V/A – Le French Work Vol. 2

En 22 titres, Le French Work réussit l’exploit de proposer une compilation d’une qualité permanente, témoignant de la richesse de la scène footwork française.

le-french-work

8.6

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 12 novembre 2016 | 10:30

Depuis les premières excursions de DJ Nate et DJ Roc sur Planet Mu en 2010, le footwork s’est progressivement envolé, de ses quartiers natals à Chicago – où il reste fermement implanté – vers le reste du monde. Depuis le Royaume-Uni, par l’entremise de labels pionniers – Planet Mu, mais aussi Hyperdub –, le genre a progressivement tracé une carte globale d’artistes et de labels s’adonnant aux joies de rythmes saccadés à 160 BPM. Depuis un an, Le French Work s’applique à montrer la place de la France sur cette carte. En mai, la première compilation du collectif faisait le point sur une scène footwork en pleine effervescence, regroupant pas moins de 23 artistes pour autant d’exemples de premier choix de la qualité de la scène footwork française.

Six mois plus tard à peine, on retrouve donc Le French Work avec une seconde compilation qui approfondit à nouveau ce constat. En 22 titres, Le French Work démontre ici toute la vitalité et le talent qui émanent de la scène. A cet égard, les premières écoutes de ce deuxième volume frappent par l’impression de grande cohérence qui se dégage de l’ensemble : les 22 artistes qui composent cette compilation, aidés par un séquençage habile, tissent ici une progression d’une variante de footwork à une autre, les explorations nocturnes et psychédéliques des premiers titres laissant progressivement place à des titres extrayant des samples des contextes les plus improbables pour les saccager au-dessus de percussions enragées, qu’il s’agisse d’un générique de journal télévisé sur le bien-nommé « PPDA » de Mr Grig ou d’extraits des soirées disco de Boris sur le titre de Shake It Maschine. L’ensemble se fait progressivement plus lumineux, avec les pads brillants du manifeste « Paris » de Bigseuf ou les élans mélodiques du « F__ Da Pitch » de Loaded DICE.

La cloche hypnotique qui clôt en beauté ce volume, sur l’excellent « The Bell » de Dr Kwest, nous invite à un retour sur l’heure et demie qui vient de s’écouler. Difficile de cerner des contours particuliers au sein de ce qui apparaît comme une exploration débridée d’une scène dont les artistes paraissent ici rivaliser de talent, où s’enchainent rythmiques perturbées et samples de l’espace. Au fil des écoutes, les choses se précisent : on se retrouve sonné face à l’incroyable « Same Stories » de Hubwar, à la construction ambitieuse et à l’atmosphère oppressante, ou à la noirceur du « Daddy Juke » de Lumumba, déferlante de breakbeats et d’intenses wobbles. On reste ébahi face aux arrangements de synthés et de cordes du « Errday » de Train Trax, avant de faire face aux vocaux de Booba superbement recontextualisés par SNKLS. Plus loin, bahnhof::zoo nous entraîne dans un délire euphorique avec un « Naufragée » sans répit, invraisemblable frénésie disco mutante, aux synthés fiévreux. Au coeur de ce tourbillon, le « Juku Jazzist » se démarque également par son atmosphère plus reposée.

Impossible pour autant de discerner ici des sommets précis : c’est un même talent qui, derrière les différentes variantes choisies, ressort de l’ensemble de la compilation. Du « So Much » d’Ellessar au « Y’All Haterz » de BNDT72, on passe ainsi d’un type de footwork à un autre, sans relâchement ou perte de qualité, chaque titre brillant par son inventivité et sa réussite, que ce soit par le choix et l’utilisation des samples – mention au « Carco » de Flex Blur, que l’on vous laisse découvrir –, par le déchaînement des percussions ou par la capacité à élargir les frontières du footwork en lorgnant vers la jungle ou la bass music. Le French Work réussit l’exploit de proposer une compilation d’une qualité permanente, qui nous tient d’un bout à l’autre de son labyrinthe rythmique. Excellente synthèse d’une scène riche en artistes remarquables, Le French Work Vol. 2 est donc une compilation dont on ne peut que recommander l’écoute – et ce, d’autant plus qu’elle est proposée à prix libre sur Bandcamp.

Tracklist :

01. Ellessar – So Much
02. Gordini – Badman
03. Hubwar – Same Stories
04. Mr. Pigman – Nauma
05. Train Trax – Errday
06. SNKLS – Génération 160
07. THE IMPOSTURE – Un Six Zéro Feat. Grems
08. Shake It Maschine – Boris
09. bahnhof::zoo – Naufragée
10. Lumumba – Daddy Juke
11. Mr Grig – PPDA
12. 1H9!N – La Marche Arrière
13. Flex Blur – Carco
14. BNDT72 – Y’all Haterz
15. Caterva – Kontakt
16. Peas – Juku Jazzist
17. Nancy Fortune – Synchronized Symphony
18. Feero – Big Room
19. Bigseuf – Paris
20. DJ Bambooh – Green (Vocal Mix)
21. Loaded DICE – F____ Da Pitch
22. Dr Kwest – The Bell

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top