The New Law – The Fifty Year Storm

Echappant à tout schéma pré-construit, “The Fifty Year Storm” est un album hybride, dont le fil d’Ariane est largement malmené au grès des douze titres et de leur pérégrinations soniques.

artworks-000016081161-3fklq1-original

7.0

10

Par David Robert
Publié le 5 janvier 2012 | 18:50

S’il est évident que la musique, quelle que soit sa forme ou sa nature, ne peut être figée par une étiquette stylistique, celle-ci ne servant qu’à définir plus ou moins précisément l’univers autour duquel elle gravite, il en est une dont les frontières sont encore plus compliquées, voir impossible à définir tant la fusion des genres y est reine : le trip-hop.
C’est dans cette nébuleuse d’influences et de croisements que se situent Adam Straney et Justin Neff, tandem venant de Seattles formant The New Law. Leur CV respectifs étant plutôt riche (guitare, guitare-basse et batterie dans des groupes de punk avant de se tourner vers la production électronique pour le premier, piano et saxo dans des jazzbands pour le second) leur rencontre pouvait difficilement aboutir à autre chose qu’un véritable melting-pot sonore à l’image de leur deux premiers albums.
The Fifty Year Storm”, self-released en ce début d’année 2012 est donc leur troisième long format. Et Force est d’avouer que le duo n’est toujours pas avare en cépages.

Dès les premières minutes, la terre sèche et poussiéreuse de l’ouest américain apparait dans notre champs de perception. L’intro un brin grandiloquente et l’usage du banjo n’y sont pas pour rien. Mais si cet instrument utilisé par les esclaves aux Etats-Unis au XVIIe siècle n’est pas présent par la suite sur chacune des pistes, l’ambiance reste coincée ici quelque part entre le Far West et les voyages inhérents à la recherche de nouvelles terres, comme le suggère la pochette et le tracklisting.
La rythmique garde principalement cette tonalité hip-hop, qui a donné ces lettres au trip hop par la contraction de son nom, mais fait de nombreuses contorsions. Ainsi le découpage et le timbre de “Voyage” et du superbe “Dead Men No Tales” s’approche d’un glitch-hop à la edIT ; “Bandit and Smuglers” se voit polymorphe, oscillant entre 4*4 fulminant et drum n bass fracturée, le tout sur un saxo conquérant et des puissantes vagues de synthés ; ou encore “Descent In Fire”, sur lequel guitare, strates de claviers et voix célestes sont  structurées par une drills n bass décharnée. Mais le son de The New Law ne perd pas en richesse lorsque les percussions sont plus classiques au genre.
Rêveur à souhait, “Get Your gun” rappelle par bien des aspects “Safe In The Steep Cliffs” d’Emancipator. Nappes en hauteur, piano électrique et électrisé, brides de cordes frottées, basse lourde et percussions poignantes sont le corps de “Blood Red Sky” ; son âme est quand elle difficilement descriptible par des mots, mis à part celui de la mélancolie. Il en est de même pour son voisin de tracklist, “Nest Of Hornest”, ces deux deux là formant un tandem hautement propices aux émotions fortes. Le saxo de “Three Sheet Of Mind” n’a pas l’érotisme d’un “Careless Whisper” (en même temps personne ne lui en voudra) mais il reste quand même lascif en tout point.

Echappant à tout schéma pré-construit, “The Fifty Year Storm” est un album hybride, dont le fil d’Ariane est largement malmené au grès des douze titres et de leur pérégrinations soniques. Mais malgré cela, il garde son unité offrant de ce fait un joli vent de fraicheur sur la scène (sans bordures) trip hop. A noter qu’il est disponible en digital pour 5€ seulement sur leur Bandcamp.


Tracklist :

01 I’ve Seen Some Mean Faces
02 Dead Men Tell No Tales
03 Get Your Gun
04 Voyage
05 Constellations
06 Bandits & Smugglers
07 Opium Den
08 Blood Red Sky
09 Nest of Hornets
10 Into the Clouds
11 Three Sheets to the Wind
12 Descent into Fire
13 The Fifty Year Storm

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top