Various – Akplenc

Bleaching Agent, Divided, Pris et Manse offrent ici un EP d’un aboutissement et d’une cohérence remarquables.

Seeksicksound - Various Akplenc Resin

8.6

10

Par Alexandre Aelov
Publié le 4 avril 2014 | 10:41

Avouons-le, cette déferlante de techno granuleuse trop facilement étiquetée « industrielle » qui a noyé pendant une bonne année les sorties du genre en est devenue agaçante. Souvent pâles copies de ce que Clouds a fait de pire, éparpillant ça et là des bruits métalliques en prétendant suivre Ancient Methods et s’inspirer de Blawan, les tools du genre ont de quoi lasser. Si certains n’ont pas attendu la mode et s’en sortent avec brio – on pense par exemple à AnD, Realmz, Moerbeck, Sawlin, Subjected, Hound Scales (et tout ce qui sort sur son label Fifth Wall), et dans une certaine mesure Violet Poison, Joy Boks ou même I/Y, bien que la logique ne soit pas forcément la même -, rares sont les sorties jusqu’au-boutistes qui apportent à la fois de la fraîcheur et un modèle de stabilité.

La surprise est venue d’un tout jeune label, Resin, puisque pour cette deuxième sortie du catalogue c’est un various qui nous est proposé. Un various où l’on reconnait des noms, de ceux qui distillent très rarement et très discrètement en laissant augurer du meilleur, souvent auteurs d’un one shot héroïque.

Bleaching Agent, parlons en. Moitié de Forward Strategy Group, sa recette à base de samples vocaux schizophrènes et de rythmiques bancales, concassées, avait fait mouche sur des labels aussi variés qu’intrigants, de Mira à LDNwht en passant par Komisch. Créant la surprise avec un album cassette sur Opal Tapes inégal mais bouillonnant, on pouvait s’attendre à tout. Bingo : il signe ici avec la track éponyme, « Akplenc », un semi-virage par rapport à ses premières salves. Rythmique puissante, ça grésille, la séquence principale vibrant sans cesse jusqu’à la nausée. On a à la fois une track dont le fonctionnement consiste à s’acharner du début à la fin sans jamais varier, mais construite sur des relances tellement bien placées que la fièvre prend, sans faillir. Point de samples vocaux, mais tout même un bel éloge de la folie.
Même face, changement de décor. Divided, inconnu au bataillon, signe une track étrange, teintée d’un imaginaire urbain digne des meilleurs Perc. Si l’hésitation mélodique est constante pendant une lente montée progressive, métallique, la seconde partie laisse entrevoir des séquences fines et bien vues de synthés percussifs qui, tout dub-techno qu’il sont, font s’envoler le tout au lieu de plomber l’ambiance avec la monotonie d’un mauvais Conforce. Paradoxale, riche, le contraste est implacable.

Pris? Mais si, Pris, le boss du label et auteur d’un intéressant EP (quoiqu’assez bancal dans l’ensemble) qui ouvrait son catalogue il n’y a pas si longtemps. Avec Pencil Pusher, il fusille l’âme avec précision. Oscillant entre des hautes fréquences Xhin-esques et une rythmique qui pour le coup n’a rien à envier à Ancient Methods, il parvient à délivrer une dose de brutalité fascinante qui n’est pas sans rappeler les dernières prouesses de Killawatt. Mais peut-être avec un sound design et un sens de la construction qui poussent plus loin le talent et dépassent l’exercice de style. Rythmiquement, le travail le plus remarquable de ce various.
On finit en beauté avec Manse. Auteur d’une petite perle de maladie mentale, Lying in wait, sur Opal Tapes, le bonhomme livre ici un « Slacker » dans la plus pure et malsaine veine industrielle. Armé comme une machine, produisant son lot d’ombres métalliques, cette track présente une richesse dans le choix des samples, une finesse de l’équilibre du tout, qui met la barre très haut. Paysage claustrophobe porté par une ligne rythmique implacable, cette track tabasse, soit, est efficace, ok, mais avec précision et profondeur avant tout.

Si la techno brutale et soi-disant « industrielle » pèche trop souvent par excès de débilité, préférant les muscles gentiment tool à un travail de fond machiavélique, ce various remet les pendules à l’heure en arrivant à marier le temps d’une guerre totale ces deux faces pas si opposées. Les expériences sonores des protagonistes, aux frontières les plus abstraites de la techno, n’y sont certainement pas pour rien. Combinant un travail intense du sound design, un sens aigu de la construction, le tout dans une cohérence globale exemplaire qui n’exclut pas une originalité des approches, cette compilation au mastering irréprochable est un véritable diamant noir. A rapprocher de l’excellent EP Triadz, de Hubot, sorti plus tôt dans l’année. On tient certainement là une des meilleures galettes techno de 2014 à ce jour.

Tracklist :

A1. Bleaching Agent -Akplenc
A2. Divided – Losses
B1. Pris – Pencil Pusher
B2. Manse – Slacker

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273