Tristesse Contemporaine – Tristesse Contemporaine

Une musique amère mais qui fait mouche.

tristesse contemporaine

7.8

10

Par Clement Segura
Publié le 17 avril 2012 | 22:19

Le nom peut d’abord renvoyer à une réflexion sociétaire, aussi bien qu’au titre d’une histoire trempé d’humour noir. Finalement, la rencontre atypique des membres de Tristesse Contemporaine fait référence au livre de Hippolyte Fierens Gevaert traitant d’une étude des courants moraux et intellectuels du XIXe siècle.

Derrière cette signification un tantinet pompeuse mais pour le moins intrigante, se cache un trio à la composition surprenante. Narumi Herisson, Leo Hellden, et Maik font respectivement partie intégrante de groupes aussi illustres que (le défunt) Telepopmusik, Slove, et Earthling. A ce casting alléchant s’ajoute la production pointilleuse de Pilooski qui n’est autre que la moitié de Discodeine.

Reprenant une recette bien rodée qui continue de faire ses preuves d’efficacités, l’album est un condensé de noirceur post-rock dopé par des lignes de basses profondes aux consonances disco.
Maik y confère une dimension trip-hop grâce à son impassibilité et au timbre délicieusement roque de sa voix.
De ce disque ne se retireront pas de morceaux en particulier, le tout s’attachant à la recherche de la perfection minimaliste pour exprimer ce que serait cette fameuse tristesse contemporaine. Pas de fioriture, toutes les track vont droit au but sans passer par quatre chemins. Et ce sentiment flegmatique bercé de mélancolie est toujours présent au gré des huit pistes qui constituent le disque.
En ressort un son étrangement propre, et c’est sans doute de ce côté-là qu’il faut ressentir la patte de Pilooski.

Cet album est aux antipodes de ce à quoi le buzz nous avait préparé, il n’y a pas de bizarrerie expérimental. Le rythme qui frise l’arrêt cardiaque conforte dans l’idée que le trio sait où il va, et que le chemin le plus simple pour y aller est la simplicité.
Et la simplicité y est parfois poussée à l’extrême, avec pour conséquence cette musique électronique froide et décisive.
Rempli d’amertumes, la musique technoïde des Tristesse Contemporaines fait pourtant mouche. La signature sur le label de Danton Eeprom en est la preuve bien réelle.

 


Tracklist :

01. Empty hearts
02. In the wake
03. I didn’t know
04. Daytime nighttime
05. Hell is other people
06. Hierarchies
07. 51 ways to leave your lover
08. America
10. Uptown top ranking [Bonus track]
11. Uptown top ranking [Bonus track] (Dub version)

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top