Partager

0
0
A+ A-

DJ Manny – Greenlight

Quatrième album de DJ Manny, et premier pour l’emblématique Teklife, Greenlight met en évidence ses talents en restant fidèle à la scène footwork tout en puisant dans des sonorités plus personnelles.

dj mANNY

8.3

10

Label

Genre

Par Théo Schuster
Publié le 18 octobre 2017 | 8:24

Danseur et beatmaker de Footwork depuis son plus jeune âge, Manuel Gaines alias DJ Manny, a participé et façonné l’histoire et l’évolution de ce style, que ce soit en créant ses propres pas de danse ou en améliorant ceux-ci en se basant aussi bien sur le noyau dur de cette culture, que sur des sonorités outre Chicago. Après avoir enchaîné plusieurs EPs sur le label californien TAR, quelques albums chez Hoko Sounds et Aeronema contenant des classiques tels que « What You Need? (feat. Dj Spinn) » ou « Teklife CPU (feat. DJ Phil) », le producteur de Harvey nous livre son premier album physique sur Teklife Records.

De manière générale, Greenlight se caractérise par les influences natales du Footwork. On sent en particulier la fibre numérique du pionnier DJ Rashad, par la composition qui reste sobre et simple par essence, dans le traitement des caisses claires, charlestons et samples vocaux à outrance, ainsi que dans les synthés puisant dans le jazz et la soul. Cet album rassemble également plusieurs collaborations avec DJ Taye, DJ Chap, DJ Lucky et Lucia, qui tous participent à l’élaboration d’un cocktail énergique basé sur des influences diverses.

DJ Manny nous présente, avec parcimonie, quelques influences de sonorités anglo-saxonnes dans « You Looking Good », « Boop Me Down » ou encore « Like That », celles-ci marquées par des breakbeats de jungle superposés à des claps et des snares de 808, ainsi que des lignes de synthétiseurs cheesy parsemés de mélodies envoutantes, mélancoliques et funky. Tandis que les morceaux « Zancrash » ou « Way You Move » restent dans une ambiance beaucoup plus douce, avec un traitement particulier à base de rhodes et de samples parfois sucrés ou acides, « Ghost Out » s’y oppose clairement par ses sonorités et ses samples homemade étranges, ainsi que son énergie oppressante, taillée sur mesure pour les versus.

Ce cinquième opus de la saga Teklife dévoile donc un savoir-faire nouveau des pionniers du footwork et du juke. Greenlight est une belle introduction à ce jeune producteur de cette grande famille, qui jusqu’ici restait un peu discret sur son travail. Toujours un pied dans l’ombre comparé aux confrères de sa génération, Manny nous livre avec ce quatrième album, son premier sur l’emblématique label Teklife Records, un disque qui met en évidence ses multiples facettes et compétences, que ce soit au niveau du choix des ambiances, de l’échantillonnage et du travail sur des sonorités beaucoup plus personnelles. Un subtil mélange d’ingrédients, qui reste fidèle à la scène de Chicago, mais qui puise aussi dans ses textures et ses nappes sonores avant-gardistes, authentiques et futuristes.

Vous aimerez surement

Leave a comment

Articles populaires

Chargement des articles...
Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

Back to Top