VNDL – Gahrena: Paysages Électriques

VNDL n’a pas créé un album élitiste dont les serrures seraient à faire sauter une par une façon casse-tête. Accepter de s’en remettre à quelque chose que l’on ne maîtrise pas et le laisser porter est ainsi la seule clef requise.

a0654876487_10

8.0

10

Par David Robert
Publié le 4 juillet 2012 | 22:47

Philippe Vandal, alias VNDL, est un personnage discret sur une « scène » qui se veut encore plus discrète. Auteur de deux EP sorties sur deux netlabels de qualité (Abstrakt Reflection et Executive.netlabel) qui avaient attirés quelques regards amateurs d’IDM soft tapissé d’ambient, le jeune homme (du haut de ses vingt-deux ans) libère son potentiel avec son premier album tout juste sorti sur le colosse Hymen Records.

Si la première écoute fait apparaitre un ensemble gris foncé, les écoutes suivantes lèvent le voile sur un album qui est, au final, bien loin de tirer vers le sombre. Et c’est à ce moment que la pochette prend tout son sens. Ce que l’on avait cru ténèbre au départ se révèle diaphane, et ce que l’on avait ressenti comme un peu anxiogène s’avère être plutôt sérénité, à l’image d’un océan soufflant sa houle paisiblement. Un océan qui possède son lot de remous plus ou moins puissants, intenses et parfois dangereux, sa brume insaisissable et inquiétante (“Bragg” en collaboration avec Nebulo…), mais qui ne saurait incarner autre chose qu’une vaste étendue aussi impassible qu’immersive. Un océan qui ne se soucis guère de notre existence, et qui ne porte sur ses épaules en aucune manière les tracas de l’humanité, sauf peut-être par le reflet qu’il porte de nous quand on se penche au dessus de lui.
En ce sens, cet album n’a pas grand chose de chaleureux, et pour tout dire pas grand chose d’attirant à première vue. Et pourtant, l’envie d’y plonger et de rester là, enroulé sur soi-même comme un foetus bercé par des ondulations abstraites apparait dès lors que l’on veut se défaire du reste du monde.

Gahrena: Paysages Électriques” est bien loin d’être un album immédiat. Mais dire que cette matière sonique est à dompter avant de pouvoir s’en saisir serait totalement faux. VNDL n’a pas créé un album élitiste dont les serrures seraient à faire sauter une par une façon casse-tête. Accepter de s’en remettre à quelque chose que l’on ne maîtrise pas et le laisser porter est ainsi la seule clef requise.

 

Tracklist :

01. Afternoon. Afternoon.
02. Crunx
03. Gahrena
04. Bragg (With Nebulo)
05. Nikohn
06. Novar
07. Gaze
08. Nikohn (Offthesky Remix)
09. Recycle Theory
10. Recycle Theory (Part 2)
11. Night At Slaeg (With Pleq)
12. Novar (c0ma Remix)
13. Yanide

 

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top