Partager

0
0
A+ A-

V/A – White Peach Instrumentals

En guise de point d’orgue à une année d’effervescence, White Peach livre une compilation proposant un bilan réussi sur son catalogue.

wprcd001-white-peach-instrumentals-front

8.2

10

Label

Genre

Par Aurélien Bonvoisin
Publié le 22 décembre 2016 | 9:03

Neuf EPs : c’est l’impressionnant tableau affiché par White Peach au terme d’une année 2016 bien remplie. Lancé par Zha en 2011, le label s’est progressivement emballé pour atteindre cette année un rythme de publication effréné, sans aucune incidence sur la qualité des sorties du label : au sein des dernières références White Peach en date figurent quelques uns des meilleurs artistes des scènes grime et dubstep actuelles, que l’on pense à Gundam, Eva808 ou OH91. Pour marquer d’un point d’orgue cette année d’effervescence, le label offre avec cette compilation de fin d’année une forme de bilan de ses activités, regroupant sur trois CDs les titres les plus marquants publiés au cours de ces dernières années – accompagnés d’un mix réalisé par Score5.

Avec 28 titres au compteur, soigneusement sélectionnés parmi un catalogue qui se distingue déjà par sa grande qualité, l’écoute de White Peach Instrumentals s’apparente à la traversée d’un ouragan de deux heures, emportant tout sur le passage de ses bourrasques successives : le grime ici mis en œuvre est rude, rèche, marqué par ses synthés bruts et ses rythmiques cinglantes. Chaque titre emporte ici l’adhésion, faisant preuve d’une énergie nouvelle et originale, sachant habilement tirer son épingle en jouant sur les codes du genre. En cours de parcours, le « Fushigidane » de Shudan constitue notre simple respiration : inscrit dans la tendance actuelle du grime le plus ambient, ce titre se départit de toute percussion pour laisser toute la place à sa mélodie.

Tout autour de cette pause nécessaire, sorte d’œil du cyclone, l’auditeur se trouve ici emporté dans un torrent sombre, qui prend successivement des formes variées. La noirceur du propos se condense ainsi parfois dans des titres tourmentés, tels que l’excellent « Duality » d’Eva808 ou que le toujours fabuleux « F » de Zha, où une inquiétante mélopée tente de se hisser au-dessus d’une rythmique aux basses imposantes et aux inflexions trap. Ailleurs, cette énergie trouve à s’exprimer de manière plus explicite : « Bounty » de Lington voit ainsi ses rythmiques urgentes se heurter contre tous les détours pris par la structure du titre, et par une ligne mélodique abrasive et lancinante. Le même constat s’impose à l’écoute de l’instable « Screwface » de Sorrow, dont les séries de claps provoquent une impression tenace de perte d’équilibre.

Hautement frénétiques, ces titres restent pourtant loin des sommets furieux qu’atteint la compilation en d’autres points. La capacité de White Peach à toujours repousser les attentes se trouve ainsi confirmée : sur le récent « Arctic Garms » de Shudan, ici repris, l’auditeur est ainsi confronté à un imprévisible déchaînement, dans lequel les différents éléments du titre semblent sans cesse se recomposer, avant de s’organiser en un ensemble trébuchant aux wobbles abrasifs. En fin de parcours, l’incroyable remix du « Southampton Lengman » de Zha par Trends décuple cette sensation en saturant tout l’espace sonore, laissant tonner son déferlement d’énergie brute.

Dans son ensemble, White Peach Instrumentals parvient donc à retracer un portrait efficace du grime dans ses dimensions les plus dynamiques, tout en sachant moduler l’intensité mise en œuvre. Le minimalisme (tout relatif!) du « Warlord » de Vacant, ou les accents mélodiques du superbe « Swordplay » de Gunman, apportent ainsi des éclairages différents sur l’esthétique du label. L’ensemble est également ponctué de quelques extraits plus remarqués, qui aident à maintenir l’attention tout au long des deux heures : au-delà du classique « Pulse X » de Youngstar, intelligemment placé en fin de compilation, on note par exemple la présence du très bon remix du « Bongo » du même Youngstar par Kahn & Neek, que l’on a retrouvé dans de nombreux sets du genre au cours des derniers mois.

Dans une scène grime dont la vitalité ne semble, dans l’immédiat, pas vouée à diminuer, White Peach Instrumentals vient donc revendiquer la contribution essentielle du label à ce bouillonnement. Rugueuse et intense, l’écoute de cette compilation offre donc à la fois un aperçu satisfaisant du catalogue du label et un impressionnant bilan de ses activités plus ou moins récentes.

Tracklist :

CD 1

1. Lemzly Dale & Big Deann – Escape from Agrabah
2. EVA808 – Duality
3. OH91 – OJ Simpson
4. Zha – F
5. Youngstar – Bongo (Hi5Ghost Remix)
6. Nakes – Axe Riddim
7. Lington – Bounty
8. Shudan – Arctic Garms
9. Notion – Horror Show
10. Sorrow – Screwface
11. Sukh Knight – Nightcrawler
12. Vacant – Warlord
13. Youngstar – Bongo (Impey’s Text 66668 Bar Remix)
14. Zha – Southampton Lengman

CD 2

1. Impey – Ho Gosh
2. Gundam – Swordplay
3. Lington – Falcon 2
4. OH91 – Space
5. Scruloose – Scrutinise
6. Lington – Vendetta In Space
7. Shudan – Fushigidane
8. Sorrow – Skengman Tantrum
9. Youngstar – Bongo (Kahn & Neek Remix)
10. Sorrow – Brawler
11. Sukh Knight – Beast
12. Youngstar – Pulse X
13. Zha – Southampton Lengman (Trends Remix)
14. Numa Crew – Infama (Ft. Ninjaz & Charlie Dakilo)

CD 3

01. Score5 mix

Vous aimerez surement

Leave a comment

Articles populaires

Chargement des articles...
Le chargement des articles a echoué, une nouvelle tentative va être effectuée automatiquement dans 5 secondes.

Back to Top