Partager

0
0
A+ A-

V/A – Outlines 1

Cosmopolite et stupéfiant de constance, le premier opus de la série Outlines est un portrait parfait d’Invisible, solide troisième label de Noisia.

Outlines

7.9

10

Par Antoine Arcade
Publié le 11 juin 2017 | 10:33

Le groupe hollandais Noisia possède autant de membres qu’il gère de labels. Derrière Vision, label principal sur lequel les patrons sortent leurs propres disques, on trouve en effet Division, pour la musique halftime / future beats voire electronica, et Invisible, consacré à une drum & bass plus expérimentale. L’activité principale de ce dernier est la sortie régulière de VA EPs mélangeant noms ronflants de la scène et newcomers. Dans la continuité de cette logique de line-up très varié, une nouvelle série a été lancée sur le label. La description de Outlines nous promet des rollers explorant les pans les plus profonds de la drum & bass.

Il est donc relativement étonnant de retrouver The Clamps, puisque le français est un habitué de darkstep bien grasse (et occasionnellement de hardcore). Mais il y a en effet plus de distance qu’à l’accoutumée sur l’incandescente « Weltschmerz ». La retenue de la première partie en semi-tempo fait écho au titre et traduit bien un mal contenu qui a besoin d’être exorcisé. Ce que s’attache à faire la seconde partie, où l’on retrouve les drums impactants caractéristiques de l’artiste. Monty, autre résident toulousain, se démarque ensuite en jouant la carte funky avec « Set The Swing », morceau sautillant sur lequel les wobbles d’introduction laissent place à une basse rebondissante pour ce qui sera le seul moment de légèreté de l’EP. Pas besoin de tracklist pour identifier l’artiste du troisième morceau. Les patterns de drums supersoniques de « Oni » annoncent rapidement la patte Billain, fidèle à lui-même avec cette track propre à son décor musical futuriste. Le style du producteur bosniaque n’est pas le plus abordable mais il a le mérite d’être unique.

Survey et Quartz proposent, eux, le morceau qui colle certainement le plus à la description de la série mentionnée précédemment. « Light Speed » nous plonge dans une ambiance trouble et anxiogène très bien retranscrite par la structure  de la piste. Autre collaboration, celle des Australiens Dauntless et Sach est bien plus pesante. Sur « Erasure », la basse radioactive gravite autour d’un beat démantelé des plus industriels, le tout teinté de récurrentes touches plaintives aux allures de sanglots. L’atmosphère est tout aussi menaçante sur l’excellent « Relapse » signé Dub Personal, qui clôt l’EP en beauté. Non seulement l’univers tech et hostile est très bien dépeint, mais il est aussi parfaitement rythmé par le Hongrois qui jongle entre kicks, hits digitalo-métalliques et grognements âpres pour créer des séquences réellement accrocheuses. La sub-bass abyssale et noire participe grandement à la réussite de ce final.

S’agissant d’un label aussi réputé qu’Invisible, il ne faisait aucun doute que la qualité serait au rendez-vous. Mais il est toujours stupéfiant de constater la constante solidité des disques de la maison Noisia, qui ne se contente pas de se reposer sur des références connues mais donne également leur chance à des talents des quatre coins du monde, comme sur cet EP.

 

Tracklist :

01. The Clamps – Weltschmerz
02. Monty – Set The Swing
03. Billain – Oni
04. Survey & Quartz – Light Speed
05. Dauntless & Sach – Erasure
06. Dub Personal – Relapse

Vous aimerez surement

Leave a comment

Articles populaires

Chargement des articles...
Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

Back to Top