Partager

0
0
A+ A-

« 11 Songs that influenced my sound over the years », la sélection de Sieren

A l’occasion de la sortie de son nouvel EP pour Apollo, Sieren nous offre une sélection de 11 titres qui ont influé sur l’évolution de ses productions.

sieren

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 19 octobre 2017 | 12:22

Si vous nous suivez depuis un certain temps, vous aurez peut-être remarqué que chez SeekSickSound, Sieren est un producteur que l’on affectionne tout particulièrement. Déjà passé à deux reprises par notre section podcasts (en 2014, puis l’an dernier), Sieren nous avait également concocté, à l’époque de son premier EP sous ce pseudonyme, une sélection de titres appelés à inspirer ce nouveau projet. Depuis, Sieren est devenu le principal alias de son géniteur, Matthias Frick, et a connu une évolution vers un son toujours plus raffiné, s’orientant vers une bass music aux rythmiques décomposées et aux textures enfumées. Une progression qui lui a valu une reconnaissance croissante, qui s’est traduite par des signatures chez Ki Records, puis sur Apollo, subdivision ambient du mythique label R&S, pour un premier EP, Static Polymorphism, paru l’an passé. C’est sur ce même label que Sieren fait aujourd’hui son retour avec Ascension, nouvel EP qui poursuit cette métamorphose sonore en la tirant vers de nouvelles sphères. L’occasion de faire un nouveau point en sa compagnie, avec une nouvelle sélection qui traduit l’évolution de ses influences au fil des années.


Djrum – Watermark (2nd Drop, 2012)

J’ai entendu parler de Djrum pour la première fois en 2011, quand il venait de faire l’un de ses premiers mixes Imaginary Movie pour Mary Anne Hobbs. Je venais d’un milieu techno et house, et j’étais fasciné de voir comment il intégrait des éléments dub-techno dans sa bass music. Pour moi, c’était le point de départ qui m’a incité à plonger dans sa discographie. Je suis toujours aussi fan de ce qu’il fait aujourd’hui et j’ai vraiment hâte d’entendre sa prochaine sortie sur R&S.


Alaska & Seba – Back From Eternity (Arctic, 2006)

Quand j’avais un peu plus de vingt ans, j’adorais la drum&bass mélodique / liquid. J’étais toujours fasciné par l’aspect atmosphérique de cette musique, et je pense que ce style a toujours une influence sur ce que je fais aujourd’hui.


Bonobo – Eyesdown (Ninja Tune, 2010)

J’ai été vraiment très impressionné quand Black Sands est sorti. Je connaissais sa musique depuis longtemps, mais c’est à ce moment là qu’elle a vraiment eu un effet sur moi en tant qu’artiste. Ses arrangements de percussions, sa technique de sampling et son écriture mélodique m’ont vraiment attiré vers sa musique à partir de ce moment.


Trentemøller – Nightwalker (Poker Flat, 2006)

Un autre moment important pour moi. J’ai vraiment eu un coup de foudre sur The Last Resort à l’époque, principalement en raison de l’utilisation de l’espace et du minimalisme dont Trentemøller faisait preuve. Il parvenait à donner une grande épaisseur à ce son, tout en pouvant repartir vers un espace ouvert à tout moment, ça a beaucoup inspiré ma façon d’écrire à ce moment. La pochette de l’album représente parfaitement cette sensation.


Tycho – Daydream (Ghostly International, 2007)

On trouve ce morceau sur sa sortie de 2011, Dive, mais en fait c’est d’abord sorti en 2007 sur Ghostly, et c’est à ce moment que je l’avais découvert. J’admire Tycho pour son style de production analogique, il utilise surtout du vieux hardware et de vrais instruments dans sa musique. Son esthétique est assez unique, elle renferme une certaine chaleur, qui se rapproche peut-être de celle de Boards of Canada, qu’on trouve peu chez d’autres producteurs.


Rival Consoles – Night Melody (Erased Tapes, 2016)

Rival Consoles sont une influence plus récente pour moi, et ça a certainement quelque chose à voir avec mon intérêt qui s’est récemment déplacé vers des productions plus analogiques. Il a une façon unique d’incorporer des synthés bruts, mais rythmiques et intéressants, dans des percussions minimalistes mais tout de même plaisantes.


Synkro – In Transit (Med School, 2010)

C’est certainement mon influence la plus évidente. Au moment où le dubstep était en pleine montée dans la deuxième moitié des années 2000, l’approche de Synkro, qui fusionnait mes deux genres préférés de l’époque, l’ambient et le dubstep, m’a vraiment marqué. J’ai été très fan de sa musique depuis. J’étais bien sûr super heureux de collaborer avec lui huit années plus tard sur mon dernier EP pour Apollo :


Mount Kimbie – Maybes (Hotflush, 2009)

Clairement un autre morceau qui a été très important pour moi à l’époque. Mount Kimbie ont réussi à produire leur propre variante de dubstep, qu’on a fini par appeler « post-dubstep ». Tous les morceaux sur cet EP étaient vraiment très inspirants, en particulier en termes d’utilisation de field recordings dans ce style.


Scuba – Three Sided Shape (Hotflush, 2010)

J’allais mentionner son album précédent, A Mutual Antipathy, mais Triangulation, qui date de 2010, a eu un impact encore plus fort sur moi, en transformant à nouveau son dubstep en y ajoutant davantage d’éléments techno.


Apparat – Goodbye (Mute, 2011)

C’est un superbe exemple de la magie qui peut se produire quand les artistes sortent de leur zone de confort. Je connaissais la musique d’Apparat depuis mon adolescence, et j’ai toujours adoré sa musique. Son intérêt pour la synthèse sonore (il a contribué pour des patches et des presets sur Reaktor de Native Instruments, et il a codé un logiciel qui précédait Ableton Live pour eux), et bien sûr le résultat sonore de tout ça m’a toujours donné envie d’explorer ses nouvelles sorties. Avec cet arrière-plan, le fait qu’il ait enregistré et produit un album avec une approche de groupe, c’était quelque chose vraiment intéressant pour moi à ce moment.


Telefon Tel Aviv – Fahrenheit Fair Enough (Hefty, 2001)

Ca me fait toujours bizarre de me dire que c’est sorti en 2001, il y a seize ans. Sur le plan sonore, ça pourrait très bien être produit aujourd’hui. J’ai été vraiment marqué par leur façon de fusionner les sons analogiques et digitaux (glitch/IDM), avec de sublimes mélodies. Pendant des années, je me suis demandé comment ils avaient pu produire certains petits détails de leur musique. Je pense que leur technique était très en avance par rapport à la majorité des musiciens électroniques de l’époque – mais c’est peut-être parce que j’étais très jeune à l’époque.

Ascension est disponible chez Apollo Records.

If you’ve been following us for some time, you may have noticed that Sieren is a producer that we really enjoy at SeekSickSound. Having already mixed two of our podcasts (in 2014, then last year), Sieren also offered us, at the time of his first EP under this name, a selection of tunes that had inspired this new project. Sieren has since become the artist’s main alias, and evolved towards an ever more refined bass music with decomposed breakbeats and cloudy textures. This allowed him to gain increasing recognition, as well as signing on Ki Records, then on Apollo, ambient division of the legendary R&S, for last-year’s Static Polymorphism. Sieren is back on Apollo these days with Ascension, a new EP that prolongs this metamorphosis towards new spheres. This was the perfect occasion for us to have a look back to this evolution, with a new selection that showcases the slow change of his sound through years.


Djrum – Watermark (2nd Drop, 2012)

First I heard of Djrum was in 2011 when he did one of his first “Imaginary Movie” mixes for Mary Anne Hobbs.
Then coming from a techno and house background I was absolutely fascinated by how he fused elements
of Dub-Techno with Bass/UK music. For me it was the starting point to dive deeper into his discography back then.
I’m still a big fan of his work today and am looking forward to his next release on R&S.


Alaska & Seba – Back From Eternity (Arctic, 2006)

Back in my early twenties I had a strong affection towards melodic (or liquid) drumnbass.
I was always fascinated by the spherical aspects of this particular music and save to say
that this particular style is still finding its way into what I’m doing today.


Bonobo – Eyesdown (Ninja Tune, 2010)

I was absolutely blown away when “Black Sands” came out. I knew his music from way before
but this was when he really grew on me as an artist. His drum arrangements combined with his
sampling technique as well as melodic writing is what really drew me to his music from thereon out.


Trentemøller – Nightwalker (Poker Flat, 2006)

Again another Milestone in my music listening history. I really fell in love with “The Last Resort” back then,
mostly because of the way Trentemøller worked with space and minimalism. Achieving both thickness while
jumping back into an open space in an instant was very inspiring to my own songwriting at the time.
The album artwork perfectly captures that feeling.


Tycho – Daydream (Ghostly International, 2007)

While this track was part of his 2011 “Dive” release, technically it came out in 2007 on Ghostly which is
when I discovered it. I admire Tycho for his analogue production style, mostly using old hardware and
real instruments for his music. His aesthetic is quite unique and presents a certain warmth, maybe akin
to Boards of Canada, which is hard to find in other music.


Rival Consoles – Night Melody (Erased Tapes, 2016)

Rival Consoles might be a more recent influence on me and probably lies a bit in line with me shifting
my focus more towards an analogue production style in recent times. His way of incorporating raw and yet
rhythmic and interesting sounding synths with minimal and aesthetically pleasing sounding drums is quite unique.


Synkro – In Transit (Med School, 2010)

Probably my most obvious influence. With dubstep on the rise in the mid/late 2000s, Synkro’s approach
to fusing my then 2 favourite genres ambient and dubstep really struck me and I’ve been a big fan of his
music ever since. Obviously I was very happy, that we’d end up collaborating 8 years later on my recent EP on Apollo:


Mount Kimbie – Maybes (Hotflush, 2009)

Definitely another defining track back in the day, Mount Kimbie managed to come up with their own unique
take on dubstep which eventually ended up being coined the “post-dubstep” genre.
All the tracks on the EP were very inspiring, especially in regards to incorporating field recordings into that genre.


Scuba – Three Sided Shape (Hotflush, 2010)

I was gonna mention his previous LP “A Mutual Antipathy” but “Triangulation” in 2010 had an even bigger impact on me,
putting another spin on dubstep by incorporating more elements from the techno end of the spectrum.


Apparat – Goodbye (Mute, 2011)

This is a great example of the magic that can happen when artists leave their comfort zone. I knew Apparat’s music
from basically my teenage years on and have always been an avid fan of his music. His involvement in sound synthesis
(contributing to patches and presets for Native Instrument’s Reaktor as well as writing their own pre-Ableton Live performance
software) and of course especially the sonic outcome is what kept me excited listening to his new releases.
Coming from that background, recording and producing an album in a more band-like approach was super interesting
to me at the time.


Telefon Tel Aviv – Fahrenheit Fair Enough (Hefty, 2001)

I still find it hard to believe this came out in 2001, 16 years ago from now. Sonically speaking it might as well be produced today.
Their approach to fusing analogue and highly-digital (glitch/IDM) sounds together with beautiful and soulful melodies really struck a chord with me.
For years I kept on wondering how they achieved certain tiny sounds in their music. I’d say their technique was way ahead of other electronic
musicians at the time (with a few notable exceptions) – but it might as well have been my young age then.


Ascension is out now on Apollo Records.

Vous aimerez surement

Leave a comment

Articles populaires

Chargement des articles...
Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

Back to Top