Notre playlist des Nuits Sonores 2019

Profitant de l’annonce d’une partie de la programmation des Nuits Sonores du 29 mai au 1er juin prochains, on s’est amusé à tracer des lignes entre les artistes qui feront résonner leur musique dans différents lieux lyonnais, afin de vous en offrir un panorama pas du tout exhaustif et complètement subjectif.

Par Idris Ghouati
Publié le 27 février 2019 | 8:26

C’est sous les allures d’un taulier de la scène électronique française que le festival des Nuits Sonores se présentera pour sa dix septième édition fin mai. Comment entretenir la flamme lorsque une histoire d’amour est si longue entre un festival et sa ville ? Les organisateurs, Arty Farty, ont décidé de miser sur une programmation pointue et éclectique, qui puise dans les racines de la musique électronique tout en allant chercher dans la scène émergente locale, prenant peut être le risque de décevoir les adeptes d’une musique plus mainstream.

Credit: www.facebook.com/GCPLYON

C’est ainsi que l’on retrouvera en Nuit 3 les britanniques Nitzer Ebb, groupe formé en 1982, pilier de la musique post-punk et EBM, courants qui forment une des nombreuses ramifications qui ont contribué à l’émergence de la musique électronique et dont on peut retrouver les traces industrielles dans la techno puissante de I Hate Models ou la new wave froide de C.A.R. qui seront aussi présents à Lyon.

Model 500 viendra représenter une autre des ramifications de la musique électronique. Sous un de ces alias les plus connus, Juan Atkins, un des créateurs de la techno de Détroit, joue désormais en live accompagné de Mad Mike, Mark Taylor et DJ Skurge (Underground Resistance). Avec son esthétique futuriste, son utilisation des boîtes à rythme Roland et sa rythmique électro caractéristique, Juan Atkins a contribué à façonner profondément la musique électronique actuelle. On retrouve des réminiscences de la Motor City dans la musique de Jensen Interceptor ou du vétéran Radioactive Man, artistes qui depuis quelques années portent haut les couleurs de l’électro, dans une version plus agressive que celle de l’artiste de Détroit.

Du côté de la bass et des musiques UK, on aura aussi affaire le premier soir à un pionnier en la personne de Mala, précurseur du dubstep notamment au sein du duo Digital Mystikz. Pour lui faire écho le même soir, Low Jack et Simo Cell joueront en b2b ; deux artistes français qui se sont saisi des musiques de sound-system, notamment le dancehall, pour les emmener vers quelque chose de plus expérimental. Inutile de développer sur le désormais bien connu Djrum, que l’on peut aussi classer dans la bass, sans qu’il y soit réductible et dont on avait adoré l’album l’an dernier. Celui-ci sera certainement un des supports de son live, auquel on a hâte d’assister.

La présence de Tony Allen, batteur et pionnier avec Fela Kuti de l’afrobeat (musique nigériane qui mélange funk, chant et jazz), nous plonge encore plus loin dans l’histoire de la musique. Il présentera un live avec Jeff Mills et sa TR-808. On assistera à la collaboration de deux des plus grandes connaisseurs du rythme, l’un sous sa forme acoustique, l’autre sous sa forme électronique. Ils présenteront leur album sorti l’an dernier, Tomorrow Comes the Harvest. La présence du célèbre batteur autant que celle de Nubya Garcia, groupe important dans le renouveau du jazz anglais, illustre la volonté des programmateurs de mettre en avant les instruments et les musiques acoustiques pour révéler les ponts qui existent entre elles et la musique électronique.

On vous laisse donc avec cette playlist, sélection partiale et partielle des artistes qui risquent de marquer ces Nuits Sonores, en espérant qu’elle vous donne envie d’aller apprécier leurs performances en live à Lyon du 29 mai au 1er juin.

Vous aimerez surement

Leave a comment

Articles populaires

Chargement des articles...
Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

Back to Top