Partager

0
0
A+ A-

V/A – Cathexis

Le label allemand Oxyorange revient avec une seconde compilation, Cathexis, ensemble cohérent de 11 titres hybridant dancehall, club, grime ou hardcore.

cathexis_cover

8.0

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 23 février 2018 | 13:53

Opérant depuis la capitale allemande, le label Oxyorange s’était déjà distingué il y a un an avec Swords, compilation inaugurale restituant une gamme sonore parcourant les hybridations qui unissent actuellement club, bass, dancehall, grime ou trap. C’est dans cette même veine que l’on retrouve l’équipe d’Airøn Kølarøw avec un nouvel effort collectif, Cathexis, qui confirme l’ambition défricheuse du label. Si les onze titres qui composent Cathexis diffèrent par leur caractère, leur tempo ou leurs tendances dominantes, on y retrouve cette volonté de produire de nouveaux composites, de trouver de nouvelles intersections entre les styles, tout en partageant une palette sonore bien définie, puisant simultanément dans ces différents genres.

Cette palette résonne dans l’introductif « Kashou », signé WRACK, qui replace sur une rythmique UK Funky fébrile un lead 90′s et hardcore, thème dominant qui relance le titre à chaque apparition. Prenant et malsain, le mélange qui se dégage du titre traverse une partie de la compilation, jouant le rôle de fil directeur. On le retrouve par exemple en plein cœur de l’intense remix du « Rainte Open » des Bruxellois de Hood Gang par BOGOSS-LACOSTE, qui s’adonne au jeu frapcore forgé, entre gabber, hardcore et trap, par Von Bikräv ou Evil Grimace au cours des dernières années : la virulence du titre original rencontre l’agressivité de kicks sur-saturés, pervertissant les tendances lugubres du titre original.

Quelques titres plus tard, c’est une autre variante de cette atmosphère que l’on observe avec l’excellent « Amethyst Ha! » d’EL PLVYBXY. Plus aéré, le titre semble bâtir ses dynamiques sur les sons absents plus que ceux qui nous sont laissés audibles : percussions et lignes mélodiques laissent successivement des espaces vacants, interstices sur lesquels se creuse le groove incertain du titre. Balançant la rudesse de ses synthés ou de ses samples vocaux par une ambiance plus mystérieuse qui perce dans les sections centrales du morceau, « Amethyst Ha! » s’affirme comme l’une des propositions les plus marquantes de cet ensemble.

Même constat en huitième position avec le dancehall dévoyé d’Avbvrn, dont le « Fridge » détaille des rythmes mécanisés, agissant comme la force motrice d’une production perturbante, où semblent se répercuter les souffles d’une usine au repos et les échos lointains d’un paysage industriel désaffecté. Si les différents titres qui composent Cathexis se rejoignent dans cette rudesse fondamentale, la compilation ne manque donc pour autant pas de nuances, ses producteurs s’avérant capables d’offrir des atmosphères plus variées : dans « Berserker Armour » de Vacuum Systems, les kicks distordus qui parcourent une grande partie de la compilation sont ainsi employées au service d’un pur banger ouvertement adressé aux clubs, quand Ayax livre avec « Warcry » une nouvelle tentative dancehall bruitiste mais scintillante, aux mélodies ésotériques. Un peu plus tôt, c’est la même impression qui se dégageait du titre du maître des lieux : « Merc » d’Airøn Kølarøw se révèle ainsi plus lancinant, tiraillant l’auditeur avec ses boucles sans cesse répétées.

On pourrait enfin, dans cette même ligne, distinguer le remix doux-amer du « Bluff » de Kelela par MSTK, ou le superbe « Bie » de Sport Eyes qui conclut la compilation. L’essentiel est ailleurs : plus que dans les contributions individuelles, c’est dans ce rassemblement de talents en un long-format très cohérent que réside le plus grand intérêt de Cathexis. Ici, chaque titre paraît prendre sens par rapport aux autres, dans un ensemble retraçant un champ de force musical aux pôles d’attraction multiples, mais toujours bien compris et parfaitement interprétés par les différents producteurs. Une compilation à recommander à tous les amateurs de sons hybrides, connectant des scènes dont les frontières semblent, en 2018, plus floues que jamais.

Vous aimerez surement


Fatal error: Uncaught Exception: 12: REST API is deprecated for versions v2.1 and higher (12) thrown in /home/seeksick/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273