Zum Goldenen Schwarm – Aufgang

Une fois de plus, Giegling prouve que son crew sait toucher à tout, y compris à la dub techno avec cet Aufgang de Zum Goldenen Schwarm.

r4870_0_or

7.9

10

Par Raphael Lenoir
Publié le 24 mars 2015 | 10:10

Nommé label de l’année par Resident Advisor, Giegling, petite structure basée à Weimar, n’en finit plus d’étonner le petit monde de la scène house et techno en diversifiant les genres publiés tout en gardant une identité sonore qui lui est propre. L’album d’Edward mais aussi ceux de Kettenkarussell et de Traumprinz avait fait de Giegling 2014 un excellent millésime. De plus, Forum, l’un de ses sous labels, avait par ailleurs sorti un long format de Vril particulièrement violent et acide parachevant un exercice complet de ce crew assez mystérieux. Zum Goldenen Schwarm ouvre le bal Giegling de 2015 avec la sortie de son premier album paru sur Forum fin février. Pas moyen de connaître l’identité des personnes derrière ce pseudo, tout juste sait-on qu’il s’agit d’une œuvre collective des membres de Giegling.

Aufgang (signifiant littéralement « sortie ») ne fera sans doute pas autant de « buzz » que The Body de Prince Of Denmark, mais cette sortie ne démérite pas en terme de qualité de composition. En effet, Giegling parvient une fois de plus à explorer un genre nouveau pour lui, celui de la dub techno, tout en faisant aussi bien sinon mieux que certains producteurs de la scène actuelle.

Expliquons-nous : premièrement, Aufgang est un album très équilibré car très structuré. Quatre de ses tracks (« Windung »et les « Aufgang » I, II et III) se basent sur le même sample, bien que la construction du morceau diffère à chaque fois. De plus les tracks ambiantes entrecoupent les morceaux plus rythmés, instillant un mélange de genres qui reste néanmoins tout à fait cohérent. D’autre part les nappes laiteuses sur « Wirbel » ou sur « Schwelle » contrastent avec les sonorités plus rêches, plus incisives d’ »Aufgang » I et II, mais un certain point d’équilibre est trouvé par Zum Goldenen Schwarm. C’est sur ce centre de gravité que les mesures en 4/4 des 8 tracks se déploient, chacune tirant sur un des 8 sommets du cube.

Deuxièmement, ces 8 blocs ont réussi à faire cause commune et fusionner pour ne créer qu’une seule et même ambiance lascive propice à l’oubli. Si les minutes se suivent et ne se ressemblent pas, l’abandon de soi se manifeste de plus en plus, dû à cette répétition des motifs sonores sur un même morceau. L’essence même de la dub techno. L’auditeur se noie ainsi littéralement dans ces nappes brumeuses et aquatiques que propose Weltentor, faisant rappeler le bassin techno de Voices From The Lake. Pas étonnant ensuite à ce qu’ »Aufgang III » et « Übergang », tout en douceur et où le kick semble s’être sublimé, viennent donner le coup de grâce dans les tréfonds de ces eaux troubles.

 

Aufgang ne réinvente donc pas la dub techno, mais on peut tout à fait penser que le genre vient de se trouver un nouveau souffle avec Zum Goldenen Schwarm. A travers des ambiances diverses, extrêmement soignées et structurées, le collectif parvient à nous perdre dans ce prisme aux 8 sommets qu’ils ont construit. Une « sortie » qui viendrait presque à nous faire oublier la dimension dans laquelle nous vivons.



Tracklist :

A1 Windung
A2 Schwelle
B1 Aufgang I
B2 Wirbel
C1 Aufgang II
C2 Weltentor
D1 Aufgang III
D2 Übergang

Vous aimerez surement

    Leave a comment

    Articles populaires

    Chargement des articles...
    Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

    Back to Top