Partager

0
0
A+ A-

Retour sur Plage Club x NKC à l’International

On revient sur la soirée Plage Club du vendredi 4 mai à l’International : pour sa première soirée parisienne, le collectif y invitait l’Anglais NKC pour un set ravageur.

plage club
Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 16 mai 2018 | 13:25

Quel rôle reste-t-il à un report de musique électronique en 2018, à l’heure où podcasts et autres Boiler Room permettent en l’espace de quelques minutes de se faire une idée des talents de DJ d’à peu près n’importe quel artiste ? Parmi les multiples fonctions que l’on peut toujours attribuer à ce genre d’articles, nous retiendrons en l’occurrence celle de souhaiter la bienvenue à Plage Club. Fondé à Nancy il y a quelques années par Philou (aka Philou Passe Des Disques) et Konga Konga, Plage Club faisait en effet ce vendredi 4 mai ses débuts parisiens en investissant la cave de l’International. Dans la droite lignée de ses programmations passées, toujours à la parfaite intersection des scènes club, UK Funky et autres batida – DJ Lycox, King Doudou ou DJ Tetris font partie des noms précédemment invités par le collectif –, Plage Club invitait pour cette première parisienne le brillant NKC, tenant du hard drum. Une programmation alléchante, mais qui ne laissait pas présager de la sauvagerie à venir.

Les choses commencent déjà de belle manière avec Philou et son acolyte Scarlett, qui s’occupent avec compétence du warm-up à notre entrée dans le club de la rue Moret. Passant allègrement de la trap au UK Funky, de la scène club à la scène bass ou de Londres à Lisbonne, les deux résidents de Plage Club se placent à l’exacte jonction qui fait la ligne musicale de leur collectif. On repère, parmi ces multiples ponts stylistiques, quelques pépites particulièrement bien senties, dont ce « Knight Terror » de Wristboi dont les kicks fracassants font toujours leur effet. Une entrée en matière réussie donc, laissant le soin à NKC de nous achever.

Prenant place derrière les platines autour de 2h30, l’Anglais va concrétiser tous les espoirs suscités par ses imparables sorties chez Her Records ou sur son propre label Even The Strong. Cinq minutes auront suffi à convaincre tout le monde, soit le temps pour NKC d’enchaîner quelques titres illustrant son style resserré sur des percussions lourdes et implacables, de retirer son T-shirt pour le caler sous sa casquette, et d’entamer une danse hypnotique qu’il prolongera tout au long de son set. L’énergie qui se dégage du set est au diapason, chaque élément de sa palette sonore semblant conçu pour un impact optimal sur la piste. Les transitions, systématiquement accompagnées de backspins surpuissants, ne démentent pas cette dynamique qui emporte tout sur son passage : c’est vraiment cette énergie irrépressible qui fait de ce set de NKC l’un des plus ravageurs et mémorables qu’il nous ait été donné de voir au cours des derniers mois. L’artiste trouve en permanence l’équilibre idéal entre UK Funky, techno, grime ou club, sachant allier technique impeccable et talents de showman pour dérouler une tornade d’esprit quasi-punk qui ne nous lâche pas une seconde durant les deux heures de son set. Un mix sauvage, donc, qui nous confirme ce que laissaient entendre ses EPs : en matière de rythme, NKC a absolument tout compris.

S’il semblait difficile de passer après un tel rouleau compresseur, BJF et Tévéa de Plage Club s’en tirent finalement avec les honneurs, captant l’énergie du set précédent pour la prolonger une heure de plus et mener la soirée vers une conclusion irréprochable. Cette première Plage Club se termine donc sur une même ligne, confirmant tout le bien que l’on a pensé de cette première édition parisienne. Il ne nous reste donc qu’à féliciter le collectif pour ces débuts concluants, menés avec le bon esprit et juste mélange de passion, de courage et d’envie. Une vraie réussite : bienvenue, donc.

Vous aimerez surement


Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273