Violet Systems – Dead On Arrival

Violet Systems sort son quatrième EP de l’année, qui attisera les oreilles des nostalgiques de drum n’ bass tendance années 1990.

a1858309827_10

6.5

10

Par Flex Blur
Publié le 1 novembre 2017 | 12:34

Violet Systems, artiste de longue date aux multiples talents, vient de sortir Dead on Arrival, nouvel EP sur son label 시체 (SHICHE). Son parcours musical s’étend de l’époque de la jungle dans le milieu des années 1990 au footwork, puisqu’il fait partie du collectif TEKK DJZ fondé par Traxman et feu DJ Rashad. Entre temps, il a aussi été MC, réalisé des projets collaboratifs de noise music et lancé sa ligne de vêtements en scred’, THIEF APPAREL 도둑. Aujourd’hui, il revient à ses origines.

On commence avec « Boston Dynamics », qui donne le ton dès le départ : un morceau rapide entre jungle et drum n’ bass. Très efficace, une ambiance bien dosée dès la première minute, et une ligne mélodique qui aurait pu être un peu plus variée et mieux pensée dans les suivantes. Les breaks qui marquent les sections sont agréables et ils le font d’une manière dynamique. Sur six minutes en revanche, c’est plutôt long et répétitif, mais dans ce genre de musique, tout est une question de choix des sons et rythmes : si l’on ne presse pas « stop » avant la fin, c’est que les décisions prises étaient globalement bonnes. C’est le cas ici.

On enchaîne ensuite sur « Capodecina », où l’artiste baisse le tempo pour revenir à une cadence plus propre au footwork. La progression du morceau est assez linéaire, mais elle avance et évolue ; les changements de motifs à la batterie sont à noter et permettent de ne pas se focaliser sur le même morceau de sample musical qui revient tout au long du titre. « Blackheart » vient juste après pour nous délivrer un bon drum&bass à la Dom & Roland de la fin des années 1990. Une ambiance sombre sans être chaotique, un peu entre deux états. Le titre aurait gagné à être encore plus expressif et poussé, et violent, et mieux mixé, et…et…, mais c’est tout de même très agréable d’entendre des choses de ce type aujourd’hui. On ne peut que se réjouir d’entendre des sons un peu nostalgiques comme ça, surtout lorsqu’ils s’inspirent de grands classiques. Le résultat est une piste bien lourde, qui aurait pu être encore plus frappante (surtout avec un tel nom) si Violet Systems avait été plus loin.

On termine avec la meilleure piste de l’EP, « Riptide» : très Moving Shadow, les breaks y sont variés, les sons bien équilibrés et choisis avec soin. Pour un instant, on s’imagine sortant du boulot et passant par un quartier industriel pendant 7:10 : les usines tournent toujours à plein régime, on tape sur de la ferraille et quelques personnes nous interpellent. Pour le coup, ce morceau serait presque trop court, tant l’ensemble est plaisant à écouter et motive pour marcher, courir, fuir. A mettre en boucle, donc.

Au final, on a quatre pistes très différentes avec une sensation jungle/DnB générale qui nous rappelle les bons vieux jours de l’époque. Un mix peu soigné, mais juste assez pour être appréciable, même s’il y a des choses à améliorer pour nous faire écouter ça non-stop pendant un mois. Les amatrices et amateurs de musique électronique énergique des années 1990 seront ravi·e·s. Les morceaux vont à l’essentiel et Violet Systems ne s’embête pas avec des fioritures en tous genres : il a bien raison.

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top