.

Tout d’abord, écouter un tel disque c’est écouter tout en étant averti : en ayant une oreille développée et en étant non-allergique aux nouvelles sonorités. Accessible donc, mais réservé. Quand on pense au dark-ambient, on imagine assez souvent des titres ultra soporifiques qui ne méritent aucune attention. Seulement ce disque là s’apparente plutôt à vivre une deuxième naissance (sans doute celle de l’univers), à entrer dans une sphère (voir la jaquette) pour y survoler les étoiles de notre galaxie, ou bien à poser pied sur la planète X.
Ce qui frappe en premier lieu, c’est cette facilité qu’a le groupe à vous immerger dans un paysage où les mots ne suffisent plus à décrire ce que vous ressentez. On s’allonge, on ferme les yeux et un, deux, trois… décollage immédiat ! Destination… on ne sait pas ! Mais dans tout les cas on y va avec le cœur qui palpite. Les titres s’enchainent à merveilles, les uns après les autres sans un seul silence. L’immersion est parfaite. On pense très vite à Gridlock dans les sonorités, dans la structure et la progression, ainsi qu’à Access to Arasaka dans l’atmosphère globale qui s’en dégage.
Les drones s’empilent un par un, vous enveloppent et ne cessant jamais de vous élever. Tout ça sans une seule sensation de vertige. On distingue alors un univers parsemé de mystères et d’images psychédéliques. Au premier abord, le monde que l’on découvre parait hostile, agressif et inquiétant. Mais au final l’ambiance qui se dissimule en arrière-plan renferme un bon nombre de sons pétillants qu’il faudra déchiffrer par une deuxième écoute. Chaque élément sonore est automatiquement analysé, détaillé et retransmis instantanément tel un vidéo-projecteur. Les machines qui sommeillent dans cette univers immense et infini ne mettent pas bien longtemps à s’éveiller et à rythmer votre voyage. Les beats sont si nettes et scintillants par moments que l’on est tenté de parler de click’n'cut. On pense au titre « Vortex » qui schématise à la lettre ces propose. Les sons ne sont jamais agressifs mais plutôt déviés vers une voie qui les rend méconnaissables (ou au contraire, familiers), créant ainsi ce climat froid et inhumain, teinté de volonté, tout simplement délectable. Les mélodies sont ciselées et apparaissent brièvement sur quelques tracks, créant des instants de douceurs.

1mk2 ne signifie apparemment pas grand chose, tout comme le songe que l’on entreprend d’ailleurs. Voilà donc un disque qui s’adresse à tous ceux qui apprécient les variations atmosphériques et les voyages intemporels. Ne touchez à rien, laissez vagabondez votre esprit, c’est l’heure de partir.

 

Tracklist :

1.Void
2.Flux
3.Vortex
4.Light Of Life
5.Antimatter
6.Collision
7.Infinite End
8.Rebirth
9.Friction
10.Birth

Vous aimerez surement

    2 Comments

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top