Various – Emotional Prints

Emotional Prints est une ouverture de catalogue qui en appelle d’autres tant elle se révèle remarquable de la première à la dernière seconde.

Front

7.7

10

Par David Robert
Publié le 3 mars 2011 | 22:17

Alors que les majors en véritables grosses machines rouillées ne parviennent toujours pas à trouver de véritables solutions pour s’adapter au web, les netlabels, enfants directs de la toile, continuent d’éclore en masse. Il va bien sûr de soi, et on préférera le rappeler, que ces labels, dont la particularité est de partager leurs releases en dehors de toutes considérations rentières, sont bien loin pour la plupart d’être des déversoirs low-cost destinés à accueillir en leur sein les parias de la sphère financière.
Dans la veine de Sutemos Records ou de Breathe Compilation, Lumi est un nouveau venu ayant choisi cette voie pour offrir sa vision de la musique orientée ‘IDM, ambiant downtempo et drill&bass‘ dont “Emotional Prints” en est la toute première compilation. A noter que Lumi est issu de notre terroir hexagonal, fait qui n’entamera bien entendu en rien l’avis pseudo objectif qui sera donné ici, mais qui aura comme autre effet peut-être celui de gonfler notre chauvinisme au vu de la qualité de cette sortie.

Déroulant ses nappes glitchées et gorgées de chaleur organique comme on déroule un tapis rouge vers le salut, Ametsub ouvre les portes de la compilation. Les quelques touches hyalines de Melorman (à qui l’on doit les excellents “Far Away Morning” et “Out In A Field”) suffisent alors à se laisser porter sur une plaine qui parait s’étirer bien plus loin que l’horizon, aussi pure que remplie d’espoir. C’est sur “The day before yesterday;”, de l’allemand Field Rotation, que le premier pied se pose réellement.
Mais les rythmiques, qui ne disparaitront ensuite que sur la mélancolie du piano de Afull à mi-parcours, sur la piste de fermeture par Szymon Kaliski, et seront aussi discrètes sur “Peleda” par Naono que sur le titre d’ouverture, ne sont en aucune façon l’incarnation d’un attrape-rêve, chacun des titres se suivant avec une parfaite unité de songe. Et c’est aussi en cela que cette compilation est admirable : si il est vrai que  les artistes proviennent d’univers assez proches pour qu’il soit impossible de passer du coq à l’âne (ni de B.O.C. à Lââm soit dit en passant), ce sont autant d’âmes aux desseins émotionnels différents qui érigent pourtant ici un seul et unique voyage, incroyablement cohérent.
De Aairial (dont  l’album “A Ma Muse” continue encore de faire couler son lot de larmes) avec “From N to P”, ambiant jusqu’à que des drones sur une batterie downtempo ne teinte de post-rock le morceau, à la ballade dépressive mais enchanteresse de Amorph jouissant d’une magnifique symbiose avec Triton (aka Jean Brique Bête) qui lui emboite le pas, à l’envol divin de Esoteric Sob en passant la beauté cristalline et minimaliste de Pleq (auteur par ailleurs de notre premier podcast), c’est bien d’un seul fil d’Arianne que l’on se guide tout au long d’une magnifique errance introspective.

Ce qui est rare est cher ? Définitivement non. “Emotional Prints” est une ouverture de catalogue qui en appelle d’autres tant elle se révèle remarquable de la première à la dernière seconde : Lumi est donc clairement un netlabel à suivre.
Et comme dirait l’adage geek : ce qui est .rar est share.

 

Tracklist :

01. Ametsub – Minus Lex
02. Melorman – Still
03. Field Rotation – The Day before yesterday
04. aAirial – From N to P
05. Candle Nine – Outpost
06. Afull – As The Stars Fall
07. Amorph – Reflexion
08. Triton – Elastic Squid
09. Pleq – Entering the Crack of Dawn
10. Naono – Peleda
11. Esoteric Sob – Hypocrisy
12. Szymon Kaliski – Of Being Far

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top