Yan Kaylen – City Stellar

Pour le premier EP solo du label d’Exploration, Yan Kaylen livre une oeuvre immersive, trouble et d’une grande qualité.

EXPLO001-YanKaylen-CityStellarEP-LABELA

8.2

10

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 25 avril 2016 | 9:28

En fin d’année dernière, Exploration Music inaugurait de brillante manière son label, avec une compilation mettant en commun les qualités de ses différents producteurs. Alors que l’on connaissait déjà le collectif comme pourvoyeur de quelques uns des DJs les plus audacieux de la scène parisienne, Exploration franchissait ainsi une étape avec cette nouvelle plateforme mettant en lumière ses propres créations – au sens large, puisque le site du collectif regroupe également les œuvres d’Olivier Blanchin, illustrateur de talent officiant pour le crew. Quelques mois plus tard, c’est donc au tour de Yan Kaylen, déjà présent sur cette première compilation, de nous offrir ici la première sortie solo d’Exploration Music, qui marque par la même occasion la première référence du label.

Yan Kaylen fait figure de coupable idéal pour cet EXPLO001 : immersive, insondable et difficilement classifiable, sa musique apparaît comme une illustration parfaite du terme d’exploration. Composée de nappes synthétiques sous réverbération, de kicks abyssaux, de mélodies cachées sous la brume, la musique de Yan Kaylen avance en trébuchant afin de lentement nous laisser entrevoir la profondeur de ses mondes sonores. Epopée en six actes, City Stellar nous en donne, pour la première fois, la pleine mesure.

« City Stellar » accueille l’auditeur au biais de pads saturés et menaçants, laissant parfois émerger les lointains échos de sons troubles. L’immersion est progressive, accompagnée par les pulsations cardiaques qui se font jour en fin de morceau ; elle se poursuit au cours des premières minutes du second titre, « Suspension of Disbelief », qui introduit une atmosphère d’attente, ses lentes percussions étant recouvertes de sonorités dub techno composant une insensible montée. Le signal de vol est donné au terme d’un pont laissant surgir un sample mélancolique donnant son nom au titre : des synthés flottants viennent alors recouvrir la mixture, esquissant une mélodie de soie qui porte le morceau dans de nouvelles sphères célestes.

La suite des choses nous invite à rester à de telles altitudes : si les kicks telluriques d’ « Ancients Colony » semblent dans un premier temps ramener l’auditeur à sa lucidité, ils sont rapidement recouverts de puissants souffles synthétiques qui prolongent l’hypnose. « _Field » porte ce trouble vers de nouveaux niveaux, apposant un voile de flou sur ses sonorités pour les mêler en un drone inquiétant, dans lequel seuls surnagent quelques cris d’enfants semblant jouer au loin.

Les choses se font plus claires en fin de parcours : porté par une grille percussive plus franche, « Mirage X84 » nous extrait de cette sensation de perte de tout repère, sans pour autant rompre cette splendeur qui enveloppe City Stellar jusqu’à son terme. « The Last Quadrant » referme ainsi les portes de City Stellar sur lui-même, nous laissant avec l’impression d’avoir exploré un monde sous-marin dans lequel la lumière ne perce que par intermittence, nous donnant brièvement à voir ses superbes paysages avant de replonger dans un trouble profond.

Yan Kaylen compose avec ce City Stellar une œuvre unique et prenante, guidant imperceptiblement son auditeur dans un monde sonore dont la richesse appelle à des écoutes répétées, seules susceptibles d’en percer les secrets. Une nouvelle réussite à mettre au compte d’Exploration Music donc, et qui pose des jalons prometteurs pour la suite des choses, tant pour Yan Kaylen que pour Exploration.

Tracklist :

01. City Stellar
02. Suspension of Disbelief
03. Ancients Colony
04. _Field
05. Mirage X84
06. The Last Quadrant

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top