V/A – Keysound Recordings Presents… This is How We Roll

L’un des objets musicaux les plus intrigants et fascinants de ce début d’année.

ThisIsHowWeRoll-Artwork_zps2b5247b9

8.4

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 16 mai 2013 | 21:39

Quelque chose se passe outre-Manche. Depuis un peu plus d’un an, une vague de nouveaux producteurs sort lentement de l’ombre patiemment cultivée au sein de ses propres morceaux. On pourrait placer le point de départ de cette émergence autour du showcase de Beneath pour le blog de Martin Clark (plus connu sous le pseudonyme Blackdown), qui témoignait déjà de l’essence de cette musique : reprendre l’aspect minimaliste, hypnotique, et les basses intenses du dubstep collection 2006, et les réincarner dans un cadre UK Funky empli de percussions endiablées. Tout au long de l’année, c’est ensuite en grande partie grâce à ce même Blackdown et à son acolyte Dusk qu’auront été distillées les nouvelles productions de cette scène naissante, au travers de leur show sur Rinse FM et de leur label Keysound.
Rien d’étonnant, donc, à ce que la dernière étape en date de la montée de cette vague (on n’osera pas encore parler de genre) se déroule précisément sur ce même label, en la présence de cette compilation. Dès le titre, la couleur est donnée, This Is How We Roll se veut programmatique : le texte présentant la compilation dans le digipack apparaît comme une sorte de manifeste de cette nouvelle vague unie autour d’un tempo à 130 BPM.

 

Dans la même lignée, This Is How We Roll commence logiquement par une collaboration exclusive de trois des pionniers du son, Visionist, Wen et le sus-cité Beneath, justement intitulée New Wave. Pièce maîtresse du disque, on y retrouve tous les éléments propres aux morceaux de ces producteurs : ligne de basse rampante, rythmes percussifs, samples vocaux gorgés de reverb. On retrouve ensuite ces mêmes composantes déclinées dans les pistes suivantes, qui manifestent toute la richesse des productions de cette nouvelle vague : au groove des catacombes du PVO de Beneath s’oppose la version VIP du déjà classique Commotion de Wen, tout en lenteur et basslines abyssales ; au terme du VIP de LDN de Double Helix (que l’on trouvait l’an passé sur le fantastique album de LHF), le prometteur Epoch nous procure une autre claque magistrale en faisant percer une once de lumière au sein de cet océan de noirceur.
C’est précisément alors que la compilation manifeste tout le génie de ceux qui sont en son cœur : plutôt que de réutiliser cette même recette, le morceau de Dusk + Blackdown, là aussi un remix d’un titre issu de leur album paru en 2012, ouvre une seconde partie vouée à l’exploration des limites de ce son. Des côtés contemplatifs de ce Lonely Moon, on passera ainsi à des envolées dans les contrées du grime avec le Monster 130 VIP de Gremino, ou au Blaster de Fresh Paul qui nous évoque un autre dubstep, celui de Bristol et Guido. Comme une réponse au New Wave inaugural, le titre de Mumdance & Logos, In Reverse, s’élève au sein de cette deuxième partie et s’affirme comme l’un des morceaux les plus audacieux de l’année, haut la main, choisissant de présenter ses différents éléments successivement : au terme d’une introduction ambient, le duo nous propose une descente (les montées, c’est bien trop traditionnel) aboutissant sur un « club banger » – pour reprendre les termes de Blackdown – composé de sons… passés à l’envers. A sa suite, l’inévitable « drop » est laissé dans sa solitude : seules subsistent des infrabasses sombres et terrassantes.

 

Pour conclure, le disque prend une tournure presque mélancolique, autour d’e.m.m.a., dont le premier titre publié laisse entrevoir un talent mélodique certain, et finalement de Moleskin, autre talent prometteur dont les synthés closent la compilation avec brio. Au terme de ces 72 minutes, le constat est clair : on tient là l’affirmation d’une scène prometteuse et riche, musicalement unie sans se contenter de répéter une formule, appelée à continuer sa croissance au cours des prochains mois – la récente infiltration de Beneath dans la dernière compilation du label Tectonic en constitue un bon signe –. Et par là même, l’un des objets musicaux les plus intrigants et fascinants de ce début d’année.

 

 

Tracklist :

01. Visionist, Beneath & Wen – New Wave
02. Beneath ‘€“ PVO
03. Samrai – Hear Me Now
04. Visionist ‘€“ Dangerous
05. Wen – Commotion VIP
06. Double Helix – LDN VIP
07. Epoch – The Steppenwolf
08. Dusk + Blackdown Ft Farrah – Lonely Moon (Android Heartbreak Drumz Remix)
09. Fresh Paul ‘€“ Blaster
10. Mumdance & Logos – In Reverse
11. Gremino – Monster 130 VIP
12. Rabit ‘€“ Satellite
13. E.m.m.a. ‘€“ Peridot
14. Moleskin – Burst

Vous aimerez surement

    2 Comments

    1. SSS Chronique : Epoch - 11:38 17 mars 2014 at 1:20

      […] partie de la richesse et de la réussite de la compilation This Is How We Roll, il y a un an, reposait sur le sentiment d’avoir affaire à un groupe de producteurs […]

    2. SSS Chronique : Wen - Signals 23 mars 2014 at 1:29

      […] de nouveaux artistes, le label a en 2013 permis à la scène de franchir bien des étapes : après une compilation aux allures de manifeste, e.m.m.a. et Logos ont ainsi proposé des albums de qualité illustrant tous deux une approche […]

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top