Partager

0
0
A+ A-

V/A – Air Texture VI

Retour sur les chapeaux de roue pour la série de compilations Air Texture, prise en main cette année par Martyn et Steffi.

Air Texture VI

8.8

10

Par Michaël Hallé
Publié le 21 novembre 2018 | 8:54

Initié en 2011, le principe des compilations Air Texture a l’évidence des bonnes idées : un double disque de musiques inédites, sélectionnées par deux producteurs de talent, pour qui le seul impératif est de ne pas viser les bangers à tout prix, et donc de privilégier une approche originale. Néanmoins ce n’est pas une idée tape-à-l’œil de l’expérimental qui sera privilégiée ici : chaque piste se distingue par la simplicité de son dévouement au processus créatif, par ce qui semble être la volonté de servir une idée fédératrice de la musique électronique, par-delà les sensibilités clivantes. D’un sens de la continuité à toute épreuve, l’enchaînement des morceaux se vit avec la limpidité incontestable — quand bien même elle semblerait irrationnelle — d’une association d’idées spontanée. C’est à la fois l’envers et l’idéal d’un DJ set réussi, où l’on ne se soucie plus de qui a fait quoi pour laisser place à l’élégance de l’oubli de soi.

L’uniformité sonore de la compilation, loin d’en faire un long fil monocorde, lui donne en effet le cachet rare d’une oeuvre pour laquelle l’attribution du rôle d’auteur n’importe plus. Le plaisir éprouvé à l’écouter est en effet bien plus grand dès lors qu’on ne cherche plus à démêler Mosca de Novocanemusic, FaltyDL de Total Science. Chaque artiste semble avoir modelé son style dans le creuset du projet, bien que le contraire soit sans doute vrai. C’est ce qui fait de Steffi et Martyn les curateurs rêvés, c’est-à-dire le contraire d’un directeur artistique. Riche de sa joie de la musique électronique comme art des potentialités, cet Air Texture offre un bon complément à l’exemplaire album de Skee Mask sorti plus tôt cette année, et à l’image des albums fondateurs de Brian Eno, semble humblement taillé pour satisfaire à tous les degrés d’écoute. Comment alors réunir cet ensemble harmonieux et nécessairement difforme sous une étiquette générique ? La bass music pourrait servir de dénominateur commun, le groove aussi, et en même temps la question n’est pas là, ni ailleurs. Faut-il le répéter ? Cette compilation a la beauté des choses simples — simples d’avoir ravalé la fière façade de leur évidente sophistication —, qui s’accueillent comme allant de soi, sans mystère particulier. La réunion de forces aussi diverses que semblables y agit comme le dissolvant de tout surcroît de mystique, tendance dont souffre sans doute un certain nombre de LPs électroniques en solo. Si cette sortie donne presque dans le liturgique, c’est au contraire par sa propension à permettre à l’auditeur de faire table rase, créant du même coup l’espace propice à un sentiment d’élévation tout sauf sibyllin, foncièrement hospitalier.

Vous aimerez surement


Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273