Zoltan – Pardon, What?

Six titres se distinguant par leur efficacité plus que leur originalité, pour un EP avançant dans la bonne direction.

ZOLTAN_ART

7.5

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 7 juillet 2014 | 9:25

Si Zoltan a véritablement commencé à faire paraître ses titres il y a deux ans, ce Pardon, What EP représente à bien des titres un tournant dans la carrière du producteur hongrois. Le récent auteur de notre 111e podcast exclusif y fait en effet son entrée dans la cour des grands, en signant sur Hum + Buzz, label tenu par Ikonika et Optimum. De quoi se faire remarquer à plus grande échelle que sur ses quelques premiers maxis restés plus confidentiels.

 

“Si Zoltan convoque sans ciller le meilleur de la bass music, la question de savoir où se situe sa personnalité propre finit par se poser. Doit-on pour autant bouder son plaisir ? Nous répondrons que non”

 

Dès « Aprah », Zoltan laisse entendre tous les points de référence formant son propre son : jouant avec les codes des meilleures zones de la scène bass, ce premier titre évoque ainsi aussi bien la rondeur des synthés ou les squelettes rythmiques de chez Night Slugs que l’aspect brut des sonorités d’Ikonika. Dans les titres suivants, les inflexions grime appellent aussi à un rapprochement avec le vaste ensemble de producteurs travaillant à l’heure actuelle le genre autour de 130 battements par minute.

On tient là le principal défaut de cet EP : si Zoltan convoque sans ciller le meilleur de la bass music, la question de savoir où se situe sa personnalité propre finit par se poser. Et ce, d’autant que les six titres de l’EP ne s’avèrent pas infaillibles, du point de vue technique notamment : optant pour un son très saturé, Zoltan perd une partie du détail et de l’explosivité qui font le succès des titres d’un Jam City.

Doit-on pour autant bouder son plaisir ? Nous répondrons que non : si les six minutes de flanger de « Raptors » s’avère relativement éprouvantes, le concassage rythmique organisé par « Saturn » à sa suite se révèle salutaire, emmenant l’auditeur dans un tunnel étroit aux secousses sismiques. Quelques secondes plus loin, le morceau-titre surprend par ses synthés aériens envahissant tout l’espace, brisant le rythme pour exhiber ses vertèbres. Ces différentes propositions ne reproduisent pourtant pas le choc que représentait le second titre : introduit dans un tournoiement de kicks et de sonorités agressives, « Consignments » prend en effet des allures de sommet de cet EP dès son drop en symphonies de claps étourdissants.

 

En clôture, « Phobos » résume finalement parfaitement l’EP : sans briller par son originalité ou par la finesse de son mixage, ce dernier titre, comme les cinq précédents, se démarque par une efficacité certaine. Zoltan possède tous les bons ingrédients, et tient visiblement les clés de son univers : ne reste plus qu’à en distiller une essence personnelle. Les intonations plus nocturnes fermant le dernier titre sont déjà un grand pas dans cette direction.

 

 

Tracklist :

01. Aprah
02. Consignments
03. Raptors
04. Saturn
05. Pardon, What (Msc)
06. Phobos

Vous aimerez surement


    Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273