Partager

0
0
A+ A-

Interview : Owl (FR / ENG)

Le producteur belge Owl répond à nos questions sur son univers musical

PHOTO 3
Par Thibaud Marty
Publié le 11 mai 2018 | 11:47

L’année 2018 a tout d’une cuvée des plus prolifiques pour Owl. Ce producteur originaire de Belgique est en train de gagner ses lettres de noblesse parmi les aficionados d’un son nébuleux, où la richesse expressive et la profondeur de champ priment sur les considérations de genre. Parmi les labels l’ayant intronisé, on compte notamment les élégants Nord Label, Paradise Lost et Silent Season, pour des apparitions qui révèlent un son subtil et imagé, une tendance que confirme la sortie imminente (le 12 mai 2018) de Library Series 1 sur Literature Recordings. Alors qu’il nous livre un podcast qui dessine les contours de son autoportrait sonore, on a profité de l’occasion pour faire connaissance avec ce talent émergent, qui nous révèle quelques-uns de ses projets futurs.

Salut, peux-tu nous présenter brièvement ce qui se cache derrière Owl ? Qui es-tu, comment te décrirais-tu musicalement parlant ?

Hello, je m’appelle Pierre et je viens de Belgique. J’ai commencé la musique électronique il y a une dizaine d’années avec Clearlight sous le nom de Glÿph. En 2013, on a décidé de produire chacun de son côté sous de nouveaux alias, tout en restant connectés le plus possible. Je ne sais pas comment je peux me décrire musicalement parlant, en tout cas je suis super ouvert et curieux. Je n’aime pas m’isoler dans un style bien distinct, que ce soit dans la production, dans mes mixes où ma collection.

Owl, ça signifie « hibou » ou « chouette » en anglais, as-tu choisi cet alias car tu te considères comme un hibou, une chouette ? Ou alors ce sont tes initiales, un acronyme, un truc du genre ?

Rien de tout ça ! J’ai créé ce projet plus ou moins en même temps que Clearlight. Je voulais trouver un nom qui pouvait coller avec nos futures collaborations tout en étant un peu contradictoire. Je voulais également quelque chose qui pouvait être un mélange entre le terrestre et le céleste. Et nous avons imaginé un hibou accompagné de sa lumière claire. Lorsque j’ai créé le projet, j’avais pour première idée de le nommer « ODS » qui signifie « Owl from Deep Space ». Finalement, j’ai juste gardé Owl.

La Belgique a été une place forte de la culture rave, en particulier dans les années 90. Toi qui es belge, est-ce que d’une certaine manière tu te sens influencé par ce glorieux passé ? 

Oui et non, je suis né dans le début des années 90, je n’ai donc pas été influencé directement. Ce sont les grands frères d’amis, le début d’internet, qui nous a donné le goût et l’envie de sortir et de s’ouvrir à d’autres styles. C’est de là que j’ai aimé découvrir de nouvelles sonorités, styles. Il est vrai que le fait d’habiter dans un petit pays comme la Belgique avec une très bonne culture musicale, nous a permis de nous produire dans différentes villes et s’ouvrir ainsi très facilement.

On décèle un penchant résolument ambient dans ta musique actuellement. Quelles ont été les étapes, les déclics qui t’ont amené vers ce registre sonore plutôt qu’un autre ? 

C’est vrai, depuis quelque temps je produis pas mal d’ambient et j’aime laisser une touche ambient dans l’ensemble de mes prods. Je m’intéressais déjà tout jeune aux musiques d’ambiance, au cinéma, les FX, la manière d’agencer un son à une image, une émotion. Plus tard, Lucax m’a fait découvrir une série d’album du très grand Ishq et je pense que ça a concrétisé mon amour pour l’ambient.

Quel est ton état d’esprit lorsque tu composes des tracks ? Comment tu procèdes, vers quoi tu tends ? Est-ce qu’il y a des émotions en particulier que tu tentes consciemment d’exprimer avec ta musique ? 

Tout dépend, je n’ai pas de méthode bien précise. Je me laisse souvent guider par l’intuition et l’émotion du moment. J’aime me faire guider par le ressenti, la sensation acoustique ou esthétique, tout en restant conscient de l’émotion que je tente d’exprimer.

Tu es donc également membre de Glÿph, duo que tu formes avec ton complice Clearlight. Est-ce que tu peux nous en parler un peu ? Est-ce un prolongement du son que vous faites chacun en solo, ou bien vous essayez de faire quelque chose de différent lorsque vous composez sous cette identité ?

Glÿph est notre première formation. Nous avons fait une pause de 2-3 ans pour nous concentrer exclusivement sur Clearlight & Owl. Mais fin 2017, nous avons décidé de revenir aux sources et refaire de la drum & bass pour se secouer un peu, ça nous manquait ! Notre manière de faire reste la même, c’est donc un prolongement et en même temps quelque chose de différent. J’invite les personnes ne connaissant pas nos univers à aller tendre l’oreille. Nous avons sorti récemment une track sur le label de Break (Symmetry Recordings), un single arrive en mai sur Blendits, et encore plein d’autres tracks/collab/remix.

Parlons de tes actualités car l’année 2018 semble intéressante te concernant. Tu viens de sortir l’EP Hidden Universe sur Paradise Lost, et il me semble que tu as quelques autres sorties de prévues, peux-tu nous en dire plus ?

C’est vrai que 2018 a bien commencé, et ça continue ! J’ai tout d’abord sorti un vinyl sur la série SSX10 de Silent Season, aux côtés d’artistes tels que ASC, Earthen Sea, BLNDR, Antenes… Je remercie encore une fois Jamie pour son support continu depuis des années ! Par la suite, j’ai signé le Hidden Universe EP sur Paradise Lost en collaboration avec Clearlight. À part « C05M05 », toutes les autres tracks ont été composées entre 2014 et 2016. Il était temps qu’elles voient le jour. Très prochainement, le 12 mai, un EP en collaboration avec mon ami Projekt 22 sortira en cassettes limitées à vingt exemplaires sur le label Literature Recordings. De plus, un vinyl solo sur le label The Grey Division et une VA sur re:st verront la jour dans le courant de l’année 2018. Et actuellement, nous sommes en train de créer notre label avec Clearlight, les informations suivront très prochainement !

Concernant ton podcast, peux-tu nous en parler un peu, qu’est-ce qu’on risque d’y entendre ?

Pour le podcast, c’est un voyage progressif de 1h15 dans plusieurs univers que j’affectionne. Il comprend des tracks perso, des collaborations avec mon bro Clearlight et Projekt 22, ainsi que des compositions d’artistes que j’apprécie énormément.

Pourrais-tu me donner un top 5 d’artistes que tu apprécies particulièrement en ce moment ?

Il m’est difficile de faire un choix parmi tant d’artistes talentueux que j’apprécie énormément, mais si je devais donner un top 5, je dirais : ASC, Ancestral Voices, Overlook, Positive Centre, Wanderwelle.

Merci beaucoup pour tes réponses, c’est le moment pour balancer quelques mots de conclusion, des dédicaces, fais-toi plaisir.

Tout d’abord merci à toi et toute l’équipe de SSS ! Je remercie tout particulièrement Clarisse pour son soutien depuis le tout début, ainsi qu’à ma famille et tous mes amis proches. Je remercie également, Jamie (Silent Season), Simon (Nord Label), All Hangout Krew (The Grey Division), Mich (re:st), Rob & Geoff (Paradise Lost), Cuelock (Literature), Jenner (Aquatic Collective), Seth (Onset Audio), Clement (SHVLFCE), ASC & ENA pour les précieux feedback, tous mes potes artistes: ILL_K, Hysee, Projekt 22, Dyl, Winter In June, Survey, Blanca, Chad Dubz, Shanti, Dillard, Enuui, Clarence Park, Submillimetre, Alg0rh1tm, Mentality Krew, Get mad krew, et toutes les personnes que j’aurais pu oublier ! Et pour finir, mon bro de toujours Lucax.

Belgium-based producer Owl has quietly been rising through the ranks of a genre-bending leftfield sound where sonic depth and expressiveness prevail. First spotted on Nord Label, then more recently on Silent Season and Paradise Lost‘s catalogues, Owl’s aptitude for creating subtle, lush sonic journeys keeps expanding, and the imminent release of Library Series 1 on Literature Recordings should further cement his reputation. As he graces us with a brilliant podcast, we’ve taken advantage of the opportunity to have a quick chat with this up-and-coming producer and talk about his plans for what looks like a prolific future.


Hi, can you introduce yourself in a few words ? Who is the human being behind Owl, and how would you describe yourself musically speaking ?

Hello, I’m Pierre and I’m from Belgium. I started doing electronic music about a decade ago, together with Clearlight under the Glÿph moniker. Back in 2013, we decided to produce music separately under new aliases, while remaining as connected as possible. I can’t really think of how to describe myself musically speaking, other than being very open-minded and curious. Whether through my productions, my DJ sets or my record collection, I don’t like defining myself under one specific genre.

What does your Owl alias reflect ? Do you see yourself as an actual owl ? Or are these your initials, an acronym or something like that ?

None of that really ! I started that project around the same time Clearlight started his, and I was looking for an alias that would go along well with our collaborations, while being a little contradictory. Also I wanted something that would be in between terrestrial and celestial. Then we envisioned an owl going along with its clearlight. When I first started the project, my initial idea was to name it « ODS », for « Owl from Deep Space », and eventually stuck with just Owl.

Belgium has been known as home of some of the rave culture’s powerhouses, especially in the 90s. Do you feel like this glorious past has influenced you as a you are hailing from Belgium ?

Well yes and no. I haven’t been directly influenced as I was born in the early 90s. Friends’ older brothers, as well as the internet taking off, made us want to spend nights out, which is where I started opening myself to new sounds, and enjoying discovering new genres. It’s true that living in a small country like Belgium, which enjoys a healthy musical culture, gave us an opportunity to play in many cities, thus making it easy for us to open up.

Your latest musical output reveals a strong tendency towards ambient vibes. How have you gotten hooked into that sonic universe ?

I’ve been producing quite a lot of ambient recently that’s true, and I like to drop a touch of ambient in all of my productions. From a young age, I was interested in background music, movie music & sound FX, in how to have music go along with picture, or with an emotion. Later, Lucax had me discover an album series from the great Ishq. That solidified my love for ambient music once and for all.

Can you describe your state of mind when writing tracks ? Do you follow a specific process? Are there particular emotions you are trying to work towards ? Or are you flowing along with acoustic sensation, sonic aesthetics and feeling ?

I don’t have a definite method, so it all depends. Often, I would let intuition and the feeling of the moment guide me through. I like to let feeling and acoustic & aesthetic sensations guide me, while staying aware of the emotions I’m looking to express.

You are also one half of production duo Glÿph, along with your mate Clearlight. Can you tell us more about it ? Is this an extension of your solo works, or are you working towards a different sonic identity when working under that alias ?

Glÿph was our initial production output. We had been on a two or three year break, in order to focus solely on Clearlight & Owl. But around late 2017 we have decided to come back to the source in producing drum & bass to shake things up a bit, as we were missing it ! The way we work remains the same, so it is both a continuation and something different. If you don’t know our universes, you are more than welcome to take a listen. We’ve recently released a track on Break’s Symmetry recordings, and we also have a single forthcoming on Blendits as well as many other tracks / collabs / remixes.

Let’s talk about your forthcoming stuff, as 2018 looks like an interesting year as far as you’re concerned. We’ve heard the Hidden Universe EP that came out on Paradise Lost recently, and I believe you have more stuff in the works, can you tell us more ?

2018 has indeed started off nicely for me, and it keeps going ! I first got a vinyl release on Silent Season’s SSX10 series, alongside names like ASC, Earthen Sea, BLNDR, Antenes…again, thanks to Jamie for his continued support throughout the years ! Then I signed the Hidden Universe EP alongside Clearlight, on Paradise Lost. All tracks on that release, except « C05M05 », were written between 2014 and 2016, it was about time they’d seen the light of day. Coming very soon is a collaboration EP with my friend Projekt 22, coming out on limited edition tape on Literature Recordings, on May 12th. In addition to that, I have a solo vinyl release on The Grey Division as well as a V.A on re:st coming out later this year. And we are currently setting up to launch our own label with Clearlight, more info on that very soon !

Could you tell us a few words about this podcast, what can we expect from it ?

This podcast is a 75 minutes progressive journey through different landscapes that I like. You can expect to hear some of my production, collabs with Clearlight and Projekt 22, as well as tracks from producers I love.

Could you give us a top-five producers you’ve been into lately ?

It’s tough to make a choice among a crowd of artists I really like a lot, but if I have to pick a fave 5, that would be : ASC, Ancestral Voices, Overlook, Positive Centre, Wanderwelle.

Thanks a lot for your answers man, now time to hit us with a few closing words and shout-outs of your choice.

Firstly, thank you and the whole SeekSickSound ting ! A very special thanks to Clarisse for her support from the start, as well as my family and all of my close friends. I’d also like to thank Jamie (Silent Season), Simon (Nord Label), all Hangout Krew (The Grey Division), Mich (re:st), Rob & Geoff (Paradise Lost), Cuelock (Literature), Jenner (Aquatic Collective), Seth (Onset Audio), Clement (SHVLFCE), ASC & ENA for their valuable feedbacks, and all my artist friends : ILL_K, Hysee, Projekt 22, Dyl, Winter In June, Survey, Blanca, Chad Dubz, Shanti, Dillard, Enuui, Clarence Park, Submillimetre, Alg0rh1tm, Mentality Krew, Get mad krew…and also anyone who I’d left off ! And to cap it off, to my longstanding bro Lucax.

Vous aimerez surement


Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273