V/A – Eglo Records Vol. 1

Vivement le volume 2.

SSS Chronique - V_A – Eglo Records Vol. 1

8.5

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 11 juin 2013 | 18:32

Décidément, cette année est placée sous le signe des compilations pour les labels britanniques. Après Nonplus+, Hardrive ou encore Keysound (en chronique ici), c’est donc au tour d’Eglo Records de se livrer à l’exercice, à travers ce double CD presque entièrement rétrospectif. Enfin, pourrait-on dire, car au cœur même d’une scène où la notion de genre tend à s’abolir, chaque label proposant des sons très distincts, celui qui fut fondé il y a quatre ans par le DJ Alexander Nut et le jeune prodige Floating Points apparaît comme détenteur de l’une des identités les plus singulières. En effet, là où d’autres, à l’instar de Night Slugs, s’orientent actuellement vers une forme de minimalisme redéfini, Eglo est depuis ses débuts plongé dans une autre forme d’exploration : celle des racines de la musique électronique.
Difficile donc de ranger les artistes du label sous une seule étiquette, tant ceux-ci mêlent allègrement au gré de leurs titres house, funk, acid, jazz, soul, hip hop, et bien d’autres – influences que l’on retrouve parallèlement dans les excellents sets d’Alexander Nut, sur Rinse FM ou en club. Pour autant, le tout ne tourne pas à l’exercice de style, ces différentes pistes trouvant une cohérence au sein même de l’esthétique du label. Cela vient probablement de l’aspect quasi-familial d’Eglo, justement mis en avant au sein du livret accompagnant la compilation – soulignons d’ailleurs le soin apporté à l’objet lui-même – : les artistes publiés sur Eglo appartiennent tous à un même cercle restreint d’amis, initialement formé grâce à la musique et restant uni autour de celle-ci.

La tracklist reflète d’ailleurs ce petit cercle : les 23 titres égrénés sur les deux disques n’ont été composés que par 7 artistes différents. Le seul Floating Points est ici l’auteur de huit des propositions ; par ailleurs, on sent bien que les autres membres de ce cercle ne sont jamais bien loin, ne serait-ce que par l’omniprésence des collaborations : Funkineven s’accompagne du chant de Fatima sur son Kleer, alors que cette dernière se fonde sur une production de Floating Points pour Innervisions.

 

Un groupe fascinant donc. Mais aussi incroyablement talentueux, et c’est bien sûr la force majeure d’Eglo Records : quels que soient les genres convoqués, on retrouve dans les morceaux du groupe un charme très particulier, mêlant tradition et modernité, qui le place résolument à part. Groove touchant presque au funk, beats house ou UK Garage, notes jazzy, chant soul – on ne louera jamais assez le talent de Fatima, mais il faut également reconnaître celui de la plus méconnue Shuanise –, synthétiseurs acid, percussions organiques, sont autant d’éléments récurrents, mais pas systématiques, venant s’enchevetrer comme pour mieux forger le son Eglo à l’honneur pendant ces quelques deux heures de musique.
Parmi celles-ci, on retrouve bien sûr tous les classiques publiés par le label, illustrant la qualité de sa discographie : le Vacuum Boogie de Floating Points reste incontournable, et son groove éthéré bâti avec finesse tout au long de ses six minutes fait toujours effet ; Soul Glo de Fatima ou She’s Acid de Funkineven conservent ce son si spécifique qui les distingue depuis leur première sortie en 2010. Cette compilation a aussi le mérite de nous faire enfin entendre d’autres perles au côté desquelles l’on était passé à côté (honte sur nous), à l’image du fabuleux Dead Leaf d’Arp 101 et ses synthés aériens plaqués sur un beat hip hop déconstruit ainsi que le sombre et ouvertement garage Sais Dub de Floating Points sur le suivant, alors que tous deux figurent au nombre des meilleurs titres de l’ensemble.
Bien construite, la compilation permet aussi de transcender certains titres, de les faire ressortir avec plus d’éclat dans un nouveau contexte. Le Heart Pound de Funkineven aux sonorités acid n’apparaît ainsi que d’autant plus percutant après les rythmes syncopés de Dead Leaf. Innervisions de Fatima n’a jamais été aussi sublime qu’en ouverture du deuxième disque, plaçant d’emblée l’auditeur en apesanteur. Plus loin sur le même CD, la même remarque pourrait s’appliquer au superbe Myrtle Avenue de Floating Points.

Mais le plus remarquable n’est pas encore là ; non, le plus remarquable est qu’au terme de ce second disque, le label vient nous prouver en quatre actes que le meilleur reste à venir. Après cette succession de morceaux fabuleux, ces quatre derniers morceaux, seuls inédits, parviennent en effet à se hisser au même niveau que leurs prédécesseurs, si ce n’est bien au-dessus. On retrouve ainsi Shuanise, qui nous surprend dans un registre bien plus dark que d’usuelle, sa voix agissant comme une complainte survolant un beat implacable, là où Fatima nous enchante sur un Visit You qui annonce le meilleur pour son premier album à paraître cette année. Le nouveau venu The Abstract Eye, projet de Gifted & Blessed, manifeste de même sa faculté à s’intégrer au sein de vaste ensemble en employant des sons plus nettement acid.
Mais c’est vraiment Floating Points, une nouvelle fois, qui vient nous clouer sur place avec un Wires magistral avoisinant les 11 minutes. Véritable pièce pour synthétiseurs, violons, alto, violoncelle, flûte, trompette, saxophone, basse, guitare, batterie et percussions – excusez du peu –, entièrement écrite par le seul Sam Shepherd, organisée en différents mouvements qui mêlent tous les aspects de son univers et aboutissent à un final mélancolique dans lequel surnage la mélodie de trompette portée par des rythmes jazzy, Wires subjugue. Et laisse sans voix devant le talent sans fin d’un artiste dont les premiers disques remontent à peine à 2009.

 

Eglo Records Vol. 1 captive. Cette compilation est le reflet d’un label qui pourrait se targuer de compter dans ses rangs des artistes enchaînant les futurs classiques, faisant preuve d’une sensibilité musicale unique parmi la scène actuelle, mais qui ne se met finalement que rarement en avant, préférant une discrétion assurant à ses sorties un certain aspect intimiste. Mais Eglo Records Vol. 1 impressionne, aussi, à l’image d’un groupe d’artistes qui loin de se reposer sur ses lauriers, ouvre des perspectives nouvelles et nous montre à quel point la suite des choses est prometteuse. Vivement le volume 2.

 

 

Tracklist :

CD1 :

01. Floating Points – Radiality
02. Floating Points – Vacuum Boogie
03. Funkineven – Kleer (feat. Fatima)
04. Shuanise – Catch
05. Fatima – Soul Glo
06. Funkineven – She’s Acid
07. Floating Points – Shark Chase
08. Arp 101 – Dead Leaf
09. Funkineven – Heart Pound
10. Arp 101 – Flush
11. Mizz Beats – Sanctuary

CD2 :

01. Fatima – Innervisions
02. Floating Points – Sais Dub
03. Floating Points – Marylin
04. Funkineven – Rolands Jam
05. Floating Points – Danger
06. Arp 101 – U
07. Mizz Beats – Scientific Brainpriest
08. Floating Points – Myrtle Avenue
09. Fatima – Visit You
10. Floating Points – Wires
11. Shuanise – Mercy
12. GB: The Abstract Eye – Reflexes

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top